Le moniteur
Multicouche et sertissage dans un chalet de Haute-Savoie
Chalet - © © Viega

Diaporama

Multicouche et sertissage dans un chalet de Haute-Savoie

XAVIER HAERTELMEYER |  le 12/12/2018  |  ChantiersHaute-SavoieChauffageChaudièrePlancher chauffant

Dans ce chalet neuf de haute montagne, la rapidité de mise en œuvre et la qualité du réseau d’eau chaude et de chauffage s’imposaient. La solution technique de sertissage avec du tube multicouche a permis d’apporter rapidité, sécurité de pose et meilleure résistance au gel.

1/6

Chalet

© © Viega

Pour la réalisation du réseau de chauffage et d’eau chaude sanitaire de ce chalet savoyard de 340 m², Pierre-Yves Muffat a opté pour un système avec tubes multicouche et sertissage.

2/6

Tubes multicouches

© © Viega

Pour la totalité du réseau, 1 500 mètres de tubes multicouche Smartpress de 16 à 50 millimètres et des raccords inox ou bronze ont été nécessaires.

3/6

Pompe à chaleur

© © Viega

Les planchers chauffants sont alimentés par une pompe à chaleur couplée à une chaudière à gaz. L’installation comporte également le raccordement de sept salles de bains.

4/6

Raccordement

© © Viega

Le raccordement des tubes s’effectue en trois étapes – préparation et coupe du tube, emboîtement et sertissage – et ce sans calibrage, ni ébavurage ou évasement du tube.

5/6

Mise sous pression

© © Viega

Le système SC-Contur, breveté par Viega, permet de détecter et visualiser immédiatement tout raccord non serti par inadvertance dès la mise sous pression.

6/6

Temps de pose

© © Viega

Pierre-Yves Muffat estime que le temps de pose de ce système est réduit de moitié par rapport à un système conventionnel par soudage.

Pierre-Yves Muffat, gérant d'une entreprise de plomberie-sanitaire-chauffage à Essert-Romand (74), n’en est plus à son premier chantier à Morzine, station de ski au cœur de la Haute-Savoie. Ni à l’utilisation de la technique de sertissage pour ses chantiers de plomberie. « Cela fait vingt ans que j’utilise ce procédé sur mes installations et tous mes apprentis sont formés au sertissage. » Et les raisons sont multiples : « il offre un gain de temps considérable et tolère mieux le gel que le soudage classique ». Un dernier point essentiel pour les constructions en haute montage. Il permet aussi de s’affranchir de permis feu et réduit les risques d’incendie puisqu’il n’y a aucune production de flamme.

L’entrepreneur a donc opté pour cette technique pour le chantier d’un nouveau chalet au cœur de cette commune. Au programme, le raccordement de 7 salles de bains et de 340 m² de plancher chauffant à un ensemble pompe à chaleur couplé  à une chaudière gaz. L’objectif : faire vite et garantir un résultat optimal, tests à l’appui.

Une pose rapide et facile

La combinaison tubes multicouches et sertissage a permis à Pierre-Yves de répondre à ses deux impératifs. « Le multicouche évite les pertes de charge, précise l’entrepreneur. Du coup, c’est très approprié pour les installations avec pompe à chaleur. De plus, il est possible, si besoin, de déplacer des tubes, de les recintrer ». Sur ce chalet, il a choisi la gamme Smartpress de Viega. « Nous utilisons leurs produits depuis longtemps. L’éventail est large et permet de répondre à tous les besoins. Avec la gamme Smartpress, l’installation est immédiatement opérationnelle et nous pouvons vérifier immédiatement si un raccord n’est pas serti grâce au test de fuite ». Son plus grand atout : la facilité de pose. Le système multicouche Smartpress avec ses raccords à sertir en inox ou en bronze est dépourvu de joints d’étanchéité, ce qui limite les tâches de calibrage et d’ébavurage du tube. « Le raccordement est plus rapide. De plus, Viega propose des tubes isolés par une gaine, un point utile pour gagner du temps avant le coulage de dalle ».

Raccordement en trois étapes

Ces tubes synthétiques multicouches Viega Smartpress (indéformables avec barrière anti-oxygène) sont utilisables sur les installations  d’eau potable, de chauffage et de réseaux d’air comprimé. Ils se raccordent simplement en trois étapes : une découpe de la gaine de protection (pour les tubes isolés, la protection extérieure et la couche d’aluminium doivent être retirées sur la longueur de la douille  à sertir avec un dénudeur spécifique Viega) ; une coupe nette et droite à l’aide de ciseaux à tube pour des diamètres de 16 à 25 mm ou au coupe-tube pour les diamètres de 32 à 63 mm ; enfin, un sertissage en insérant le raccord, en contrôlant son insertion dans le regard dédié et en sertissant à l’aide de la mâchoire ou de la pince à sertir.

« Le tube multicouche est aussi simple que du cuivre à sertir, reprend l’entrepreneur. Mais il se révèle plus pratique et moins coûteux ». Sur cette opération, Pierre-Yves Muffat a délégué une équipe de deux personnes, sur sa douzaine d’employés. Ils ont opéré par étape, sur une durée d’environ huit mois, pour poser pas mois de 1 500 m de tubes multicouche de 16 à 50 millimètres. Le coulage des chapes a eu lieu en septembre dernier et la mise en chauffe sera effectuée pendant l’hiver.

 

Fiche chantier :

Installateur : Pierre-Yves Muffat, Essert-Romand (74)
Maître d’ouvrage : SCI Swing, Olivier Perroud, Dijon (21)
Architecte : Christian Rey-Grange, Agence d’architecture Rey-Grange, Sèvres (92)

Commentaires

Multicouche et sertissage dans un chalet de Haute-Savoie

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur