En direct

Une école maternelle enveloppée de terre cuite émaillée
Ecole Nicolas Vanier à Barjouville - © Philippe Ruault

Diaporama

Une école maternelle enveloppée de terre cuite émaillée

Maya Pic |  le 04/10/2018  |  BâtimentBardageEnveloppe du bâtimentTerrealTerre cuite

À Barjouville en Eure-et-Loir, la nouvelle école maternelle Nicolas Vanier s’inspire des maisons des dessins d’enfants : volumes simples et toits à deux pentes. Originalité du projet, l'ensemble est ici intégralement enveloppé de terre cuite émaillée. Cet habillage, constitué de 18 000 tuiles et bardeaux, a été mis en œuvre par l'entreprise Dufoix, spécialisée en charpente, couverture et ossature bois.

1/7

Ecole Nicolas Vanier à Barjouville

© Philippe Ruault

L’école maternelle Nicolas Vanier de Barjouville, construite en ossature bois, est habillée d’une enveloppe de tuiles et bardeaux de terre cuite émaillée. Un habillage qui s’anime au rythme des variations de lumière et du paysage qui s’y reflète.

2/7

Imaginaire d'enfants

© @ Hydris Mokdahi

Le parti pris architectural s’inspire des maisons que les enfants imaginent dans leurs premiers dessins : volumes simples, toits à deux pentes, façades percées de manière aléatoire.

3/7

Toiture-terrasse

L’ensemble se déploie en six maisons reliées par une toiture-terrasse. La partition chromatique a fait l’objet d’une attention particulière. Ont été utilisées une teinte principale, acier, et cinq teintes secondaires, violet égyptien, vert de gris, gris clair, noir marine et bronze métallisé.

4/7

Continuité de l'enveloppe

La façade se prolonge en toiture - ou inversement - grâce à l’utilisation de tuiles et bardeaux de mêmes dimensions, coloris et brillance. Une continuité rendue possible grâce au chéneau dissimulé en bas de pente.

5/7

Bardeaux

© Maya Pic

Les bardeaux reposent sur des rails métalliques fixés à la structure bois de la façade. Les baies, aux dimensions et formes diverses, s’intègrent parfaitement dans l’alignement des bardeaux.

6/7

Cantine

© Maya Pic

Vue de l’intérieur de la cantine. Au fond à gauche, l’école primaire existante Yann Arthus-Bertrand.

7/7

Entreprise Dufoix

Au total, l’entreprise Dufoix a posé 12 000 tuiles mécaniques émaillées (Volnay de Terreal) sur 1 000 m² de toiture et 6 000 bardeaux émaillés (Zéphir Évolution de Terreal) sur 500 m² de façade.

Livrée à l’automne 2017, l’école Nicolas Vanier est venue remplacer un bâtiment vétuste datant des années soixante. Signée par les architectes Benoît Tribouillet et Sophie Berthelier de l’agence SBBT, elle a été pensée pour s’harmoniser avec son environnement et offrir un lieu rassurant et ludique aux écoliers : une volumétrie similaire aux bâtiments du village et un habillage graphique en tons naturels ponctué d’éléments colorés.

Les six maisons imbriquées présentent des volumes simples, des toitures à deux pentes et des façades percées irrégulièrement de baies. Toutes revêtues de terre cuite émaillée, toitures et façades reflètent le ciel et le paysage alentour. Un effet particulièrement appréciable au coucher du soleil.

 

Le choix de la forme et du matériau

 

L’architecte Benoît Tribouillet explique la proposition de l’agence SBBT : « Barjouville est une commune rurale à forte proportion de toits à deux pentes. Nous voulions une forme qui rassure les enfants, qui leur permette de franchir facilement cette première étape hors de chez eux. Nous avons donc imaginé un assemblage de maisons reliées par une toiture-terrasse. Par ailleurs, nous avons l’habitude de sortir les matériaux de leur contexte pour réaliser des choses inattendues. Ici, nous avons choisi la terre cuite émaillée. Autonettoyante et pérenne, elle s’intégrait bien dans la commune, et ses différents coloris convenaient pour un bâtiment dédié aux enfants. »

 

Des murs préfabriqués

 

Construite en ossature et charpente bois, la nouvelle école maternelle jouxte l’école primaire existante et le foyer culturel. Elle dispose, sur une surface de 1094 m², de trois classes, d’une salle de motricité, d’une bibliothèque, d’un dortoir et d’un restaurant scolaire mutualisé avec l’école primaire. L’ensemble a été largement dimensionné pour pouvoir accueillir une classe de plus, et si besoin, une extension avec deux classes supplémentaires.

L’entreprise Dufoix a réalisé les murs dans son propre atelier de préfabrication d’ossature bois. Les pans de murs, intégrant une isolation intérieure en laine de roche, sont arrivés sur site d’un seul tenant et déjà dotés de pare-pluie.

« En ossature bois, le gain de temps de chantier est évident. La structure était debout en huit semaines. On a atteint la phase hors d’eau dans un délai irréalisable en structure traditionnelle » note l’architecte. Seule la dalle, la toiture-terrasse et ses murs supports ont été réalisés en béton et maçonnerie. L’évacuation des eaux pluviales est intégrée dans les doublages côté intérieur.

 

18 000 éléments de terre cuite

 

Pour l’enveloppe, un total de 12 000 tuiles mécaniques (Volnay) et 6 000 bardeaux (Zéphir Évolution) ont été posés. Afin de renforcer l’aspect monolithique et uniforme des bâtiments, les architectes ont fait recouper les bardeaux aux mêmes dimensions que les tuiles (34 x20 cm), en usine, avant émaillage.

« Nous avions convenu d’une largeur de joint à respecter. Il ne fallait pas que les tuiles débordent du toit, le chéneau devait être caché et les fenêtres devaient être calées sans aucune coupe de bardeaux, qui auraient présenté des tranches non émaillées. Le travail de calepinage en amont a été très compliqué. Nous avons dessiné un bâtiment avec ses couleurs puis avons demandé à l’entreprise d’extrapoler sur l’ensemble des bâtiments. Donc bravo à l’entreprise Dufoix qui a réalisé les plans d’exécution et commandé à Terreal la fabrication de tous les éléments » s’enthousiasme l’architecte.

 

Un travail minutieux de l’entreprise

 

Philippe Dufoix, le dirigeant de l’entreprise, installé depuis 1979, avait déjà posé des bardeaux en terre cuite, mais jamais de bardeaux vernissés. « Les produits étaient adaptés à leur usage et la mise en œuvre n’a pas été compliquée. Le nerf de la guerre du projet, c’était vraiment le calepinage. Il a fallu être très minutieux pour respecter les alignements des pièces de la couverture à la façade » explique-t-il. Trois de ses salariés ont travaillé sur toute l’école durant deux mois pour poser l’ensemble des éléments, à raison d’environ deux jours par façade ou pan de toiture.

Côté équipements techniques, le chauffage est produit par une chaudière gaz mutualisée entre les deux écoles, maternelle et primaire. Une ventilation double-flux assure le renouvellement de l’air intérieur.
La totalité des travaux aura duré 14 mois, de juillet 2016 à octobre 2017.


Fiche technique :

Maître d’ouvrage : Mairie de Barjouville, 28630 Eure-et-Loir
Maître d’ouvrage délégué : Saedel (société d’aménagement et d’équipement du département d’Eure-et-Loir)
Architectes : SBBT (Sophie Berthier Benoît Tribouillet)
Entreprise de pose : Dufoix Entreprise
Surface du projet : 1094 m²
Coût : 2,5 millions d’euros

 

Commentaires

Une école maternelle enveloppée de terre cuite émaillée

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur