En direct

Des façades du XIXe siècle restaurées au mortier de chaux en une passe
Façade rénovée - © Maya Pic

Diaporama

Des façades du XIXe siècle restaurées au mortier de chaux en une passe

le 19/06/2018  |  TechniqueChantiersRénovationArtisan chantierChaux

Les façades d’un immeuble pré-haussmannien du Xe arrondissement parisien ont retrouvé résistance et esthétique grâce au nouveau mortier Chausable Premium de Saint-Astier, applicable en une seule couche de forte épaisseur.

1/7

Façade rénovée

© Maya Pic

Première des trois façades sur cour restaurée, au 204 faubourg Saint-Martin, Paris Xe.

2/7

Décroutage

© Thierry_MERCIER

Étape indispensable pour découvrir les pans de bois, les laisser sécher, les traiter voire les remplacer, la phase de décroutage a été plus importante que prévue sur ce chantier.

3/7

Grillage et feutre

© Maya Pic

Après traitement du bois et reconstitution du remplissage, les anciens bois sont recouverts d'un feutre de protection, puis toute la façade recouverte de grillage à maille 19 x 19 mm (diamètre 1,05 mm).

4/7

Feutre

Certaines parties sont totalement recouvertes de feutre de protection.

5/7

Dégrossis

Mise en œuvre par projection du mortier de chaux Chausable premium de Saint Astier, en une seule couche d’épaisseur 8 cm.

6/7

Finition

Dernière étape de la rénovation de façade, une couche de finition chaux-sable Paris déco de Saint Astier.

7/7

Autres façades

Les deux autres façades du chantier en cours de rénovation.

Constituées d’une structure à pans de bois et d’un remplissage en plâtre et chutes de moellons, les façades sur cour du 204 faubourg Saint-Martin étaient très dégradées et souffraient de multiples pathologies.En cause, un revêtement plastique épais (RPE) appliqué lors d’un ravalement il y a une trentaine d’années et des fuites au niveau des raccords de descentes des eaux. Empêchant l’évaporation de l’eau, le RPE a engendré la persistance de zones d’humidité, le pourrissement de la structure bois et la fragilisation de l’ouvrage, imposant une intervention rapide. L’opération de restauration, sur trois façades, a été effectuée par la société Peintures bâtiment service (PBS), basée en Ile-de-France. Quatre tranches de travaux se sont déroulées sur douze mois (entre avril 2017 et mai 2018) au lieu de neuf mois prévus initialement, à cause des intempéries hivernales et de la reprise des pans de bois, plus importante que prévue.

Consolidation du bois

La première étape a consisté à décrouter les façades en retirant une épaisseur de plâtre suffisante pour découvrir le bâti et les pans dégradés. En deuxième lieu, les compagnons ont consolidé la structure bois. Certains pans – les moins touchés – ont été repris avec de la résine, d’autres ont dû être coupés et remplacés, principalement au niveau des descentes d’eau. Les bois ont alors été traités au Xylophène et protégés par un feutre. Les compagnons ont ensuite reconstitué le remplissage des façades à l’aide de pierres, apposé des mouchoirs d’angles (bandes de renfort) aux angles des fenêtres et, enfin, appliqué sur toute le surface de la façade un grillage soudé galvanisé à maille 19 x 19 mm (1,05 mm de diamètre).

Une seule couche de 8 cm

Après cette reprise structurelle, l’entreprise PBS a pu démarrer l’application mécanique du mortier Chausable Premium, à raison d'une demi-journée de travail par étage. Spécialement conçu pour cette typologie de façade, ce nouveau mortier de chaux se caractérise par son application en une seule couche de forte épaisseur (8 cm) recouvrable en seulement 7 jours. Alors que les mortiers de chaux classiques se posent en trois couches de 2-3 cm, nécessitant chacune 7 jours de séchage, celui-ci a permis de gagner deux semaines sur la durée du chantier, soit une réduction des temps de travail, d’immobilisation des échafaudages et de nuisances pour les habitants. En dernière étape, une couche de finition chaux-sable Paris déco de Saint Astier a été appliquée à la taloche, pour une finition lissée. Fiche technique Maître d’ouvrage : Cabinet Cogesco Maître d’oeuvre : Fernandez Architecte DPLG Entreprise : Peinture-Bâtiment-Services Budget : 142 000 euros hors confortation de pans de bois et TS Surface : 700 m² Durée chantier : 1 an (4 tranches d’avril 2017 à mai 2018)

Cet article fait parti du dossier

Projets d'artisans

Commentaires

Des façades du XIXe siècle restaurées au mortier de chaux en une passe

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX