En direct

Portraits et projets des Albums des jeunes architectes et des paysagistes (Ajap), session 2009-2010
Julien Abinal, architecte (AGENCE ABINAL et ROPARS) - © © MILO KELLER ET JULIEN GALLICO 2008

Diaporama

Portraits et projets des Albums des jeunes architectes et des paysagistes (Ajap), session 2009-2010

Marie-Douce Albert et Cyrille Véran |  le 10/06/2010  |  France entièreAjap

1/30

Julien Abinal, architecte (AGENCE ABINAL et ROPARS)

© © MILO KELLER ET JULIEN GALLICO 2008

Julien Abinal et son associé Edouard Ropars en mettent plein les yeux. Eux qui se sont croisés chez les architectes Berger-Anziutti sont ainsi derrière le bar tout en miroirs du Régine's, ou au Showcase, le club parisien logé dans une culée du pont Alexandre-III, dont ils ont fait le salon Tilt avec sa voûte habillée de polygones de néons. Autant d'adresses à fort tempérament pour cette équipe qui aime se colleter à l'identité d'un lieu. Né en 1976, Julien Abinal partage avec Edouard Ropars, né en 1973, un même sens de la plastique et le goût de l'abstraction.

2/30

AGENCE ABINAL et ROPARS

© © IMAGE ARTEFACTORYLAB, 2009

Projet lauréat d'un concours pour des logements et un centre d'animation, sous maîtrise d'ouvrage de la Société immobilière d'économie mixte de la Ville de Paris (Siemp), boulevard de la Chapelle.

3/30

Xavier Wrona, architecte (EST-CE AINSI)

© © GASTON BERGERET

La valeur d'une architecture n'attend point le nombre des mètres carrés. Xavier Wrona, 33 ans, travaille volontairement sur des projets de 9 à 45 m2 : des cuisines, des salles de bain, des transformations de maisons ... Des projets pas chers mais pas misérables pour autant. Le petit budget n'interdit pas la créativité. Au contraire, il s'emploie à repenser le placard, à réinventer la chasse d'eau. Diplômé de La Villette en 2006, il a créé "Est-ce ainsi" la même année, en écho au poème de Louis Aragon "Est-ce ainsi que les hommes vivent ?" Il aime en effet interroger sa discipline et, s'il vient à œuvrer à une autre échelle, ce sera à la condition de pouvoir se poser les mêmes questions.

4/30

EST-CE AINSI

© © XAVIER WRONA

Extension d'une maison à Vernon (Eure).

5/30

Pierre et Rémi Janin, architecte et paysagiste (FABRIQUES)

© © GASTON BERGERET

L'aîné, Pierre Janin, 29 ans, est architecte. Le cadet, Rémi Janin, 26 ans, est paysagiste. "Fabriques", leur agence créée en 2007, est installée dans l'exploitation agricole familiale, à Vernand (Loire). Au départ, les deux frères s'imaginaient plutôt travailler en agence, puis ils ont vite réalisé combien leur cas était atypique et ce que le monde agricole offrait de possibilités. Ils ont su convaincre que l'architecture ne fabriquait pas que du joli décor mais pouvait aider à développer des bâtiments fonctionnels, des outils de travail. Lauréats des Ajap, ils sont heureux de montrer au milieu de l'architecture que l'agriculture peut générer de la qualité.

6/30

FABRIQUES

© © FABRIQUES

Extension d'une maison à Fourneaux (Loire).

7/30

Guillaume Aubry, Cyril Gauthier et Yves Pasquet, architectes (FREAKS)

© © GASTON BERGERET

Quand on baptise sa structure "Freaks", on n'est pas à une bizarrerie près. Agés de 27 à 33 ans, Guillaume Aubry, Cyril Gauthier et Yves Pasquet battent en brèche dans une vidéo hilarante les préceptes de la discipline, les "Fuck the context" ("On se fiche du contexte") et autres "Less is more" ("Moins c'est mieux"). Ils suggèrent ainsi : "Less is not enough" ("Moins, ce n'est pas assez"). Diplômés de La Villette, les trois phénomènes cherchent aussi à l'étranger d'autres façons de faire et poussent la dérision jusqu'à jouer les cambrioleurs pour, dans une autre vidéo, visiter leur chantier de maison à Saint-Ouen. Objectif ? Construire, bien sûr.

8/30

FREAKS

© © FREAKS FREEARCHITECTS

Pavillon à Saint-Germain-en-Laye (Yvelines).

9/30

Ilham Laraqui, architecte (ATELIER LARAQUI-BRINGER ARCHITECTURE)

© © GASTON BERGERET

Réfléchir, concevoir... C'est pour Ilham Laraqui une véritable jouissance. Née à Casablanca en avril 1976, cette Franco-Marocaine diplômée de Paris-Belleville est de ces architectes qui, à peine un concours achevé, attendent le suivant avec impatience. Avec son associé Marc Bringer, la compétition est toujours l'occasion de débats. "De combats même, dit-elle. Nos discussions nous mènent là où nous ne serions jamais allés seuls." Après s'être frotté à des concours ouverts internationaux, comme Europan, le duo rêve de l'émulation de la commande publique. Très concernés par le développement durable, ils veulent s'attaquer aux chantiers avec l'envie de produire une architecture "responsable".

10/30

ATELIER LARAQUI-BRINGER ARCHITECTURE

© © LARAQUI-BRINGER ARCHITECTURE

Projet pour le concours Europan.

11/30

Stéphane Malka, architecte

© © GASTON BERGERET

Dans une vie précédente, Stéphane Malka partait à l'assaut des murs en ruines de Paris avec de la peinture. Aujourd'hui, il envisage l'architecture un peu comme le graffiti, comme un acte de résistance. Né à Marseille en 1975, l'architecte installé à Paris veut s'emparer des délaissés de la ville et les "panser". Il échafaude des projets de chantiers comme des "flashmobs", opérations quasi-commandos qui en quelques heures sauraient rendre une friche accueillante. Diplômé en 2003 de La Villette, il mène en parallèle de son travail une réflexion sur le "Petit Paris" et imagine une galerie d'art sous le métro aérien ou des logements agrippés sous la Grande Arche. Bref une ville plus attentive aux besoins de tous, plus "douce".

12/30

STEPHANE MALKA

© © L. CLEMENT/IMAGE DE SYNTHESE M.KAPLAN

Projet de logements agrippés sous la Grande Arche de La Défense.

13/30

François Chas, Nicolas Guerin, Fabrice Long et Paul Maitre-Devallon, architectes (NP2F)

© © GASTON BERGERET

Certains étaient copains d'école, les uns sont Niçois, les autres Marseillais. Les quatre ont été diplômés dans la cité phocéenne, tous se sont croisés en agences. A force de travailler ensemble, ces sudistes âgés de plus ou moins trente ans ont fini par faire agence commune entre Nice et Paris, en 2007, avec l'envie de "faire bouger les lignes". Non pas que François Chas, Nicolas Guerin, Fabrice Long et Paul Maitre-Devallon aient une voie déjà tracée. A chaque projet, ils repartent de zéro. D'autant que tout les intéresse : un quartier en Suisse, une maison sur un toit ou une résidence pour étudiants à Athènes. Ou même une table, en guise de scénographie pour atelier d'artistes.

14/30

NP2F

© © NP2F

Projet de résidence pour étudiants à Athènes (Grèce).

15/30

Guillaume Grenu, Nicolas Le Meur et Alice Vaillant, architectes (OLGGA ARCHITECTES)

© © GASTON BERGERET

Le trio, normand d'origine, s'est formé à Paris. Guillaume Grenu (34 ans), Alice Vaillant (33 ans) et Nicolas Le Meur (32 ans), sont tous passés chez Brenac et Gonzalez et revendiquent un même optimisme. Leur association au sein d'Olgga leur permet d'assouvir leur goût de l'expérimentation. "Tout est sujet à réflexion", disent-ils. Et à toutes les échelles, celle d'une tribune de stade à Grande-Synthe dans le Nord comme celle d'une folie comme leur Flake House en rondins de bois. Entre autres pistes, ils s'intéressent à la série : "La préfabrication peut être une solution pour offrir la qualité architecturale à un moindre coût, dans le respect des impératifs du développement durable."

16/30

OLGGA ARCHITECTES

© © OLGGA ARCHITECTES

Projet de tribune de stade à Grande-Synthe (Nord).

17/30

Julien Perraud, architecte (ATELIER RAUM ARCHITECTES)

© © AUDREY CERDAN

L'atelier Raum, que Julien Perraud a créé avec Benjamin Boré en 2007, a tout du joyeux melting-pot. Les deux diplômés de l'école de Nantes ont tendance à jouer collectif avec des confrères, des plasticiens, des designers, etc. A 28 ans, Julien Perraud qui, par ailleurs poursuit sa thèse avec Chris Younès, veut cultiver une certaine singularité. Sans volonté de résistance ou de provocation, Raum interroge les usages, les normes et tente des expériences d'architecture, d'urbanisme ou bien de scénographie. "Nous avons l'espoir de pouvoir faire autrement, de tenter des façons différentes d'habiter."

18/30

ATELIER RAUM ARCHITECTES

© © ATELIER RAUM

Hangar ostréicole du Morbihan où le lieu de travail et l'espace de repos sont sous le même toit.

19/30

Thomas Raynaud, architecte (BUILDINGBUILDING)

© © GASTON BERGERET

Si on l'interroge sur les signes particuliers de ses projets, Thomas Raynaud est capable de répondre : "Aucun". Né en 1976 et diplômé de l'Ecole spéciale d'architecture en 2002, cet ancien collaborateur d'Emmanuel Combarel et Dominique Marrec (ECDM) a envie d'une architecture simple, radicale. "Ce n'est pas la fonction qui marque le bâtiment mais la qualité spatiale." Quand il imagine un centre Pompidou itinérant, c'est trente-six fois la même pièce carrée. Et un atelier d'artistes est un lieu entièrement blanc pour offrir toute liberté à ses occupants. Un minimum de détails pour un maximum d'usages. "L'architecture n'est pas sacrée", dit celui qui a créé en 2005 la plate-forme BuildingBuilding.

20/30

BUILDINGBUILDING

© © THOMAS RAYNAUD

Projet de maison de retraite (Mexique).

21/30

Stéphanie Vincent, architecte (AGENCE BERRANGER et VINCENT)

© © GASTON BERGERET

La justesse, Stéphanie Vincent et son associé Jérôme Berranger y tiennent beaucoup. Nés, pour elle, en 1974 et pour lui, en 1973, ces Nantais, diplômés de Rennes, abordent chaque projet comme une histoire. Ils avaient remporté le prix de la Première œuvre 2004 en racontant celle d'une maison de famille construite dans les champs, à Montbert (Loire-Atlantique). Que ce soit pour des logements à Couëron ou un centre médico-éducatif à venir sur l'île de Nantes, ils vont à l'essentiel. "Ce qui ne signifie pas le strict minimum. Nous ne transigeons pas sur la générosité des espaces."

22/30

AGENCE BERRANGER et VINCENT

© © STEPHANE CHALMEAU

"La maison n'aurait pas pu avoir une autre forme." La parcelle était si exiguë, le marronnier si indétrônable que ce logement à Nantes a dû trouver sa juste place.

23/30

Emmanuelle Weiss, architecte

© © GASTON BERGERET

Diplômée de Saint-Luc à Tournai (Belgique) en 1999, Emmanuelle Weiss a repris son entière liberté. Née en 1976 à Lens, elle a été durant sept ans salariée de l'agence lilloise Béal et Blanckaert. "J'y ai beaucoup appris et j'avais déjà une grande marge de manœuvre", dit-elle. Puis la chef de projet a opté pour un rythme plus serein, compatible avec l'enseignement et la vie de famille. Depuis 2009, elle exerce en libéral à Wasquehal (Nord) et, pour tailler des maisons sur mesure, elle se fie d'abord à son intuition. Confortée dans sa démarche par les Ajap, elle se dit "en transition" et se verrait bien avec quelques collaborateurs autour d'elle. Mais, quoi qu'il arrive, elle ne se laissera pas engloutir par des projets trop nombreux ou trop grands.

24/30

EMMANUELLE WEISS

© © JP DUPLAN

Maison taillée sur mesure.

25/30

Amélie et Rémi Salles, paysagistes (A+R SALLES PAYSAGISTES)

© © A+R SALLES PAYSAGISTES

Après avoir collaboré avec Michel Desvigne et à l'agence Latitude Nord, ces jeunes paysagistes de 32 et 33 ans sont partis s'installer à Dublin (Irlande) où ils ont vécu six ans. Une expérience fondatrice. Rémi Salles, âgé d'à peine 26 ans, commence par enseigner l'architecture du paysage à l'Université de Dublin où il deviendra professeur coordinateur, et collabore parallèlement avec l'agence d'urbanisme Murray O'Laoire. Amélie Salles travaille de son côté à l'agence Mitchell et Associates. "On nous a fait confiance, l'école française du paysage est une référence en Irlande", explique Rémi Salles. C'est aussi à Dublin qu'ils créent leur propre atelier en 2006, suite à deux commandes importantes : la conception et réalisation du parc du festival international des jardins d'Emo Court, près de Dublin, où ils proposent un mode de plantation économique (avoine et orge) et l'implication des agriculteurs locaux pour les travaux et l'entretien du parc ; et l'aménagement de deux parcs publics, qui formeront le cœur de la ville nouvelle d'Adamstown, une commande décrochée à la suite d'un concours international. De retour dans la région bordelaise depuis un an, où ils ont créé leur seconde agence, ils s'associent ponctuellement avec des architectes locaux et continuent de s'investir dans les concours internationaux. Récemment gagnés (avec Murray O'Laoire architects) : la création d'un parc public et d'un complexe touristique à Sochi pour un promoteur russe, et la restructuration de la place Wagner à Nuremberg en Allemagne (recommandations du jury).

26/30

A+R SALLES PAYSAGISTES

© © A+R SALLES PAYSAGISTES

Conception et réalisation du parc du festival international des jardins d'Emo Court, près de Dublin, où ils proposent un mode de plantation économique (avoine et orge) et l'implication des agriculteurs locaux pour les travaux et l'entretien du parc.

27/30

Thomas Boucher, paysagiste (PRAXYS)

© © PRAXYS-PAYSAGE

Au cours de ses années d'études à Versailles, Thomas Boucher, 35 ans, a été influencé par les enseignants qui lui ont appris à regarder le paysage, à le questionner, à analyser les territoires et leur mouvement. Une démarche qu'il poursuit au sein de Praxys, agence qu'il a créée en 2007. Les thèmes qui nourrissent sa pratique : le temps, l'ordinaire, l'hybridation des usages, "des thèmes classiques, mais qui sont moteurs pour prendre position dans des territoires contemporains et les modifier radicalement avec des moyens mesurés". Il travaille à un projet de résidentialisation à Gien pour l'Opac du Loiret, où il propose un effet immédiat (un aménagement en pied d'immeuble) et un effet au long court (la plantation de bosquets). Faire avec le réel, éviter le pastiche avec des espaces publics simples et des techniques sophistiquées de plantations, tels sont ses moyens d'action. A Rennes, où il restructure un cœur d'îlot, il propose de retisser une relation concrète entre l'habitant et son territoire au quotidien, en plantant des arbres et arbustes fruitiers. Dans l'ouest du Mantois (Yvelines), il collabore avec l'agence Seura à un projet de "parc habité", mis en place à partir de la petite agriculture. "Il s'agit de fabriquer avec les ressources du site un paysage préalable à la construction d'un nouveau quartier." Il mène conjointement une activité d'enseignant à l'école du paysage de Versailles.

28/30

PRAXYS

© © PRAXYS

Projet de résidentialisation à Gien pour l'Opac du Loiret, où il propose un effet immédiat (un aménagement en pied d'immeuble) et un effet au long court (la plantation de bosquets).

29/30

Marion Vaconsin, paysagiste

© © GASTON BERGERET CAPA

Marion Vaconsin, 35 ans, est passée par l'école du Louvre avant de commencer des études de paysage à Bordeaux, "plus attirée par les sujets qui touchent au cadre de vie et au monde du vivant". Elle s'associe en 2003 à l'architecte Christophe Bouriette, et répond à des concours d'idées qui interrogent les nouvelles formes urbaines, la place de la nature en ville. Avec un préalable : celui de ne pas se cloisonner dans un champ de compétences, "cette complémentarité des disciplines donnant une identité à l'agence". Le tandem a commencé par des petits projets de maîtrise d'œuvre - restauration d'un lavoir, extension d'un cimetière. Aujourd'hui, l'agence, agrandie, travaille à toutes les échelles, avec une préoccupation constante, celle "d'améliorer et d'enrichir l'espace quotidien, en commençant par le regarder avec une réelle attention". Un regard qui passe par une étude fine du terrain. Pour le parc des Coteaux, créé sur le rebord du plateau calcaire au-dessus de la Garonne, elle a fait un inventaire des "pépites" que recelait ce territoire sauvage et poétique à cheval sur quatre communes, avec l'idée d'y installer un parcours écologique et culturel qui ferait le lien entre elles, "une proposition modeste mais réaliste". Autre étude en cours, la reconversion du camp militaire D'Idron en quartier de ville à Pau (150 ha). L'agence travaille aussi sur un écocampus à Anglet pour la communauté d'agglomération Bayonne Anglet Biarritz, et assure une mission de coordination paysage dans le quartier en renouvellement urbain de Génicart à Lormont (Gironde).

30/30

MARION VACONSIN

© © BOURIETTE

Extension d'un cimetière.
Portraits et projets des Albums des jeunes architectes et des paysagistes (Ajap), session 2009-2010

Commentaires

Portraits et projets des Albums des jeunes architectes et des paysagistes (Ajap), session 2009-2010

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX