En direct

Palmarès du Grand Prix
Grand Prix : Saint Jacques de la Lande (35) "De la gouttière à la rivière... Un parc urbain à Saint-Jacques" - © © Atelier de paysage Bruel-Delmar

Diaporama

Palmarès du Grand Prix "Zones humides en milieu urbanisé"

le 09/02/2012  |  Architecture

1/8

Grand Prix : Saint Jacques de la Lande (35) "De la gouttière à la rivière... Un parc urbain à Saint-Jacques"

© © Atelier de paysage Bruel-Delmar

"Le prjet de parc a démarré en même temps que la ZAC de la Morinais pour en permettre la construction , et assurer le recueil des enaux de pluies. On ne parle pas de mesures compensatoires mais plutôt de mesures préparatoires" précisent les paysagistes, Anne-Sylvie Bruel et Christophe Delmar.

2/8

Prix « Biodiversité en milieu urbanisé » : Condette (62) - Restauration du marais de Condette

© © Mairie de Condette

Soucieuse à la fois de son attractivité, de la qualité du cadre de vie et du paysage offert aux habitants et visiteurs, la ville de Condette s'est lancée dans une opération de grande ampleur de restauration et de préservation de son marais, classé comme « milieu naturel remarquable à protéger à terme » dans le schéma régional des milieux et des paysages naturels.Elle s’est traduite : - par une maîtrise foncière avec l’acquisition de terrains et leur classement en espace naturel au Plan local d’urbanisme (PLU), - par une restauration progressive des espaces humides par nettoyage, curage et aménagements. A cela se rajoute une mise en valeur paysagère du site avec une ouverture sur un château néo-gothique.

3/8

Prix « Gestion des crues et des eaux pluviales » : Communauté de communes « Loches Développement » (37)- L’espace naturel sensible des prairies du Roy

© © Communauté de communes « Loches Développement »

L’Espace Naturel Sensible des Prairies du Roy a fait l’objet d’un plan de gestion construit de manière exemplaire sur la base d’un diagnostic initial exhaustif (cadre physique, biologique, paysager, économique et humain). Ce plan de gestion répond à quatre grands enjeux : - l’optimisation de la gestion hydraulique et hydro-écologique ; - l’amélioration de la biodiversité ; - la valorisation pédagogique et touristique du site ; - l’amélioration de la connaissance du site. Il s’articule autour d’actions à la fois liées : - à la gestion conservatoire du site (restauration de milieux, aménagement d’ouvrages hydrauliques, etc.) ; - à l’usage du site (animations nature, aménagements de chemins, etc.) ; - au suivi, à la connaissance et à l’évaluation du site (suivi floristique et faunistique, des niveaux d’eau, etc.).

4/8

Prix « Education, lien social et loisir» : Le Mesnil le Roi (78) - Restauration de la réserve naturelle des Prés du Marais

© © Mairie du Mesnil le Roy

La commune a souhaité reconquérir les espaces en friche situés sur son territoire en bord de Seine et valoriser son patrimoine naturel, notamment les Prés du Marais (10 ha) et le bois du Clos de la Salle (4 ha). La prairie humide marécageuse et le bois attenant ont fait l’objet de travaux de restauration et de protection (mise en place de clôtures...) et d’une mise en Réserve Naturelle Volontaire en 2001. Ce site bénéficie d’une gestion différenciée tenant compte de la mosaïque de milieux : pâturage extensif et fauche tardive de la prairie humide, diversification du peuplement forestier dans le bois… Une véritable volonté de valorisation de ce patrimoine par l’organisation de conférences, expositions, journées de découverte de la nature, journées de nettoyage, et par la mise en place de circuits de promenade, de pistes cyclables et de jardins familiaux, a permis de créer un véritable lien entre la zone humide et les quartiers environnants, les habitants, les communes voisines et les visiteurs.

5/8

Prix « Intégration de la zone humide dans le projet urbain » : Rochefort (17) - Restauration des marais périurbains de Rochefort

© © Ville de Rochefort

L’opération concerne la restauration écologique et paysagère de 500 ha d’une zone périurbaine ceinturant la ville de Rochefort. Cette zone humide est constituée de marais, de lagunes, de prairies humides et d’une zone d’estuaire. Afin de valoriser ces espaces, la mairie et le Conservatoire du littoral ont acquis la quasitotalité des terrains. Les travaux de restauration écologique ont démarré à la fin des années 90. La démarche concertée entre les différents acteurs impliqués a permis d’aboutir à un plan de gestion écologique des marais. Ce plan de gestion permet de préserver la richesse de la biodiversité du site (faune, flore et habitats), de restituer les fonctions hydrauliques de bassin tampon des eaux pluviales et de zone d’expansion des crues, et de valoriser une zone de lagunage pour le traitement des eaux usées de la ville. L’ensemble des fonctions de la zone humide est assuré tout en permettant l’accueil du public, désireux de fréquenter une nature sauvage aux portes de la ville.

6/8

Prix « Démarche de planification» : Communauté d’agglomération de Saint-Omer (62)-La préservation du Marais Audomarois dans la stratégie du Pays de Saint-Omer

© © Agence d’Urbanisme et de Développement de la Région de Saint-Omer (AUDRSO / 2007)

Le marais de Saint-Omer, zone humide reconnue d’intérêt international au titre de la convention RAMSAR concentre de multiples activités et fonctions : maraîchage, élevage, pêche, loisir, tourisme, activités nautiques, paysage ouvert et cadre de vie. Afin d’assurer une prise en compte globale et efficace des enjeux propres aux marais dans les documents de planification, un groupe de travail « marais » a été mis en place par la Communauté d’agglomération. Il est animé par le Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale.Cette démarche partagée a donné lieu à la signature en 2002 d'un premier contrat d'objectifs collectifs pour la préservation et la valorisation du marais. Véritable projet partenarial sur le devenir du marais Audomarois, ce contrat a constitué le cadre de référence pour rédiger le volet « marais » des deux Schéma de Cohérence Territoriale (Scot) du Pays de St-Omer et de Flandre -Dunkerque qui recouvrent le territoire de la zone humide. Le Projet d’Aménagement et du Développement Durable rappelle ainsi que « la préservation du marais et le maintien de son intégrité doivent être érigés comme axe directeur de toutes politiques de développement ».

7/8

Prix thématique « Bourgs et villages» : Mazères (09) - Aménagement de la base de loisirs nature « Le Domaine des Oiseaux »

© © Mairie de Mazères

L’aménagement du Domaine des Oiseaux, situé à proximité du centre bourg de Mazères, fait suite à la construction d’une autoroute qui a nécessité l’exploitation de carrières. L’opportunité de réhabiliter ce site, comprenant 20 ha de prairies humides et 30 ha de gravières et de mares, en base de loisirs nature, a pris tout son sens lors de la phase « travaux » du chantier puisque ce milieu servait de halte migratoire pour les oiseaux. L’objectif a donc été de consacrer ce site à l’observation des oiseaux et, plus généralement à la sensibilisation du public aux zones humides. L’intérêt de cet aménagement réside pour l’essentiel dans la création et la reconstitution d’habitats de zones humides favorables à la biodiversité ordinaire et patrimoniale, associés à la création d’une ferme avec élevage de races adaptées et d’un verger. En parallèle, des aménagements pédagogiques ont été réalisés, intégrant des sentiers de découverte, des observatoires ainsi que la mise en place de caméras, permettant une observation discrète. Enfin, un ensemble de sentiers de randonnée créé entre le bourg et le domaine favorise le lien entre milieu naturel et milieu urbanisé.

8/8

Prix « Restauration de carrières et de sites industriels » : Communauté d’agglomération des lacs de l’Essonne (91) - Restauration des lacs de Grigny et de Viry-Chatillon

© © Karine le Bihan

Les lacs de Viry-Chatillon et Grigny sont d’anciennes carrières de sable exploitées jusque dans les années 60 et constituent un bassin d’expansion des crues de la Seine. Situés en zone urbaine très dense, ils ont été affectés par la pression foncière et la pollution urbaine. En réponse, des travaux d’aménagement de grande envergure ont été réalisés entre 2004 et 2010 dans le but d’améliorer la qualité de l’eau des lacs, mais également de restaurer la biodiversité sur le site, restructurer les berges et en faire un lieu attractif pour la population riveraine. Sur les 100 ha de lacs, plus de 5 ha ont été aménagés afin de réaliser des roselières de faible profondeur améliorant la qualité de l’eau et favorisant un fort enrichissement de la faune et de la flore.
Palmarès du Grand Prix "Zones humides en milieu urbanisé"

Commentaires

Palmarès du Grand Prix "Zones humides en milieu urbanisé"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX