Le moniteur
Un isolant en accordéon pour un bâtiment à ossature bois
Nouveau bâtiment Charpente Lallemand - © Maya Pic

Diaporama

Un isolant en accordéon pour un bâtiment à ossature bois

Maya Pic |  le 13/12/2018  |  ChantiersCôte d'OrIsolationActisConstruction bois

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Chantiers
Côte d'Or
Isolation
Actis
Construction bois
Isolation thermique par l’intérieur
100 % gros œuvre
100 % second œuvre
Valider

Un charpentier couvreur a isolé les locaux de son entreprise avec un isolant alvéolaire à structure en nid d’abeille, Hybris d’Actis. Un choix motivé par les performances thermiques et par la grande simplicité de pose du produit.

1/7

Nouveau bâtiment Charpente Lallemand

© Maya Pic

Le nouveau local commercial de l’entreprise Charpente Lallemand est situé à Couternon, en proche périphérie de Dijon. Le bâtiment à ossature bois comprend un bureau et un atelier au rez-de-chaussée, des bureaux et des sanitaires à l’étage. À l’extérieur, un écran HPV est tendu sur chevrons. Un contre-lattage de liteaux est en attente du bardage bois.

2/7

Travaux

© ©B2I-Michel Bost

Les travaux ont débuté en mai 2018. Tous les éléments à ossature bois (murs, toiture) ont été fabriqués directement sur site, durant 2 mois et demi, puis entreposés à plat, sur le terrain, en attendant le levage. En juillet, deux jours ont suffi pour effectuer le levage de toute la structure, à 4 personnes et avec l’aide d’une grue.

3/7

Stockage

© ©B2I-Michel Bost

Les panneaux d’isolant alvéolaire Hybris d’Actis sont emballés compressés, faciles à transporter et à stocker. Disponibles en deux formats (265 x 115 cm et 120 x 114,5 cm) et en 12 épaisseurs, ils sont conditionnés en colis de 2 à 8 panneaux. En grand format, 9 colis suffisent pour isoler 100 m² de murs. Ne produisant ni fibres irritantes ni poussière à la coupe et à la pose, ils préservent le chantier propre.

4/7

Découpe

© Maya Pic

Entre les montants d'ossature bois, les panneaux Hybris sont posés le sens rigide à l’horizontale, les alvéoles perpendiculaires aux montants (à l’inverse, sur des murs maçonnés, ils se posent le sens rigide vertical). Les panneaux sont découpés en majorant la largeur des caissons de 5 à 10 mm pour assurer un bon maintien.

5/7

Pose entre montants

© ©B2I-Michel Bost

La première couche d’isolant Hybris (140 mm d’épaisseur) est insérée entre les montants bois de l’ossature primaire. Il peut être passé encore comprimé, puis déplié comme un éventail en montant. Une seconde couche d’isolant (60 mm d’épaisseur) sera posée croisée, sur une ossature secondaire.

6/7

Adhésif

© ©B2I-Michel Bost

Un adhésif est appliqué aux jonctions des panneaux, ainsi qu’en périphérie de l’isolation, pour assurer l’étanchéité à l’air et à la vapeur d’eau.

7/7

Rez-de-chaussée

© ©B2I-Michel Bost

Au rez-de-chaussée, seul le bureau est isolé. Ici, les deux couches sont posées, l’ossature métallique attend les plaques de plâtre. Au plafond, au-dessus de l’isolant, une lame d’air de 10 cm a été préservée. Les murs de l’entrepôt et atelier de fabrication (au fond) ne seront eux pas isolés.

Anthony Lallemand a créé son entreprise Charpente Lallemand en 2011 à Dijon. Pour s’adapter au développement de son activité, il vient de construire cette année un nouveau local commercial, plus spacieux, à Couternon, quelques kilomètres à l’est de Dijon. Le bâtiment comprend un bureau et l’atelier de fabrication au rez-de-chaussée, et, à l’étage, des bureaux supplémentaires, un espace de repos et des sanitaires.

Confort de pose et chantier propre

Le jeune charpentier-couvreur a lui-même réalisé, avec l’aide de ses deux salariés, la construction du bâtiment. Spécialisé dans l’ossature bois, il a naturellement opté pour ce système constructif léger. Pour isoler l’ensemble, il a recherché une solution performante mais également rapide et agréable à poser. Son choix s’est porté sur l’isolant alvéolaire Hybris d’Actis.
« Je connaissais déjà certains produits Actis, comme le Triso-toiture (anciennement Triso Super 12 Boost’R) que j’avais posé chez plusieurs clients. Le confort de pose de ces produits est impressionnant : ils sont légers, manipulables à mains nues, simples à découper avec un cutter ou une scie, ne dégagent aucun composant désagréable… et laissent le chantier sans poussière, facile à nettoyer », souligne Anthony Lallemand.

Un isolant pliable et dépliable

Ultraléger, Hybris présente par ailleurs un avantage indéniable à la pose : rigide dans un sens, il se plie et se déploie comme un accordéon dans l’autre sens. Une qualité appréciée par l’artisan. « Grâce à sa structure en accordéon, on peut aisément mesurer les besoins, sans avoir à calculer la découpe au millimètre près. L’isolant s’ajuste lors de la pose à la mesure nécessaire. De plus, il est déjà doté d’un pare-vapeur, ce qui rend sa mise en œuvre encore plus rapide » remarque-t-il.
Autre atout non négligeable de l’isolant : emballé sous forme compressée, il nécessite peu de place pour son stockage et se transporte facilement. En le dépliant, sa structure alvéolaire semi-rigide reprend rapidement forme. « Par ailleurs, il ne craint ni la pluie ni l’humidité, ce qui est appréciable et rassurant en cas de conditions climatiques difficiles » ajoute Anthony Lallemand.

Confort thermique été comme hiver

Applicable en murs, toitures et planchers de combles perdus, Hybris assure l’isolation thermique, l’isolation phonique et l’étanchéité à l’air. Sa performance thermique (lambda 0,033) est certifiée Acermi. Il est composé de plusieurs nappes de mousse de polyéthylène, séparées par des films métallisés étanches à l’air. Ceux-ci réfléchissent jusqu’à 95% des rayons infrarouges, garantissant un confort thermique même par fortes chaleurs. Étanche à la vapeur d’eau sur ses deux faces, l’isolant préserve un air intérieur frais et sec.

Adapté à la maçonnerie et à la construction bois

Déclinés en 12 épaisseurs de 50 à 205 mm (R de 1,5 à 6,20 m².K/W), les panneaux Hybris sont disponibles en grand format de 3,04 m² (265 x 115 cm), préconisé pour l’isolation des murs maçonnés, et en demi-panneau (120 x 114,5 cm), adapté aux ossatures bois des rampants de toiture et des murs OSB. Sur ce chantier, 150 m² de murs, 120 m² de plafond et 100 m² de plafond sous rampants ont été isolés. Les murs accueillent deux couches, l’une de 140 mm d’épaisseur entre les montants à ossature bois, la seconde de 60 mm en pose croisée, sur rails. Plafond et rampants sont isolés eux avec une simple couche de 140 mm, en pose sur rails.

 

Commentaires

Un isolant en accordéon pour un bâtiment à ossature bois

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur