En direct

Trophées Campus Archizinc : les lauréats
1er prix : Tree Modular House. Dario Fantinato et Francesca Guaraldo, université de Padoue (Italie) - © © Dario Fantinato et Francesca Guaraldo

Diaporama

Trophées Campus Archizinc : les lauréats

le 23/10/2017  |  Architecture

1/5

1er prix : Tree Modular House. Dario Fantinato et Francesca Guaraldo, université de Padoue (Italie)

© © Dario Fantinato et Francesca Guaraldo

Le projet imaginé s’adapte aux logements collectifs du programme INA CASA, implantés dans les années 1970, selon un plan d’intervention de l’État, sur tout le territoire italien. Ces réalisations avaient été pensées sur un module de base identique : un escalier extérieur dessert les deux derniers étages d’un immeuble de cinq niveaux. La proposition des étudiants allie la rénovation de l’existant à la création de nouveaux espaces latéraux où des « arbres » en acier servent de structure. Flexibles, les volumes ajoutés aux différentes orientations, s’adaptent aux conditions du soleil et du vent, optimisant ainsi le bien-être intérieur. La structure en forme de tronc intègre un système de collecte des eaux usées et de chauffage. Le bâtiment réhabilité est végétalisé en façade et toiture grâce à des jardins partagés. La démarche environnementale et la proposition de bio-mimétisme ont séduit le jury : « l’intention architecturale autour de la symbolique de l’arbre et de la cabane habitable apporte de réelles qualités spatiales intérieures et extérieures ».

2/5

2e prix : New York, Shanghai, Sarcelle. Pierre Gaboriaud, Emilie Gorgery, Alexandre Noceto et Kevin Robin, ENSAVT Marne-la-Vallée.

© © Pierre Gaboriaud, Emilie Gorgery, Alexandre Noceto et Kevin Robin

Le projet est situé dans la ville de Sarcelles dans le quartier de Locheres, qui regroupe pas moins de 125 ethnies, l'un des plus grands complexes de logements sociaux de la région parisienne. Construites entre 1955 et 1976, les barres d’habitations et les tours composent le paysage et intègrent quelques espaces verts. Aujourd’hui, ce quartier s’inscrit dans l’opération nationale de rénovation urbaine ANRU 2. Le bâtiment concerné par l’intervention est une figure architecturale emblématique incontournable du quartier. Il s’agit d’un immeuble de type « biscotte » de dix niveaux, et d’une hauteur de 31 m sur une longueur de 62 m. Il est implanté au carrefour de deux grands axes et surplombe le centre commercial Flanades. Un arrêt de tramway est également en cours de développement au pied de l’immeuble. Le bâtiment dispose d’un fort potentiel de  rénovation malgré la volonté de la ville de le démolir. Les étudiants ont développé leur proposition en imaginant un projet qui rendrait les logements sociaux existants mieux adaptés aux besoins actuels de tous ses habitants. La proposition s’articule autour de deux extensions, une latérale et une vers le haut, et d’une requalification de toute l’enveloppe. La façade, côté Sud donnant sur la rue, introduit du relief grâce à des boîtes « greffées » de différentes profondeurs. Habillées de zinc, elles brisent la géométrie lisse et stricte de l’ouvrage actuel, apportant un effet de vibration. Véritables espaces de vie, elles maximisent également la surface des logements et créent une nouvelle connexion avec les passants et l’extérieur. Ces modules sont intégrés à une ossature bois, elle-même fixée à la structure existante. Sur le toit, une nouvelle typologie de logement, jusqu’ici ignorée dans le quartier, voit le jour : une maison avec jardin. Ces habitations T3 viennent compléter les T4 et T5 de l’immeuble. Elles semblent se superposer aux espaces extérieurs généreux. Les portes d’entrée s’ouvrent sur les terrasses partagées. « une généreuse et belle idée de redonner vie à ce quartier et d’offrir de nouveaux usages aux habitants des logements existants », souligne le jury.

3/5

e prix : Une pièce en plus. Pierrick Augneau, Juliette Chuzel, Corentin Robert et Melissa Robert-Turotte, Ensa Lyon.

© © Pierrick Augneau, Juliette Chuzel, Corentin Robert et Melissa Robert-Turotte

Bourgoin-Jallieu est une agglomération de plus de 50 000 habitants, située en Isère. Elle est composée de quartiers disparates. Le site de Champ-Fleuri se distingue par de grands ensembles. Classé en Zone Urbaine Sensible, ce quartier constitue une priorité pour la commune. L’objet de la proposition est un ensemble composé de quatre bâtiments, disposés en miroir et formant un îlot en leur centre. Ces R+6 accueillent 28 logements chacun, du T2 au T5. Leur structure renforcée en béton est un symbole de l’architecture d’après-guerre. Les étudiants ont imaginé des espaces supplémentaires privés dedans comme dehors. Intégrée au niveau des façades aveugles des appartements, chaque « pièce en plus » offre 9 m² supplémentaires : un espace intérieur additionnel et chauffé, une terrasse et une passerelle. Les pièces ajoutées rythment les façades. Leur isolation extérieure est protégée par des cassettes en zinc. Leurs perforations circulaires participent à la ventilation naturelle dans le cadre de la rénovation énergétique globale des immeubles et accueillent une végétation grimpante. Les volets pliants et les balustrades, également en zinc perforé, viennent compléter l’ensemble. Les extensions sont faites de modules indépendants préfabriqués. Les boîtes rapportées, isolées et étanches, s’accrochent à la structure existante selon un procédé qui permet de réduire le temps de mise en œuvre et la pollution associée (bruit, poussière…). Le travail de végétalisation des façades côté cour permet de créer un jardin en coeur d’îlot. Le projet est réaliste avec une économie de moyens et de matière. Il assure la reproductibilité de la méthode.

4/5

Mention : The Frame. Giovanni Colombo, Giulia Romano et Ortensia Staccioli, université de Pavie (Italie)

© © Giovanni Colombo, Giulia Romano et Ortensia Staccioli

Le Collège Golgi, l’un des plus connus de Pavie, est un complexe composé de six bâtiments réalisés à la fin des années 70. Il est situé dans un quartier résidentiel, à proximité du centre-ville, de l'université et de l'hôpital. Le programme est divisé en deux parties : « Golgi 1 » et « Golgi 2 ». À l’origine conçu pour du logement social, son usage a évolué pour devenir un équipement scolaire dans les dernières années de travaux. Ce changement explique le manque d’espace. Les étudiants ont développé un vaste volume sur toute la hauteur du bâtiment afin de diviser et d’accroître l'espace à chaque étage. Il est soutenu par quatre piliers de fer (30 x 40 cm) intégrés à proximité de l'escalier. Au niveau du toit, la résistance de la dalle de béton a été améliorée avec un cadre de poutres en acier renforcé. Il relie les piliers du nouveau volume à la structure de support de la partie ancienne. L’idée de durabilité, qu’elle soit écologique ou économique, est présente à tous les niveaux de cette réhabilitation avec du zinc, du bois et du verre. La forme du nouveau bâtiment est étudiée selon l'orientation du soleil qui intègre des panneaux solaires. La nouvelle façade ventilée permet de réduire la température du mur-rideau, optimisant le confort intérieur des occupants. L’ancien bâtiment, habillé de béton préfabriqué, est rénové avec l’ajout de panneaux sandwich pour renforcer l’isolation thermique et de panneaux étanches pour améliorer la résistance à l'humidité. Un système de collecte, de filtrage et de réutilisation de l'eau de pluie contribue à la réduction des factures.

5/5

Coup de coeur : Hesiodo. Carmen Ruiz Peral, Victor Santana Martin et Irene Sotos Garcia, université d'Alicante (Espagne)

© © Carmen Ruiz Peral, Victor Santana Martin et Irene Sotos Garcia

Hesiodo est situé dans le quartier résidentiel de Polanc, à l’Ouest du centre-ville de Mexico. Il se caractérise par son ambiance calme, sa végétation luxuriante et ses nombreux transports publics (métro, bus…). Le projet est encadré par les deux principales avenues du quartier « Horacio » et « Président Masaryk ». Le bâtiment sélectionné est un immeuble de quatre étages sur une partie, et de cinq étages sur une autre, possédant des toits à des niveaux différents. Ils sont connectés l’un à l’autre par les parties communes centrales. Les interventions sur le projet se focalisent sur cette 5ème façade afin de proposer une mise à niveau et une nouvelle connexion entre les différents espaces en terrasse. Les étudiants ont conçu une extension à l’aide de conteneurs maritimes de 12 m de long. Ces modules abritent des logements étudiants. Ils permettent de mixer ce type d’habitat avec les autres appartements de standing du bâtiment. Les façades des conteneurs sont traitées avec un bardage en zinc de couleur sombre. Une façade complète est végétalisée et apporte une réponse environnementale et au climat chaud de la ville. Une belle réponse pour investir les toitures terrasses dans les villes.
Trophées Campus Archizinc : les lauréats

Commentaires

Trophées Campus Archizinc : les lauréats

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX