En direct

Un concentré de technologies pour un bâtiment autonome
Autonomous Building for Citizens - © © Pierre Jayet
Diaporama

Gestion des déchets

Amélie Luquain |  le 13/09/2019  |  IsèrecarboneenergiepositiveEauDéchets

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Isère
carbone
energiepositive
Chantiers
Eau
Déchets
Valider

1/7

Autonomous Building for Citizens

© © Pierre Jayet

A Grenoble, les deux bâtiments démonstrateurs du concept ABC, pour « Autonomous Building for Citizens », sont depuis l’été hors d’eau et hors d’air. L’occasion de faire le point sur les moyens mis en place pour ce projet ambitieux, qui se veut autonome en énergie et en eau.

2/7

Limiter l’empreinte carbone

© © Pierre Jayet

Des fondations jusqu’aux murs, les 3500 m3 de bétons, majoritairement en béton autoplaçant, utilisent un ciment CEM IV. Le clinker, responsable des hautes teneurs en carbone du ciment, y a été en partie remplacé par de la pouzzolane naturelle. « Nous avons pu réduire nos émissions de CO2 d’environ 25% tout en conservant les caractéristiques techniques du béton », indique Grégoire Douillet, directeur commercial France chez Vicat.

En parallèle, un isolant biosourcé en panneaux de liège est actuellement mis en œuvre. « Sa résistance thermique R de 5 m².K/W pour une épaisseur de 20 cm reste conforme par rapport à ce qui se fait actuellement en ITE », confie Vincent Joly, chef de groupe travaux chez Bouygues Bâtiment Sud-Est. Son intérêt réside dans son impact carbone. Le matériau provient d’exploitation sylvicole. « Le chêne-liège renouvellera naturellement son écorce et absorbera alors 2,5 à 4 fois plus de CO2 qu’un arbre non exploité », explique le représentant de chez Weber. « Son bilan carbone est donc bon, malgré son importation du Portugal », poursuit-il.

L’ensemble a permis d’atteindre le niveau le plus exigent E+C- en matière d’émission de CO2 : « carbone 2 »

3/7

Autonomie en énergie

© © Pierre Jayet

Installée sur la coiffe des bâtiments, 688 panneaux photovoltaïques totalisent 1130 m² de cellules monocristallines et cumulent une puissance de 209 kWc. L’électricité produite sera majoritairement utilisée sur place. Pour favoriser l’adéquation entre production photovoltaïque (essentiellement en milieu de journée) et consommation (pic du matin et pic du soir), l’énergie sera stockée dans des batteries d’une capacité de 365 kWh, afin de la restituer à des moments opportuns. Autre exemple, le chauffage sera assuré par des radiateurs à batteries intégrées, qui peuvent être chargées le jour via le photovoltaïque et redistribuer l’énergie la nuit par exemple.

« Le photovoltaïque devrait fournir 107% de l’énergie nécessaire ce qui permettra largement l’autoconsommation collective et en fera un bâtiment positif », explique Emmanuel Huard, responsable exploitation des ouvrages ENR chez GEG ENeR (Gaz Electricité de Grenoble). Cette dernière exploitera la ferme afin de délester le surplus sur le réseau électrique, ou de faire l’appoint si besoin, notamment en hiver.

4/7

Autonomie en eau

© © AL

L’eau fonctionnera en double réseau : d’un côté les eaux potables, de l’autre celles qui ne le sont pas.

Les eaux de pluie seront collectées, stockées, filtrées puis traitées par Suez, en boucle-courte sur le site. Elles alimenteront le réseau d’eau potable des logements (lavabos, éviers, douches, lave-vaisselle et lave-linge), mais ne se substitueront pas totalement au réseau communal. Celui-ci continuera de fournir une partie de l’eau potable.
Des douches à recyclage seront installées. En temps réel, un mécanisme avec une pompe et un analyseur de turbidité permettra de connaitre le niveau de propreté de l’eau. Si elle est jugée suffisamment propre, elle sera renvoyée dans le mitigeur pour être réutilisée immédiatement.

Les eaux grises, d’une température d’environ 25°C, seront d’une part optimisées grâce à une pompe à chaleur qui en récupèrera les calories pour préchauffer les eaux chaudes sanitaires. D’autres part, elles seront récupérées et réutilisées par Suez dans les toilettes, pour l’arrosage des 360 m² de jardins partagés ou pour le nettoyage des locaux.

5/7

Qualité de l’air intérieur

© © Pierre Jayet

Des centrales individuelles de traitement d’air en double-flux assureront la ventilation, avec des débits de 30/45/60 m3/h, en fonction des pièces. L’air vicié sera donc filtrée et préchauffera l’air neuf en hiver par un échange de calories. Le confort d’été sera assuré par ventilation naturelle grâce aux logements traversants.

Par ailleurs, en plafond, des plaques de plâtre participeront à la qualité de l’air intérieur. « Un composant intégré au gypse durant la fabrication des plaques de plâtre permet d’absorber jusqu’à 80% du formaldéhyde de l’air ambiant, de le transformer en composé inerte puis de le stocker au sein de la plaque », explique Gilles Verdot, chef de région chez Placoplatre.

Ici, on observe le purificateur d'air centralisé InspirAir de chez Aldes

6/7

Gestion des déchets

© © Pierre Jayet

Le démonstrateur ABC vise une réduction de 40% des déchets ménagers. Pour ce faire, le tri sera amélioré à la source avec quatre grands bacs dans les cuisines et les locaux poubelles seront équipés de système de pesage. Les déchets putrescibles seront compostés et réutilisés dans les jardins potagers sur site.

Quant aux déchets de chantiers, « ils sont actuellement valorisés à 88% en poids », affirme Vincent Joly, chef de groupe Travaux chez Bouygues Bâtiment Sud-Est.

7/7

Un bâtiment connecté

© © Pierre Jayet

Une application digitale développée par Linkcity Sud-Est permettra de suivre, à l’échelle de la résidence, la production d’énergie via les panneaux solaires et le stockage dans les batteries, la quantité d’eau récupérée et traitée, la quantité de déchets produits par la résidence et la qualité de l’air extérieur, des transports à proximité, de la météo. A l’échelle du logement, l’application permettra de suivre la consommation énergétique en électricité et en eau et les éco gestes à adopter.

Les logements seront équipés de 6 à 7 capteurs chacun. Dix logements seront suréquipés pour suivre la consommation détaillée de chaque terminal (douche, évier, lavabo, four, machines à laver,…). Ainsi, c’est près de 500 capteurs qui donneront les informations de consommations en temps réel et offriront un bilan par semaine, par mois et même sur une année complète.

Commentaires

Un concentré de technologies pour un bâtiment autonome

Votre e-mail ne sera pas publié

BON

13/09/2019 16h:52

Bonjour,Je ne vois pas le nom de l'architecte de ce bâtiment intelligent ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

Date de parution : 06/2019

Voir

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Conduire son chantier en 70 fiches pratiques

Date de parution : 11/2018

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur