En direct

Projets lauréats du concours étudiant 2013 de ConstruirAcier
Premier prix - © © Jérémy Germe, Justine Pinguet, Chloé Thomazo

Diaporama

Projets lauréats du concours étudiant 2013 de ConstruirAcier

le 31/05/2013  |  ArchitectureFrance entière

1/12

Premier prix

© © Jérémy Germe, Justine Pinguet, Chloé Thomazo

Projet « La vie de château », par Jérémy Germe, Justine Pinguet, Chloé Thomazo, de l'ENSA Paris-Val de Seine/Polytech’ Clermont-Ferrand. « La vie de château » propose une intervention sur une structure bâtie en 1936 située au cœur du projet de renouvellement urbain de la cité du Bel Air à Montreuil. Il s’agit de l’ancien château d’eau de la ville abandonné depuis 2003, symbole et signal de ce quartier. L’édifice possède deux éléments majeurs à mettre en valeur : la cuve comme un immense volume à exploiter et sa hauteur exceptionnelle.

2/12

Premier prix

© © Jérémy Germe, Justine Pinguet, Chloé Thomazo

Le château d’eau de Bel Air constitue une structure auto-stable grâce à son système de poteaux et d’entretoises et peut supporter une charge conséquente de 1500 tonnes. Le projet propose une augmentation à l’horizontale de son volume original via un système de poutres rayonnantes, appuyées sur les poteaux en béton déjà existants et soutenues, en bout de flèche par des suspentes. Les planchers collaborant, soutenus par ces poutres, confèrent au système l’homogénéité de ses charges par effet diaphragme.

3/12

Premier prix

© © Jérémy Germe, Justine Pinguet, Chloé Thomazo

Le rapport élevé résistance/poids de l’acier confère à la structure additionnelle sa légèreté et minimise ainsi les risques liés à l’augmentation des charges sur le château d’eau. Enfin, grâce à l’emploi d’assemblages boulonnés, l’endommagement de la structure béton est limité et l’ouvrage reste réversible.

4/12

Deuxième prix

© © Pierre D’Argy, Antonin Duquesnes, Florent Revel

Projet « Hanging layer », par Pierre D’Argy, Antonin Duquesnes, Florent Revel, de l'ENSA Paris-La Villette et de l’ENSA Strasbourg. Hambourg connaît depuis une vingtaine d’année un sursaut de développement urbain et architectural d’envergure, principalement dans la reconversion des quartiers portuaires aux portes du centre-ville comme la HafenCity. Le projet s’implante sur le site de la Spritzenplatz dans le quartier d’Altona. La richesse du lieu réside dans son éclectisme. L’idée consiste à ajouter l’empreinte d’une nouvelle ère urbaine sur le tissu existant, comme une marque naturelle du temps qui viendrait combler les interstices résultants de l’Histoire.

5/12

Deuxième prix

© © Pierre D’Argy, Antonin Duquesnes, Florent Revel

Pour atténuer l’impact et la puissance d’un rajout d’une architecture nouvelle sur l’existant, l’emploi de l’acier joue un rôle essentiel. L’objectif : privilégier une sensation de suspension, d’objets légèrement en flottement de façon à apporter un certain dynamisme architectural. Sa forme minérale et facettée introduit une distorsion de l’élévation globale de la place et crée ainsi l’événement.

6/12

Deuxième prix

© © Pierre D’Argy, Antonin Duquesnes, Florent Revel

Une installation aérienne, au-dessus des cours d’îlots déjà gangrénés de parking et autres bâtiments de stockage, tombe sous le sens. Ici encore l’acier tient un rôle structurel décisif de suspension dans le projet.

7/12

Troisième prix ex aequo

© © Damien Vieillevigne, Alexis Breuil, Nicolas Faou

Projet « La Sardine/C’est la sardine qui a bouché le port de Marseille », par Charlotte Durand-Rival, Mickle Bourel, Emmanuel Chesné, Simon Forget, de l'ENSA Marseille. Hommage au mythe marseillais, le port autonome accueille « La Sardine » sur le site du J-1, un ancien hangar, aujourd’hui reconverti en salle d’exposition dans le cadre de « Marseille Provence 2013 - Capitale européenne de la culture ». Le J-1 occupe une position stratégique au cœur du grand paysage marseillais : il est un repère depuis la mer mais aussi depuis les terres. Long de 250 mètres s’avançant sur la mer, le hangar se compose d’une structure mixte faite de poteaux en béton et d’une ossature métallique supportant la toiture.

8/12

Troisième prix ex aequo

© © Damien Vieillevigne, Alexis Breuil, Nicolas Faou

Afin de lui donner une échelle urbaine, le projet créé deux rues transversales qui sectionnent le volume en trois parties distinctes avec, une percée centrale, large avenue intérieure ouverte sur la mer. Le verre habille la structure : enveloppé dans son écrin légèrement opaque, il est protégé de la lumière et des reflets du soleil.

9/12

Troisième prix ex aequo

© © Damien Vieillevigne, Alexis Breuil, Nicolas Faou

Nouvellement réhabilité, l’ancien J-1 accueille la partie publique du programme (salle d’exposition, bureaux et restaurants). Il est coiffé d’une structure acier soutenant les logements. Comme en lévitation, cette légère barre franchit l’existant, et permet de conserver les pentes du toit du J-1. Perchés à une hauteur de 25 mètres, les logements s’affranchissent du sol et surplombent Marseille et son port, profitant ainsi d’un panorama sur trois cent soixante degrés. La Sardine est arrivée à bon port, sa peau écaillée scintille au-dessus du J-1.

10/12

Troisième prix ex aequo

© © Karine Bergevin, Alexandra De La Chapelle

Projet « Urbanité suspendue : l’acier au service de la ville dense et poreuse », par Karine Bergevin, Alexandra De La Chapelle, de l'ENSA Paris-Belleville. En tête d’îlot au niveau de la patte d’oie entre la rue de la Croix-Nivert et la rue Joseph-Liouville à Paris, l’immeuble du 61, rue de la Croix-Nivert est implanté en retrait de l’alignement sur rue. Seule une partie en rez-de-chaussée à l’arrière de l’édifice vient s’adosser partiellement aux immeubles mitoyens.

11/12

Troisième prix ex aequo

© © Karine Bergevin, Alexandra De La Chapelle

Le projet vise à réorganiser les accès existants de cet îlot construit de manière hétéroclite et décousue dans le temps. L’îlot est alors pensé comme un écrin qui permet de créer la ville dense et poreuse en requalifiant l’espace urbain résiduel.

12/12

Troisième prix ex aequo

© © Karine Bergevin, Alexandra De La Chapelle

Le moyen : un système d’extension sous forme de greffe en façade. Celui-ci limite ainsi les travaux de gros œuvre sur la construction existante tout en développant de plus grandes typologies de logements. Le projet est une exploration des potentialités de l’acier sous toutes ses formes, de la structure jusqu’au second œuvre. L’acier est un élément central de composition de la façade. L’ensemble des extensions se compose de panneaux modulaires en acier alternativement utilisés comme parement opaque, volet ou brise-soleil.
Projets lauréats du concours étudiant 2013 de ConstruirAcier

Commentaires

Projets lauréats du concours étudiant 2013 de ConstruirAcier

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX