En direct

Problèmes rencontrés sur trois chantiers BBC, reflets des manquements du BTP français
Opération de déconstruction/reconstruction du groupe scolaire Montmuzard à Dijon - © © Eric Leysens

Diaporama

Problèmes rencontrés sur trois chantiers BBC, reflets des manquements du BTP français

le 05/10/2010  |  Technique

1/9

Opération de déconstruction/reconstruction du groupe scolaire Montmuzard à Dijon, lauréate de l'appel à projets 2007 "Bâtiments Basse Consommation énergétique" du Conseil régional de Bourgogne et de l'Ademe Bourgogne.

© © Eric Leysens

"Sans une responsabilisation de tous les acteurs d'une construction, il est impossible d'obtenir un bâtiment réellement basse consommation." Dominique Marie pense que si le bâtiment français ne change pas sa façon de fonctionner, en 2012, le pays concevra sur le papier des bâtiments basse et très basse consommation mais en construira très peu.

2/9

Opération de déconstruction/reconstruction du groupe scolaire Montmuzard à Dijon

© © Eric Leysens

"Il y a un manque de discipline sur le chantier. On fait d'excellents dossiers de consultation d'entreprises (DCE), mais elles ne les lisent pas toujours." Les menuiseries triple vitrage ont posé problème. Ils ont tout d'abord été livrés avec un mauvais facteur solaire. Ensuite, leur pose a entraîné un problème d'étanchéité. Pour Dominique Marie, plutôt que d'offrir des crédits d'impôts sur les menuiseries, il vaudrait mieux investir cet argent dans la formation des poseurs.

3/9

Opération de déconstruction/reconstruction du groupe scolaire Montmuzard à Dijon

© © Eric Leysens

"Quand on a choisi d'installer des shedes, on ne savait pas. Aujourd'hui, on ne le referait pas." Dominique Marie s'est rendu compte qu'il est très difficile, voire impossible, de traiter l'étanchéité à l'air des shedes. Alors, même s' ils apportent énormément de lumière naturelle, les prochains projets ne devraient pas en recevoir.

4/9

Opération de déconstruction/reconstruction du groupe scolaire Montmuzard à Dijon

© © Eric Leysens

"En Allemagne, les gaines de ventilation arrivent sur le chantier bouchées. Ici : non ; alors elles récupèrent toutes la poussière des travaux." Dominique Marie regrette que la question sanitaire ne soit pas mieux prise en compte sur les chantiers français.

5/9

Opération de déconstruction/reconstruction du groupe scolaire Montmuzard à Dijon

© © Eric Leysens

"Une fois le chantier fini, il n'y a plus personne". Les lampes à détecteurs de présence ne fonctionnent pas. Dominique Marie s'étonne que des entreprises soient capables d'installer un produit qui ne fonctionne pas. Pour lui, si cela reste possible, il sera néanmoins très difficile pour le « bâtiment français » de basculer réellement dans la basse et très basse consommation. Dominique Marie rappelle qu'en Allemagne les maîtres d'ouvrage payent 80% à la livraison et les 20% restants après deux ans d'exploitation du bâtiment.

6/9

Opération, menée par l'OPAC Dijon, portant sur la construction de 16 logements répartis en trois bandes de maisons individuelles mitoyennes basse consommation, lauréate de l'appel à projets 2007 "Bâtiments Basse Consommation énergétique"

© © Eric Leysens

Avant d'atteindre un résultat satisfaisant, lors du chantier, les entreprises ont dû réaliser 3 tests d'étanchéité par logement soit 48 au total. La principale fuite était localisée à la jonction entre le plancher et les façades où le freine-vapeur avait été coupé.

7/9

Opération, menée par l'OPAC Dijon, portant sur la construction de 16 logements répartis en trois bandes de maisons individuelles mitoyennes basse consommation

© © Eric Leysens

Dans la filière bois, Dominique Marie s'étonne de l'attentisme des entreprises françaises. Pour lui qui travaille dans une région fortement boisée mais qui ne dispose que de très peu entreprises le travaillant, elles ne voient pas ce qui est en train de se dessiner dans le bâtiment. Il redoute, si elles ne réagissent pas, que les grands groupes étrangers arrivent avec des solutions préfabriquées que les ouvriers français n'auront qu'à assembler.

8/9

Construction d'un bâtiment de bureaux à énergie positive, à Dijon, pour et par l'agence d'architecture Seturec

© © Eric Leysens

"Il faut qu'on fasse moins compliqué". Ossature métallique, Momonmur de 50 avec complexe polystyrène et chaux, Dominique Marie juge que la façade est trop compliquée; qu'il faut, pour obtenir des bâtiments performants, se diriger vers des solutions plus simples.

9/9

Construction d'un bâtiment de bureaux à énergie positive, à Dijon, pour et par l'agence d'architecture Seturec

© © Eric Leysens

"L'entreprise avait déjà travaillé sur deux autres projets correctement. Mais, pour ce chantier, c'était un nouveau salarié..." Les oriels, avancés de la façade, ont posé des problèmes d'étanchéité. Les ouvriers n'avaient pas utilisé le compribande double face comme indiqué sur le DCE.
Problèmes rencontrés sur trois chantiers BBC, reflets des manquements du BTP français

Commentaires

Problèmes rencontrés sur trois chantiers BBC, reflets des manquements du BTP français

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX