En direct

Logements, bureaux et commerces à Rome (Italie), par Labics
Face à face - © © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Diaporama

Logements, bureaux et commerces à Rome (Italie), par Labics

le 11/08/2017  |  ArchitectureEurope

1/10

Face à face

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

A Rome (Italie), deux complexes résidentiels se font face de part et d’autre de la via della Lega Lombarda : « Tiburtino II », construit par Giorgio Guidi et Innocenzo Sabbatini, est habité depuis 1928, alors que « Città del sole », bâti par Maria Claudia Clemente et Francesco Isidori (agence d’architecture Labics), se peuple progressivement depuis 2016. « Le protagoniste, c’est l’édifice historique », pointent du doigt les deux fondateurs de Labics. « Notre bâtiment, volontairement sobre et sans couleurs, n’entre pas en conflit avec lui, mais le magnifie plutôt en prolongeant ses perspectives et ses terrasses », expliquent-ils.

2/10

Revitalisation urbaine

© © Labics

Cette opération immobilière privée, conduite par Hines Italia, s’inscrit dans une politique publique de revitalisation urbaine. La parcelle longiligne de 11000 m², ancien dépôt de la société romaine de transports Atac, comprend aujourd’hui divers programmes : des logements (5500 m²), des bureaux (4200 m²), des commerces (2100 m²), des parkings (10000 m²), ainsi qu’une future bibliothèque (1700 m²). Coût des travaux : 35,1 millions d’euros.

3/10

Enraciner le projet

© © Labics

Selon Labics : « Les aspects les plus importants du plan de revitalisation urbaine sont la relation avec le contexte et la création d’espaces partagés, capables d’enraciner le projet au sein de la communauté locale. »

4/10

Colline artificielle

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

En continuité de l’espace public, de grands emmarchements invitent les passants curieux à découvrir des places surélevées, à l’image de celle construite sur la colline du Capitole, au centre-ville de Rome. Ici, la colline est artificielle et accueille des commerces. Les plateaux de bureaux et les étages de logements s’élèvent au-dessus, montés sur leurs piliers et pilotis. La résidence est scindée en deux volumes bâtis : l’un, bardé de volets en aluminium, héberge 8 « villas urbaines » de 100 à 160 m² avec toit-terrasse ; tandis que l’autre, équipé de brise-soleil en verre sérigraphié, abrite 72 « maisons en hauteur » de 40 à 120 m² avec loggia.

5/10

Petite ville

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

« Notre bâtiment est comme une petite ville, avec ses rues, ses places et ses strates, décrivent les architectes de l’agence Labics. Il invite à l’exploration du quartier, à la rencontre de ses habitants et aussi au repos. » Cerise - amère - sur le gâteau : un site archéologique, découvert au début du chantier en 2010, a entraîné des modifications et des surcoûts au niveau de la structure. Pour préserver les vestiges - un sanctuaire du culte de Mithra et des mosaïques -, les fondations en béton ont été minimisées au profit de porte-à-faux en acier. L’« hortus antiquario » (jardin antique) sera prochainement visible depuis les terrasses.

6/10

Matériaux bruts

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

A l’intérieur des bureaux, l’aménagement reste à faire. L’acier de la charpente et le béton brut de décoffrage des circulations verticales resteront apparents.

7/10

Profilés alu

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Les façades vitrées des bureaux sont protégées du soleil par des profilés en aluminium issus du commerce, mais assemblés suivant quatre combinaisons géométriques différentes afin de créer une composition unique.

8/10

Vestige du XXe siècle

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

A la pointe ouest de la parcelle, où sera construite la future bibliothèque, l’agence Labics a choisi de conserver l’abri en béton armé conçu en 1937 par l’ingénieur Mario Loreti, devenu au fil des décennies un élément constitutif de l’identité du quartier.

9/10

Double escalier

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

Les huit « villas urbaines » sont desservies par un double escalier. « C’est divertissant ! », s’amuse l’architecte Maria Claudia Clemente, qui visualise bien les enfants en train de jouer à se croiser et à se cacher ici ou là avec leurs parents. « Mais c’est avant tout pratique pour évacuer plus rapidement les personnes en cas d’incendie », précise-t-elle.

10/10

Nouvel horizon

© © Milena Chessa / Le Moniteur.fr

« L’architecture est un risque, mais nous le prenons pour améliorer les conditions de vie des habitants », expliquent Maria Claudia Clemente et Francesco Isidori. Amis d’enfance devenus architectes associés en 2002, les deux Romains visent un nouvel horizon en 2018 : Paris, où ils souhaitent installer leur deuxième agence. Pour eux, la France est un pays où les architectes se trouvent « mieux considérés », les maîtres d’ouvrage possèdent une « vraie culture » et les concours publics de maîtrise d’œuvre sont « rémunérés » et, surtout, « réalisés… par le lauréat ».
Logements, bureaux et commerces à Rome (Italie), par Labics

Commentaires

Logements, bureaux et commerces à Rome (Italie), par Labics

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX