Réseaux d’eau : des logements et des bureaux équipés avec du raccord qui siffle
Opération Le Baron à Mantes-la-Jolie - © Doc Eiffage/Pietri/Carta
Diaporama

Réseaux d’eau : des logements et des bureaux équipés avec du raccord qui siffle

ALAIN SARTRE |  le 30/04/2021  |  PlomberieConduit sanitaireEau chaude sanitaireArtisan plombierArtisan chauffagiste

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Plomberie
Conduit sanitaire
Eau chaude sanitaire
Artisan plombier
Artisan chauffagiste
Artisans
100 % eau et énergie
France
Valider

Les alimentations en eau de ces deux immeubles de Mantes-la-Jolie (Yvelines) font appel à du tube multicouche avec raccord Tigris M5. Opérés à l'air comprimé, les essais d'étanchéité sont hygiéniques... et parfois sonores.

1/6

Opération Le Baron à Mantes-la-Jolie

© Doc Eiffage/Pietri/Carta

Image de synthèse de l'opération. Conçus par les cabinets d'architecture Pietri et Carta, les bâtiments sont construits par le groupe Eiffage.

2/6

Les ballons électriques

© Alain Sartre

Les blocs sanitaires des bureaux sont équipés de ballons à semi-accumulation d'une capacité de 65 litres, de marque Atlantic. En mode automatique, le pilotage de la résistance électrique de 2250 W s'adapte aux habitudes de consommation en respectant une consigne de 50°C.

3/6

La distribution collective

© Alain Sartre

En sous-sol, la nappe de tubes multicouches de 25 à 50 mm de diamètre est suspendue à la dalle du rez-de-chaussée, en direction des différentes gaines techniques. Des boucles permettent d'entretenir la circulation et la température du réseau d'ECS.

4/6

Sertisseuse et facilité de pose

© Alain Sartre

Le raccord Tigris M5 accepte plusieurs profils de sertissage (U, Up, Th, H ou B). Doté de 2 joints d'étanchéité en EPDM, son corps en laiton porte une bague en PET transparent qui permet de visualiser le bon enfoncement du tube multicouche dans la douille en acier inox.

5/6

Les logements hydrocâblés

© Alain Sartre

Comme les radiateurs, les sanitaires sont alimentés par des tubes PER sous fourreau noyés en chape. Au cœur des appartements, les réseaux d'eau et d'air sont réunis dans des gaines techniques qui complètent les gaines palières.

6/6

La recherche de fuite

© Alain Sartre

La recherche de fuite en cours de montage se fait avec un compresseur d'air sans huile branché sur une vanne d'arrêt : les raccords produisent un sifflement en présence d'un défaut de sertissage (image extraite d'une vidéo de démonstration du fabricant Wavin).

D'un côté 6 500 m² de bureaux, de l'autre 42 logements : l'opération Le Baron à Mantes-la-Jolie, conçue par les cabinets d'architecture Pietri et Carta et construite par Eiffage, se compose de deux immeubles de cinq étages. « Sur le premier bâtiment, nous installons les blocs sanitaires avec une simple alimentation en eau froide et une production individuelle d'eau chaude sanitaire (ECS) par ballon électrique. Sur le second, nous prenons en charge le chauffage, l'ECS et la ventilation simple-flux », précise José Tavares, cogérant de l'entreprise AST Plomberie.

Prévenir les contaminations

L'immeuble d'habitation, au plan triangulaire, dispose au premier sous-sol d'une chaufferie collective assurant à la fois le chauffage et l'ECS des logements. L'installation comprend deux chaudières gaz à condensation d'une puissance unitaire de 90 kW. La production d'ECS relève d'un échangeur à plaques avec accumulation dans un ballon de 1000 litres.

L'alimentation en eau de la chaufferie passe par un filtre et un adoucisseur avec bac à sel. Une gestion réglementaire des températures du ballon et de la distribution prévient la contamination de l'ECS. Le risque légionelle est pris en compte au niveau du réseau par la mise en œuvre de bouclages.

Livrer des réseaux "secs"

Dans les logements, la distribution s'effectue par canalisations PER noyées en chape. En sous-sol et colonnes, du tube multicouche est utilisé pour l'eau froide et chaude et pour le réseau de chauffage. « C'est l'offre Wavin qui a été sélectionnée, indique José Tavares. Elle disposait déjà d'une certification NF 545 lors de la passation du marché*. »

L'entreprise expérimente sur ce chantier la nouvelle génération de raccords Tigris M5 de Wavin, pour l'instant disponible jusqu'au diamètre 40 mm. Spécificité de cette technologie appelée à remplacer la gamme M1 : le fabricant recommande de procéder à des essais d'étanchéité à l'aide d'un compresseur d'air sans huile. Les raccords non sertis sont ainsi facilement détectés car ils émettent un sifflement prononcé. La procédure prévoit une première mise en pression à environ 0,15 bar pendant au moins 30 minutes, puis une seconde avec montée progressive jusqu'à 3 bars. Cela évite les remplissages en eau prématurés, sources de stagnation et prolifération des légionelles.

*La norme NF DTU 60.1 prend en compte les tubes PEX, PB et multicouches depuis l'amendement A1 de décembre 2019

 

Entreprise AST Plomberie
Siège : Chambly (Oise)
Création : 2011
Co-gérants : José Tavares et Fabien Secheret
Effectif : entre 10 et 15 personnes
Activité : Plomberie, chauffage et ventilation en logement ou tertiaire y compris dans le secteur hospitalier

 

Commentaires

Réseaux d’eau : des logements et des bureaux équipés avec du raccord qui siffle

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil