En direct

Polémique sur la gare du Nord: Denis Valode et Jean Pistre défendent leur projet
Vue du futur projet de la gare du Nord, à Paris. - © Semop gare du nord / Denis Valode architecture / atelier d’architecture SNCF

Polémique sur la gare du Nord: Denis Valode et Jean Pistre défendent leur projet

Amélie Luquain |  le 17/09/2019  |  GareGares & Connexions TransportsParisVie du BTP

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Architecture
Gare
Gares & Connexions
Transports
Paris
Vie du BTP
Grand Paris
Semop
Gare du Nord
Valider

Un collectif d’architectes et d’urbanistes réclamait, dans une tribune, l’abandon du projet d’extension de la gare du Nord. Le 16 septembre, les concepteurs, l’agence Valode et Pistre, leur ont répondu par le même biais.

Le projet d’aménagement de la gare du Nord suscite la polémique. Ainsi, début septembre, 19 architectes, historiens de l’art, urbanistes et sociologues, parmi lesquels Jean Nouvel, Roland Castro, Marc Barani et Dominique Perrault, demandaient l’abandon pur et simple du projet dans les colonnes du Monde. Aujourd’hui, les architectes Denis Valode et Jean Pistre, auteurs du projet, réagissent et défendent leur conception.

Le projet prévoit de tripler la taille de l’édifice du XIXe siècle et absorber ainsi l’augmentation du trafic. Le nombre de voyageurs devrait en effet passer de 500 000/jour lors des derniers aménagements en 2001 à 900 000/jour en 2030, selon les projections de la SNCF.

Dans ce but, la surface sera portée de 36 000 à 110 000 m². Des opérations qui seront menées à bien par une Société d’économie mixte à opération unique (Semop), créée entre Ceetrus, la foncière du groupe Auchan et SNCF Gares & Connexions. Les travaux, dont le montant est estimé à 600 millions d’euros devront être achevés pour les Jeux olympiques de 2024.

Sur le même sujet "Il faut arrêter le projet de transformation de la gare du Nord"

Accès plus compliqué aux quais

Parmi les principales critiques, le collectif d’architectes et d’urbanistes déplore un accès aux quais des plus compliqué. A quoi rétorquent Denis Valode et Jean Pistre que l’augmentation de la fluidité et l’évitement des conflits et des engorgements « impose l’augmentation significative des liaisons ».

D’où l’augmentation des espaces de circulation à 37 000 m² contre 15 000 m² actuellement. L’accessibilité sera renforcée avec 55 ascenseurs et 105 escaliers mécaniques, contre respectivement 20 et 45 aujourd’hui. Cela se traduit aussi par un nouveau hall de départ, une grande nef de verre longeant la façade historique.

Défiguration de la gare

Une atteinte au patrimoine ? C’est, en tout cas, l’un des autres chevaux de bataille des détracteurs du nouvel aménagement, qui estiment que le projet génère une « défiguration inacceptable de la gare ». Denis Valode et Jean Pistre leur rappellent que les travaux seront l’occasion de restaurer la façade historique, ainsi que la façade intérieure de la grande halle d’Hittorff, qui se trouvera « débarrassée des mezzanines et des scories architecturales accumulées au fil du temps, qui la rendent illisible ».

Assemblage controversé

Dernier des principaux points mis en exergue par les détracteurs du projet, il constitue l’assemblage d’une gare et d’un « immense centre commercial » car il prévoit une vaste surface de commerces et d’activités que les voyageurs devront forcément emprunter pour accéder aux quais. Cette surface est considérée comme « une atteinte à la volonté de rééquilibrer les activités dans Paris, et plus encore dans l’espace du Grand Paris ».

Face à cet argument, Denis Valode et Jean Pistre mettent en avant la petitesse de la « surface commerciale installée, rapportée au nombre de voyageurs », soit près de 30 000 m² de boutiques et de restaurants pour 207 millions de passagers/an, « nettement inférieure à celles des autres gares parisiennes transformées » (Austerlitz 18 000m²/22 millions passagers/an ou Montparnasse 19 000 m²/ 54 millions passagers/an).

Délai de réalisation

Les concepteurs omettent tout de même de répondre à la question des délais. Ils prévoient une mise en service en 2023, bien avant l’ouverture des JO 2024, puisque la gare du Nord doit jouer un rôle crucial dans l’organisation de cet évènement. Or, aujourd’hui, le permis de construire est toujours bloqué par la Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC). L’organisme a, en effet, rendu un avis défavorable sur une partie de l’offre, jugée surabondante par rapport à l’activité locale. L’occasion d’un débat élargi.

Sur le même sujet Gare du Nord: les cinq choses à savoir sur la transformation colossale qui se prépare

Commentaires

Polémique sur la gare du Nord: Denis Valode et Jean Pistre défendent leur projet

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur