En direct

Luma Arles: la grue à tour quitte le chantier
Démontage de la grue à tour sur le chantier de Luma Arles: une grue mobile installée pour l’occasion. - © C.W.
Diaporama

Luma Arles: la grue à tour quitte le chantier

Christiane Wanaverbecq (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 16/05/2019  |  ChantiersMatériel de chantierMatériel de levageBouches-du-RhôneFrank Gehry

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Technique
Chantiers
Matériel de chantier
Matériel de levage
Bouches-du-Rhône
Frank Gehry
Vinci Construction France
Valider

Nouvelle étape sur le chantier de construction du « bâtiment-ressources », élément phare du futur complexe culturel construit à Arles (Bouches-du-Rhône) : la grue à tour de 75 mètres de hauteur a été démontée, élément par élément, les 9 et 10 mai derniers. Cette intervention marque la fin des travaux de gros œuvre avant une livraison au printemps 2020.

1/6

Démontage de la grue à tour sur le chantier de Luma Arles: une grue mobile installée pour l’occasion.

© C.W.

La grue à tour a été démontée morceau par morceau, sur une journée et demie, les 9 et 10 mai, grâce au bras d’une grue mobile installée pour l’occasion.

2/6

Démontage de la grue à tour sur le chantier de Luma Arles: sept éléments en trois heures.

© C.W.

La flèche de la grue à tour, composée de sept éléments, a été enlevée en l’espace de trois heures.

3/6

Démontage de la grue à tour sur le chantier de Luma Arles: huit lests de 4 à 6,5 tonnes.

© C.W.

L’opération a démarré le 9 mai à 9 h 30 par le démontage des huit lests, dont le poids va de 4 à 6,5 tonnes.

4/6

Démontage de la grue à tour sur le chantier de Luma Arles: semi-remorques.

© C.W.

Les premiers semi-remorques sont arrivés à 11 h sur le site de chantier pour évacuer au fur et à mesure de leur démontage les éléments de la grue.

5/6

Démontage de la grue à tour sur le chantier de Luma Arles: l'équipe.

© C.W.

Les membres de l’équipe mobilisée par le démontage de la grue à tour.

6/6

Démontage de la grue à tour sur le chantier de Luma Arles: schéma du « bâtiment-ressources ».

© Vinci Construction France

Schéma du « bâtiment-ressources ».

Ce vendredi 10 mai 2019, à Arles (Bouches-du-Rhône), le chantier de construction du « bâtiment-ressources », plus connu sous le nom de « tour Gehry », a franchi une étape décisive avec la fin du démontage, en un jour et demi, de la grue à tour Manitowoc (Potain MDT 368). Mesurant 75,20 mètres de haut (sous crochet) et dotée d’une flèche de 60 mètres de long, elle a été démontée élément par élément grâce à une tour mobile d’une capacité de levage de 750 tonnes installée sur le site pour l’occasion.

Venus spécialement de Toulouse, un monteur et un démonteur ont joué les funambules, à 75 mètres du sol, pour détacher les barres d’acier.

Pour les équipes des entreprises membres du groupement conduit par Vinci Construction France, cela annonce la fin d’une opération exceptionnelle (150 millions d’euros) qui les mobilise depuis près de cinq ans.

Sur le même sujet La fondation Luma amène la nature dans une friche

 

Fin du clos-couvert et du gros œuvre

 

« C’est la fin du clos-couvert et du gros œuvre. La grue à tour nous a permis, notamment, d’amener les éléments de façades et les matériels sur les terrasses techniques au dernier niveau. Nous allons livrer des salles brutes pré-équipées. Il reste à réaliser encore quelques travaux de finition avant de laisser cet été les artistes prendre possession des lieux », explique Franck D’Haveloose, directeur de projets chez Vinci Construction France.

Culminant à 56 mètres de hauteur, la « tour-sculpture », conçue par l’architecte américano-canadien Frank Gehry, sera la pièce centrale du Parc des Ateliers bâti sur les dix hectares des anciens ateliers de la SNCF. Maja Hoffmann, sa fondatrice et mécène d’art, veut en faire une « plate-forme culturelle » dédiée à « la production d’expositions et d’idées, à la recherche, à l’éducation et aux archives ».

Une fois démontée, la grue à tour, propriété de Solumat, filiale de Vinci, est repartie à Vierzon (Cher) où elle sera totalement révisée pendant plusieurs mois avant de repartir sur les chantiers du Grand Paris et des Jeux olympiques de 2024.

 

Grue renforcée

 

« La grue a été dimensionnée pour construire le noyau en béton et monter les éléments de façade en métal, ainsi que ceux en béton. Elle a servi aussi à accrocher les éléments en verre qui habillent la rotonde encerclant la base de l’édifice. Il fallait qu’elle soit plus haute que celui-ci. Il fallait aussi qu’elle soit en capacité de lever des éléments lourds : de 12 tonnes à 20 mètres de portée et de 5,3 tonnes au bout de la flèche de 60 mètres », précise Franck D’Haveloose.

Un site relativement étroit et l’architecture du bâtiment, dont la base est plus large que le sommet, n’ont pas permis l’ancrage de l’engin en façade. « Si nous y avions ancré la grue au bâtiment, nous aurions dû installer des passerelles de 15 mètres de long. Ce qui était impossible compte tenu de la puissance des vents qui soufflent dans cette région », raconte Franck D’Haveloose. La proximité de bâtiments sur le site et la puissance des vents rencontrés en Arles ont d’ailleurs conduit à renforcer le mât de la grue avec une double mature et à le sceller à un massif en béton de 625 tonnes (10 m x10 m sur 2,50 m de profondeur).

Construit pour l’occasion, il sera réutilisé en support d’assise du futur escalier ruban qui ornera l’entrée sud-est du bâtiment. « Nous avons fait en sorte également que la grue soit positionnée au plus proche du bâtiment et qu’elle puisse couvrir toute la surface du chantier, d’où les 60 mètres de longueur de la flèche », poursuit Franck D’Haveloose.

Dimensions de la grue

Hauteur sous crochet : 75,20 mètres
Longueur de la flèche : 60 mètres
Portée : 12 tonnes jusqu’à 20 mètres ; 5,3 tonnes à 60 mètres en bout de flèche

 

A quoi a-t-elle servi ?

Réalisation du gros œuvre : 24 000 m2 de plancher, soit 12 000 m3 de béton (mise en place de banches, de coffrages et levage des bennes à béton)
Pose des 1 300 tonnes de charpente métallique du diagrid
Pose des 300 coques en acier de la façade
Pose des trois failles vitrées de 38 mètres de hauteur
Pose de la charpente de la rotonde et de ses 650 vitrages
Approvisionnement du matériel de l’ensemble des entreprises

 

Commentaires

Luma Arles: la grue à tour quitte le chantier

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur