En direct

Visite de l'éco-quartier Hoche à Nanterre
L’éco-quartier Hoche à Nanterre - © © Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Diaporama

Visite de l'éco-quartier Hoche à Nanterre

le 25/05/2011  |  Architecture

1/10

L’éco-quartier Hoche à Nanterre

© © Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

L’éco-quartier Hoche se situe en limite du quartier pavillonnaire du Chemin de l’Ile constitué d’un tissu mixte, de petits pavillons, d’immeubles de ville de trois étages, et de grands ensembles des années 60 de quatre à dix étages. A deux pas du centre ville de Nanterre, de ses commerces et des transports en commun (RER A Nanterre-Ville et Nanterre-Université), à proximité immédiate d’un parc paysager urbain « le parc du Chemin de l’Île » réalisé par l’EPADESA en 2006, le quartier bénéficie d’une localisation stratégique. Un peu plus au nord, l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense rassemblant plus de 35 000 étudiants amorce un pôle attractif important sur ce territoire. Au total, 640 logements seront construits sur l’éco-quartier Hoche à Nanterre soit 48.908 m2 de logements dont 40 % de logements en PLUS, PLAI et PLS (soit 250 logements) ; 9,5 % en accession sociale (60 logements) et 51,2% en accession privée (325 logements). Une surface de 1000 m² de commerces est prévue et 600 m² d’équipements. L’éco-quartier est composé de 8 programmes de logements, tous seront livrés d’ici fin 2013.

2/10

Plan masse éco-quartier Hoche

© © EPADESA

3/10

Parc Symbiose

© © ECDM/Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Promoteur : Philia Architecte : Combarel-Marrec (ECDM) Programme du « parc Symbiose » : 120 logements dont 60 logements en accession libre, 10 en accession encadrée et 50 logements sociaux (PLUS et PLS avec l’Office HLM de Nanterre), ainsi qu’un équipement cultuel (reconstruction de la chapelle actuelle). Début des travaux : mai 2011 Livraison : 2ème trimestre 2013 L’agence d'architecture ECDM (Combarel - Marrec), a privilégié la compacité du bâti afin de libérer un espace intérieur boisé largement dimensionné sur lequel donne chacun des logements. L'ensemble est composé d'appartements et de maisons de ville aux volumes fonctionnels et aux lignes contemporaines. Les façades couvertes d'un bardage en bois massif laqué, grands volets à face intérieur colorée, compositions structurées alternant pleins et vides concourront à la mise en oeuvre d'une architecture à vivre.

4/10

Villarboréa

© © Eric Lapierre Expérience/Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Promoteur : Nexity-Apollonia Architecte : Eric Lapierre Expérience Bailleurs : France Habitation et Ogif Programme : 82 logements dont 17 logements en accession encadrée à la propriété, 28 logements sociaux en locatif social PLUS et 37 logements sociaux. Début des travaux : 2010 Livraison : 2011Des vestibules urbains ouverts ainsi qu'une cour centrale ponctuent l'architecture de l’immeuble. Depuis les rues, le regard traverse jusqu'à la cour centrale à travers un filtre, ouvrant des percées visuelles et donnant un éclairement optimum. Dans les parties hautes de l'immeuble de logements en accession, des jardins d'hiver, loggias fermées par des rideaux de verre entourant les façades, inscrivent l'opération dans une démarche de haute qualité environnementale.

5/10

Lots 2.2a et 2.3a ICF La Sablière / Colboc Franzen & Associés

© © CFA/Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Opérateur : ICF La Sablière Architectes : Colboc Franzen & Associés Programme : (lots : 2.2a et 2.3a) : 52 logements Début des travaux : 2011 Livraison : 2013 Les logements collectifs rythment l’élévation sur la rue de l’Avenir au Nord, des suites de maisons habitent le jardin au coeur de l’îlot. Du côté du square à l’Est, un petit collectif propose la prolongation des espaces verts – enrichi d’une noue de récupération des eaux pluviales – sous forme d’une façade végétalisée.

6/10

Villarboréa (lot 3.2 : Projet Villarboréa)

© © Castro-Denissof-Casi/Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Promoteur : Nexity-Apollonia Architectes : SOA / Castro-Denissof-Casi Programme : 189 logements Début des travaux : juin 2011 Livraison : septembre 2013L’îlot s’articule autour de 9 bâtiments dont 5 sont réalisés par l’agence Castro-Denissof-Casi, les 4 autres ont été confiés à l’Atelier SOA. La forme et l’implantation des bâtiments s’attachent à développer un double dialogue avec la trame viaire d’une part, avec l’ensemble bâti d’autre part. Les bâtiments 1, 3 et 7b sont dédiés aux logements en accession, le bâtiment 8-9 accueille des logements locatifs sociaux, le bâtiment 2 étant un immeuble témoin, qui sera commercialisé à terme. La variété typologique des logements est déclinée de manière à concilier le plus harmonieusement possible densité et générosité de l’habitat. Les différentes typologies ménagent à la fois un confort intérieur des logements et une figure d’habitat valorisante depuis l’espace public. Ainsi, la variété typologique des logements, de même qu’elle correspond à une variété de situations et de modes d’habiter, se reflète dans la complexité de composition de l’îlot, et dans les singularités de chacune de ses façades. En fonction de leurs orientations, les façades tournées vers l’extérieur de l’îlot accueillent des jardins d’hiver ou des loggias en double hauteur qui prolongent l’espace intérieur des logements en leur offrant une vue dégagée et se déploient en creux dans le volume du bâtiment. S’échelonnant du R+1 au R+8, le contraste des hauteurs dessine une ligne de ciel découpée et des percées visuelles laissant entrevoir le coeur d’îlot. Par ailleurs, la typologie duplex a largement été privilégiée. Cette importance des duplex donne le sentiment de maisons superposées conjuguant la convivialité d’un ensemble collectif et le confort généreux de l’habitat individuel. L’idée d’habiter se focalise sur l’individuation du logement, en commun, mais pas collectif. L’organisation des parties communes participe également d’un confort de l’habitat en optant pour des espaces généreux, préservés autant que possible de la proximité directe de l‘espace public.Des coeurs d’îlot à l’articulation des différentes composantes paysagère et bâti du projet Un ensemble de jardins se déploient en coeur d’îlot, délimité par le bâtiment de « la Ruche ». Habillée d’une façade à facette, la lumière se reflète sur le revêtement de brique vernissée de la Ruche, et éclaire ainsi le coeur d’îlot. D’ambiances et de formes variées, les jardins n’en assurent pas moins l’harmonie des différents bâtiments qui les enveloppent. 24 arbres de hautes tiges forment un écrin de verdure qui vient rompre avec la minéralité de l’ensemble bâti. Des « failles » ménagées entre les bâtiments depuis la rue offrent un rapport visuel avec l’espace public tout en préservant l’intimité d’un espace à l’usage des résidents. Telle une pièce paysagère, le coeur d’îlot se donne à voir, tout en demeurant propre aux habitants.

7/10

Villarboréa (lot 3.1 )

© © Hamonic + Masson/Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Promoteur : Nexity - Apollonia Architectes : Hamonic + Masson Programme : 110 logements Début des travaux : juin 2011 Livraison : septembre 2013Trois bâtiments prennent place sur cette parcelle, qui permet de dégager trois ouvertures vers le coeur d’îlot. Deux bâtiments marquent l’alignement sur l’avenue Hoche, la future placette Hoche et l’avenue de le Commune de Paris. La faille entre le bâtiment A et B, permet de percevoir le coeur d’îlot. La volumétrie compacte du troisième bâtiment devient un élément pivot à l’échelle du quartier et du croisement des futures voies (Sannois et Avenir) et du futur jardin public. Le projet joue de son statut d’immeuble d’angle, faisant le lien entre les bâtiments de l’avenue Hoche et ceux de la rue de la Commune de Paris. Un projet « double face » Côté Parc, il affirme la volonté d’engager un dialogue avec son espace environnant dans le but d’initier une nouvelle manière de vivre ensemble, basé essentiellement sur la générosité des espaces extérieurs privatifs et collectifs. C’est par un jeu de superposition des duplex que se constitue l’architecture du bâtiment, véritable prolongement du parc à la verticale. Face au parc, bénéficiant d’une vue dégagée, les façades offrent des espaces généreux et plantés. Sur chaque terrasse un bac approprié aux plantations lui est dédié et devient un élément fédérateur et constituant de la façade. L’ambiance du parc se retourne à la verticale sur la façade.

8/10

Villarboréa (lot 2.3b)

© © SOA/Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Promoteur : Nexity-Apollonia Architectes : SOA Programme : 50 logements et une chapelle (reconstruction de la chapelle actuellement sur site) Début des travaux : 1er trimestre 2012 Livraison : 2nd trimestre 2013Le projet comprend 50 logements en accession libre répartis en trois bâtiments d’habitation : les bâtiments A et B implantés à l'alignement des rues André Doucet et de l’Avenir et le bâtiment C en coeur d'îlot. L’implantation et les volumes des constructions ont été étudiés de manière à créer un dialogue entre le projet et ses abords immédiats. Ainsi, un jeu de débords et de retraits des façades permet de créer un mouvement dynamique sur la rue. Le projet se distingue par son emploi du bois. Les façades se composent d'alternances de volumes en bardage vertical creusés de loggias et d'ensembles menuisés bois plus largement vitrés. Les immeubles A et B sont en R+3, surmontés de duplex en attique qui bénéficient de vastes terrasses. Le bâtiment C, en R+2, est relativement bas et laisse ainsi pénétrer le soleil au sein de la parcelle. Le projet se caractérise par une grande variété de typologies de logements, du T1 au T5, simplex ou duplex, avec jardinets et/ou terrasses pour les logements en rez-dechaussée et avec loggia, jardin d’hiver ou balcon pour les logements dans les étages.

9/10

Le Grand Portail

© © Chombart de Lauwe & Brissaud/Adrien Pouthier/LeMoniteur.fr

Promoteur : Périclès Développement Architectes : Pascal Chombart de Lauwe et Fabien Brissaud Programme : (lot 2.2 b) : 15 logements Début des travaux : juin 2011 Livraison : 2ème trimestre 2013 Genèse : « Le Grand Portail », une coopérative de logements conçus par ses propriétaires. L’EPADESA et la Ville de Nanterre ont initié et mis en oeuvre ce programme de coopérative de construction. Deux objectifs sont à l’origine du projet : diversifier l’offre d’accession à la propriété et faire participer des habitants à la conception de leur logement. En effet, depuis une dizaine d’années, les projets d’accession sont particulièrement onéreux et deviennent inaccessibles pour les ménages aux revenus moyens, particulièrement pour les primo-accédants qui ne disposent pas d’une épargne suffisante et qui souhaiteraient devenir propriétaire. L’idée est donc de permettre aux acquéreurs d’élaborer collectivement leur logement et d’être associé aux phases de conception et construction de leur immeuble. Son cahier des charges a été nourri par la constitution d’ateliers portés par l’EPADESA et la Ville de Nanterre pendant lesquels les sociétaires de la coopérative ont défini leurs attentes qui ont servi de base à la conception et la réalisation du projet (programme global, montage, choix de maître d’oeuvre). La coopérative du quartier Hoche est un programme de 1 600 m², soit 15 logements de 3 et 5 pièces. Le maître d’ouvrage devra respecter les termes d’un protocole d’accord conclu avec l’EPADESA, et notamment des principes anti-spéculatifs, garantissant l’achat du terrain à 150 €HT/m² de charges foncières.

10/10

La chaufferie bi-énergies bois et gaz de l'éco-quartier Hoche de Nanterre

© © Christine et Dominique Carril / Berim

Architectes : Christine et Dominique Carril / Berim Programme : Chaufferie bi-énergies bois et gazEnerbiosa, titulaire d’une délégation de service public a assuré la conception, la construction et sera gestionnaire de l’exploitation du réseau de distribution de chaleur. La chaufferie bi-énergies bois et gaz de l'éco-quartier Hoche assurera l’alimentation en chauffage et en eau chaude sanitaire de l’éco-quartier Hoche et de la cité Komarov soit l’équivalent de 916 logements. Cet équipement permettra de valoriser 1500 à 2000 tonnes par an de combustible bois. 520 tonnes équivalent pétrole seront ainsi économisées chaque année et les émissions de dioxyde de carbone seront réduites de 930 tonnes par an. La part du bois représente plus de 80%. Conçu par les architectes Christine et Dominique Carril et Berim, le projet concilie le respect des exigences techniques du cahier des prescriptions souhaitées par l’EPADESA et la proposition d’une architecture originale. Le traitement architectural se caractérise par l’association d’une façade en bois clair sur la partie haute, et de gabions en partie basse. L’harmonisation avec l’architecture des pavillons des gardiens du parc du Chemin de l’Île situés à proximité immédiate de la chaufferie, est un élément fort du projet.
Visite de l'éco-quartier Hoche à Nanterre

Commentaires

Visite de l'éco-quartier Hoche à Nanterre

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX