En direct

Prévisions 2012 pour le bâtiment (FFB)
Activité bâtiment 2011/2010 - © FFB

Diaporama

Prévisions 2012 pour le bâtiment (FFB)

FV |  le 29/11/2011  | 

1/8

Activité bâtiment 2011/2010

© FFB

Alors que la production neuve augmenterait de « seulement » 1,0 % en volume en 2011 (contre 7,8 % sans recalage), l'activité bâtiment, enregistre une hausse de 1,2 % en volume, contre 4,1 % sans recalage.Recalage : pour ses prévisions 2011, la FFB a procédé à un recalage de la production bâtiment.. L'exercice de recalage, approfondi cette année, a donc consisté à mettre en cohérence les résultats avec d'autres indicateurs conjoncturels du secteur (indice de production industrielle du bâtiment, emploi, consommation de ciment, etc.) et a conduit l'organisation professionnelle à augmenter de près de 10 % les mises en chantier publiées par le MEDDTL en 2010, soit environ 30.000 logements commencés et 2 millions de m² de surfaces de bâtiments non-résidentiels mises en chantier. La FFB a considéré que l'exercice de recalage s'imposait aussi pour 2011. Cependant, l'année n'étant pas terminée, l'exercice est à l'évidence imparfait et pourra être éventuellement revu au cours de l'année 2012 si le test de cohérence n'est pas entièrement validé.

2/8

Etat des carnets de commandes à fin 2011

© FFB

Les résultats montent une bonne résistance du secteur, à l'exception des artisans.

3/8

Prévisions 2011/2012

© FFB

L'activité 2012 en volume enregistrerait une baisse de 1,9%. Pour Didier Ridoret, Pdt de la FFB, cette baisse, limitée, est le reflet des acquis de croissance observés du nombre des dépôts de permis de construire actuel.

4/8

Evolutions prévues 2012/2011

© FFB

Au global, en 2012, le marché du bâtiment connaîtrait à nouveau une récession, comme cela avait été le cas entre 2008 et 2010. La baisse resterait toutefois limitée à seulement 1,9 %, grâce à un premier semestre qui s'inscrirait dans la suite du redémarrage de 2011, du fait de carnets de commandes bien garnis. Il faut toutefois noter que certains indicateurs récents montrent déjà les prémices d'un retournement. Tous les marchés seraient en recul en volume : -2,2% pour le neuf et -1,7% pour l'entretien-rénovation. Pour ce dernier secteur, ce n'est pas une surprise, compte tenu des mesures de rigueur annoncées fin 2011. A un horizon de très court terme (trois à six mois), le cumul de plusieurs éléments défavorables devrait pénaliser ce marché : la hausse, même modérée, du taux de TVA à taux réduit de 5,5 % à 7 % ; la baisse du taux de crédit d'impôt sur les équipements de développement durable et le maintien en l'état de l'éco-prêt à taux zéro qui a connu une année 2011 catastrophique. Par ailleurs, si le cumul éco-prêt à taux zéro et crédit d'impôt développement durable (CIDD) sera de nouveau rendu possible en 2012, il sera réservé aux seuls ménages les plus modestes (revenus inférieurs à 30 000 euros) qui, réalisant probablement peu de travaux, et d'autant moins avec un contexte économique dégradé, ne mobiliseront que rarement cette possibilité de financement. A un horizon un peu plus lointain (neuf à douze mois), le très probable blocage du marché de l'ancien, suite au recentrage du PTZ+ sur le neuf, pèsera négativement sur le volume de gros travaux engagés, une transaction sur trois faisant l'objet de telles interventions. La fin d'année 2012 devrait, tout comme pour le marché du neuf, être difficile pour les entreprises opérant sur ce marché.

5/8

Mises en chantiers en 2012

© FFB

Selon les prévisions de la FFB, les mises en chantier diminueraient de 8,4% en 2012 pour atteindre 359 000 logements commencés (191 000 en individuel et 168 000 en collectif).

6/8

Logement neuf : profil annuel des mises en chantier 2012

© FFB

Comme le montre le graphique 1, le profil infra-annuel des mises en chantier serait orienté à la baisse tout au long de l'année. Ainsi, on passerait, en rythme annuel, de 376.000 logements commencés au premier trimestre à seulement 344.000 lors du dernier trimestre de l'année. C'est donc vraisemblablement à partir de l'été que la chute d'activité commencera à devenir réellement sensible. En termes d'activité bâtiment liée au logement neuf, compte tenu des délais de production, la baisse ressortirait en volume à 2,8 % en 2012. Si la production neuve de logements individuels devrait reculer de 5,3 % en 2012, elle augmenterait encore très légèrement de 1,6 % pour ce qui concerne le logement collectif, l'augmentation des permis accordés en 2011 étant nettement supérieure en collectif qu'en individuel (+ 22,7 %, contre + 3,2 %).

7/8

Non résidentiel neuf : profil annuel des mises en chantier 2012

© FFB

Comme pour le logement, les permis de bâtiments non-résidentiels connaîtraient une diminution en 2012. Celle-ci serait toutefois limitée à 6,3 %, en données brutes. Hors bâtiments agricoles, tous les segments de marché reculeraient. Malgré le contexte de désendettement de l'??tat, voire de certains collectivités territoriales, seuls les bâtiments administratifs résisteraient un peu (- 3,7 %), principalement eu égard à la position favorable de l'année dans le cycle électoral municipal. La situation macroéconomique, moins favorable aux investissements hors renouvellement, pénaliserait les bâtiments industriels (- 8,3 %, chiffre à mettre en lien avec une diminution du taux d'utilisation des capacités de production), les bureaux (- 11,3 %, avec une baisse des transactions) et davantage encore les commerces (- 16,5 %, notamment du fait de la baisse de la consommation des ménages). En termes de mises en chantier, le repli est estimé pour 2012 à 5 %. Ainsi, 24,3 millions de m² de bâtiments non-résidentiels seraient commencés. Le profil infra-annuel des mises en chantier de bâtiments non-résidentiels se rapprocherait de celui des mises en chantier de logements, à la nuance près d'une stabilisation, voire d'un léger rebond purement saisonnier, au quatrième trimestre pour ce qui concerne le non-résidentiel. Enfin, à l'instar des autorisations, les mises en chantier seraient orientées à la baisse en 2012 sur tous les segments de marché, hormis les bâtiments agricoles. Compte tenu des délais de production, l'activité de construction de bâtiments non-résidentiels neufs enregistrerait un très léger recul en volume en 2012 (- 1,0 %). Attention, ce chiffre proche de zéro ne doit pas faire oublier que l'on se situe toujours à bas niveau d'activité sur ce marché, compte tenu des fortes baisses enregistrées durant les années de crise 2008 et 2009 (soit - 14,1 % en 2008 et - 12,9 % en 2009), malgré l'embellie de 2011.

8/8

Emplois 2012

© FFB

La récession dans le secteur du bâtiment ne serait pas sans conséquences sur l'emploi. En effet, après une année 2011 où le secteur a recréé une petite partie des emplois perdus durant les années de crise, l'année 2012 devrait voir l'emploi reculer à nouveau. En retenant une hypothèse de gains de productivité de 0,9 %, environ 35 000 postes seraient supprimés dont les 2/3 en intérim.
Prévisions 2012 pour le bâtiment (FFB)

Commentaires

Prévisions 2012 pour le bâtiment (FFB)

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX