En direct

Visite du Centre Pompidou mobile à Chaumont (Haute-Marne), par Patrick Bouchain et Loïc Julienne
Modules - © © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Diaporama

Visite du Centre Pompidou mobile à Chaumont (Haute-Marne), par Patrick Bouchain et Loïc Julienne

Milena Chessa, envoyée spéciale à Chaumont |  le 17/10/2011  |  ProfessionArchitectureHaute-Marne

1/15

Modules

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

En 2007 Alain Seban, président du Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou à Paris, lance l’idée d’un pavillon d'exposition itinérant pour présenter des chefs-d’œuvre de l’art moderne et contemporain à ceux qui n’ont pas l’habitude d’aller au musée. Automne 2011, le projet Centre Pompidou mobile a pris forme suivant les plans, coupes et élévations dessinés par Patrick Bouchain et Loïc Julienne. D’une superficie de 650 m2, la construction s’articule autour de trois modules reliés entre eux par des sas. Ce dispositif permet de s’adapter au paysage de chaque ville-étape (place de village, centre-ville historique, zone commerciale ou rurale, etc.).

2/15

Ville-étape

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Première ville-étape du tour de France du Centre Pompidou mobile : Chaumont, en Haute-Marne, du 18 octobre 2011 au 15 janvier 2012. La collectivité locale prend en charge le coût de l’itinérance (200000 euros) et autres frais techniques (terrain, sécurité, gardiennage, électricité, etc.). Quant au financement global du pavillon (2,5 millions d’euros), il est assuré par le Centre Pompidou, ses mécènes (Groupe Galeries Lafayette, GDF SUEZ, Assurance La Parisienne et Fondation Total) et ses partenaires publics (ministère de la Culture et de la Communication, Conseil de la création artistique). En 2012, destinations Cambrai (Nord) et Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais).

3/15

Forain

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

La physionomie du Centre Pompidou mobile est fortement inspirée par celle des bâtiments forains (cirques, théâtres, attractions diverses). Une typologie dont Patrick Bouchain s'est presque fait une spécialité (chapiteau de l'école du cirque à Rosny-sous-Bois en 2004, cirque Fratellini à Saint-Denis en 2002, théâtre équestre Zingaro à Aubervilliers en 1988). Selon le concepteur : « La structure des trois tentes en toile colorée nécessite douze jours de montage (à dix-huit personnes), et six à huit jours pour le démontage. » Les manœuvres, « simples », étant toujours effectuées par des entreprises locales.

4/15

Bouchain

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Patrick Bouchain le 12 octobre 2011 à Chaumont, à la veille de l’inauguration du bâtiment par Nicolas Sarkozy, président de la République, et Luc Chatel, maire de la ville et ministre de l’Education nationale. L’architecte compare la construction à une « tente de cocktail », avec tout de même un travail approfondi sur les mâts, les lests, les pentes et les couleurs.

5/15

Entrée

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

6/15

Accueil

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

La première des trois tentes est principalement dédiée à l’accueil des visiteurs et au vestiaire. Le lieu sera ouvert tous les jours, sauf le lundi, et son entrée sera gratuite. Avant même le démarrage de l’activité, le Centre Pompidou mobile affiche complet pour les groupes scolaires dont l’accès s’est effectué sur réservation. Deux habitantes de Chaumont confient que ce pavillon est un « bien » pour leur « petite commune ».

7/15

Couleur

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

« Ce parcours invite à découvrir à travers quatorze chefs-d’œuvre comment les artistes du début du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui ont exploré les infinies possibilités de jeux de la couleur. Des accords de bleus de Picasso aux rouges vibrants de Matisse, la couleur dévoile sa puissance émotionnelle et son énergie. Elle est pour les artistes du XXe et XXIe siècle un inépuisable réservoir de sensations et de recherches. Depuis les couleurs primaires envahissant l’espace du tableau jusqu’aux couleurs lumières qui se déploient dans l’espace, en passant par les couleurs en mouvement : aujourd’hui, la couleur s’invite dans toutes les formes de la création. C’est cette richesse - un siècle d’inventions ! - que vous pouvez découvrir ici. »

8/15

Blanc

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

A l’intérieur des deux salles d’exposition, les parois en toile armée jouent la blancheur. Hautes en couleurs, les œuvres d’art sont présentées dans des caissons qui assurent de bonnes conditions de conservation, de présentation… et de sécurité. Les gaines apparentes assurent, elles, le confort des visiteurs. A l’image : « Double métamorphose III » (1968-1969), par Yaacov Agam (au centre) et « Monochrome orange » (1955), par Yves Klein (à droite).

9/15

Eclairage

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Pour une meilleure présentation des œuvres, un éclairage fixe par l’intérieur des caissons a été préféré aux spots suspendus à la structure, car celle-ci peut être sujette aux mouvements de vent.

10/15

Commissaire

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

« Ici, ni reflet dans la vitre, ni barre de mise à distance, les visiteurs peuvent regarder l’œuvre d’art de très près, à 30 cm ! », s’enthousiasme Emma Lavigne, commissaire de l’exposition (à droite de l’image).

11/15

Sas

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Vue depuis le sas de transition entre les deux salles d’exposition. « Ce qui m’importe, c’est que les œuvres d’art éclatent », commente Emma Lavigne. A l’image : « Femme en bleu » (1944), par Pablo Picasso (à gauche) et « Nature morte au magnolia » (1941), par Henri Matisse (à droite).

12/15

Rencontre

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Les créateurs du Centre Pompidou mobile espèrent que « la rencontre avec l’œuvre d’art originale donne envie au plus grand nombre de renouveler l’expérience dans les institutions muséographiques locales ». A gauche de l’image : « La Gamme jaune » (1907), par František Kupka.

13/15

Création

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

La commissaire de l’exposition estime qu’observer de près une toile peinte participe à sa compréhension par le visiteur, car il peut ainsi voir le processus de création de l’œuvre, avec ses ajouts de matières et de couleurs. Des médiateurs accompagneront les publics de tous âges. Ici : détail de « La Gamme jaune » (1907), par František Kupka.

14/15

Seban

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Alain Seban, président du Centre Pompidou, se dit prêt à mettre à disposition des autres musées dans le monde son « expertise » acquise sur ce pavillon d’exposition itinérant.

15/15

Mobile

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

A l’image : « Les grands plongeurs noirs » (1944), tableau peint par Fernand Léger et « Deux vols d’oiseaux » (1954), mobile réalisé par Alexander Calder.
Visite du Centre Pompidou mobile à Chaumont (Haute-Marne), par Patrick Bouchain et Loïc Julienne

Commentaires

Visite du Centre Pompidou mobile à Chaumont (Haute-Marne), par Patrick Bouchain et Loïc Julienne

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX