En direct

Rouen: la rénovation de l’Aître Saint-Maclou bientôt achevée
Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : vue centrale de l’aître, cour arborée (photomontage) - © R. Duplat
Diaporama

Rouen: la rénovation de l’Aître Saint-Maclou bientôt achevée

Alizée Guilhem |  le 28/01/2020  |  Seine-MaritimePatrimoineACMH

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Seine-Maritime
Patrimoine
ACMH
Valider

Une visite organisée le 24 janvier 2020 par la Métropole Rouen Normandie a permis de constater l’avancement du chantier de rénovation de l’Aître Saint-Maclou. Débutés en avril 2018, les travaux devraient se terminer à la fin du mois de mars. Aperçu en images.

1/9

Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : vue centrale de l’aître, cour arborée (photomontage)

© R. Duplat

L’état de référence retenu pour la rénovation est l’état de l’aître en 1880, considéré comme le plus significatif du vécu du site. Autour de la cour centrale, quatre galeries ont été érigées à partir de 1526 pour servir d’ossuaire. Depuis la fin du XVIIIe siècle, les lieux sont occupés par des écoles et les galeries ont été rehaussées d’un étage.

2/9

Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : vue du projet de passage dans l’aile ouest

© R. Duplat

L’une des volontés du maître d’ouvrage est de permettre la liaison piétonne entre les rues de Martainville et de Géricault en créant un passage ouvert au public dans l’aile ouest. L’image montre ici le projet de l’architecte.

3/9

Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : le passage dans l’aile ouest une fois les travaux achevés

© Métropole Rouen Normandie

Le passage a été ouvert en juin 2019 à l’occasion de l’Armada, grand événement touristique organisé à Rouen. Cette galerie est donc à présent ouverte sur la cour et permet au public d’apprécier l’ensemble du bâtiment. Des panneaux d’information accompagnent les visiteurs dans leur découverte des lieux.

4/9

Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : ornements macabres des sablières et huisseries à l’ancienne

© Alizée Guilhem

Les motifs de décoration macabre des sablières des façades à pans de bois rappellent l’installation de l’ossuaire au-dessus des galeries au XVIe siècle. Ces têtes de mort gravées dans le bois sont présentes dans l’ensemble du monument et ont été restaurées. Par ailleurs, on remarque aussi que les menuiseries ont été restaurées sans prise en compte des normes actuelles : ce poste a représenté une part importante du coût total, avec 240 huisseries de 17 types différents (fenêtres à guillotine, à la française, mixtes, etc.).

5/9

Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : remplacement de pièces de charpente en bois de chêne

© Alizée Guilhem

Si la règle première était de préserver au maximum ce qui pouvait l’être pour ne pas ébranler la structure porteuse, il a tout de même fallu remplacer certaines pièces de charpente (sommiers, solives). Du bois de chêne a principalement été utilisé.

6/9

Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : poutres métalliques pour grande portée dans l’aile sud

© Alizée Guilhem

L’aile sud est la partie du bâtiment qui a offert le plus de mauvaises surprises : lors du déshabillage des structures, une grande instabilité a été décelée, due au « bricolage » des éléments porteurs depuis plusieurs siècles. La façade à pans de bois était décrochée de la charpente et présentait un risque d’effondrement. C’est cette partie du chantier qui a engendré quelques retards par rapport aux délais initialement prévus. Il a fallu renforcer les fondations, reprendre les planchers, le tout dans le respect du monument. Pour les grandes portées, des poutres métalliques ont été installées.

7/9

Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : charpente moderne pour la verrière

© Alizée Guilhem

Adossée à cette aile sud, la terrasse d’un lieu de restauration sera installée sous une verrière. Cette transparence permettra la vue de la façade sud du bâtiment, tout en offrant un abri aux visiteurs. La charpente en lamellé-collé cintré est d’un style plus moderne que le reste des lieux.

8/9

Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : chapiteau sculpté d’une colonne à l’angle des galeries nord et ouest

© Alizée Guilhem

Restauration des décors en pierre, en bois, mais aussi de décors peints et de vitraux dans d’anciennes chapelles : dans son ensemble, ce chantier de rénovation hors norme a nécessité le travail de quinze corps de métiers et la coopération d’une vingtaine d’entreprises. « Nous avons encore aujourd’hui en France les savoir-faire nécessaires », rappelle Richard Duplat, l’architecte maître d’œuvre du chantier.

9/9

Chantier de l’Aître Saint-Maclou à Rouen : fac-similé d’un papier peint d’époque

© Alizée Guilhem

Un maximum d’éléments patrimoniaux du lieu ont été mis en valeur. Par exemple, près d’une centaine de papiers peints ont été mis à jour, avec parfois trois couches de papiers superposées, datant de diverses époques entre le XVIIIe et le XXe siècle. Il a été décidé de reproduire l’un d’eux, dont l’origine remonterait à 1780 environ.

L’Aître Saint-Maclou est l’un des rares cimetières à galeries subsistant en France et le deuxième monument le plus attractif à Rouen après la cathédrale, avec plus de 300 000 visiteurs par an. Depuis le début de sa construction au XIVe siècle, l’édifice a largement évolué mais l’opération de restauration en cours est sans précédent dans l’histoire du monument.

Sur le même sujet Cinq siècles décryptés à l'Aître Saint-Maclou

 

Intégrité et authenticité

 

Son objectif ? Assurer la conservation de l’aître et préserver, pour les générations à venir, l’intégrité et l’authenticité de cet édifice unique. Une visite organisée le 24 janvier par la Métropole Rouen Normandie a permis de constater l’avancement du chantier : débutés en avril 2018, les travaux devraient se terminer à la fin du mois de mars prochain. Le budget global des études et travaux s’élève à 14 millions d’euros HT. Le projet a été soutenu par la région Normandie (4 millions d’euros), l’État (1,6 million d’euros) et la Caisse des dépôts et consignation (30 000 euros).

Les intervenants

Maître d’ouvrage : Métropole Rouen Normandie
Assistant à la maîtrise d’ouvrage : Rouen Normandie Aménagement
Conservation régionale des monuments historiques : Drac
Maître d’œuvre : Richard Duplat, architecte en chef monuments historiques
Suivi archéologique : Institut national de recherches archéologiques préventives
Entreprises des trois lots principaux : Normandie Rénovation et Lefevre (maçonnerie) ; Ateliers Aubert-Labansat, SAS Lanfry, Menuiserie Benard et Rémy Desmonts (charpente menuiserie) ; groupement Boutel et Maison Dupuis (couverture ardoise et tuile)

Sur le même sujet L’aître Saint-Maclou va dérouler le tapis rouge à l’artisanat d’art

 

Commentaires

Rouen: la rénovation de l’Aître Saint-Maclou bientôt achevée

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur