En direct

Les projets éphémères du Festival des architectures vives 2015 à Montpellier
DI.X - © © Benoit Chantelou, Thomas Landemaine, Nuno Da Silva

Diaporama

Les projets éphémères du Festival des architectures vives 2015 à Montpellier

le 09/06/2015  |  ArchitectureHérault

1/11

DI.X

© © Benoit Chantelou, Thomas Landemaine, Nuno Da Silva

Projet « DI.X », par Benoit Chantelou, Thomas Landemaine et Nuno Da Silva, de l’Atelier 1.25 (Montpellier). « Un X pour fêter les dix ans du Festival des architectures vives. C’est la première image du visiteur qui rentre dans la cour de l’hôtel de Philippy (1, rue du Petit Scel). C’est en réalité une imposante sculpture facettée qui interroge le regard et la notion de point de vue. Ses faces réfléchissantes l’habillent de fragments de façades, de sols, de ciel, de silhouettes. La sculpture prend vie avec les visiteurs. Elle reflète les mouvements, s’anime de nouvelles formes et couleurs, invite au jeu et à l’interaction. »

2/11

Panta Rei

© © Josseran Crochet

Projet « Panta Rei », par Josseran Crochet (Paris). « Certains bâtiments, comme l’hôtel de Lunas (10, rue de la Valfère), ont croisé des centaines de regards au fil des siècles. Passé le seuil de l’édifice, le visiteur ne sentira pas le poids du passé. L’installation le plongera dans une représentation nouvelle du réel. Son imaginaire sera confronté à une véritable mise en abîme, grâce à deux bassins au fond noir miroitant posés de chaque côté de la cour. En regardant vers le bas, le visiteur est immédiatement porté par un mouvement vertical. »

3/11

Un dixième de printemps

© © Margaux Rodot, Michel Martin, Benoit Tastet

Projet « Un dixième de printemps » par Margaux Rodot, Michel Martin et Benoit Tastet (Bordeaux). « Notre installation dans l’hôtel de Mirman (7, place du Marché aux Fleurs) est une évocation du o-hanami, coutume traditionnelle japonaise d’admirer la beauté éphémère des fleurs de cerisier au printemps. Nous invitons les visiteurs à venir profiter d’un coin de clairière éphémère pour un simple arrêt de rêverie, une sieste méditative allongé dans l’herbe ou un pique-nique improvisé sur une nappe déroulée. Des ballons roses évoquent l’image des pétales de fleurs se décrochant à leurs grès. »

4/11

L’anémograf

© © Léa Girault, Etienne Gobin, Benjamin Joudrier, Chloé Morin

Projet « L’anémograf » par Léa Girault, Etienne Gobin, Benjamin Joudrier et Chloé Morin (Paris). « Un mobile composé de plusieurs lames de bois et de volumes coniques entre en mouvement sous l’action de l’air dans la cour de l’hôtel d'Aurès (14, rue Eugène Lisbonne).  Les cônes sont remplis d’encre qui, par un système de pipetage, tombe au goutte à goutte sur une toile. L’anémograf capte son environnement et le retranscrit immédiatement sur une toile, sous l’œil intrigué du spectateur. »

5/11

Entre temps

© © Clémence Durupt, Gabrielle Vinson

Projet « Entre temps » par Clémence Durupt et Gabrielle Vinson (Toulouse). « Pour fêter les dix ans du FAV, c’est une ambiance à la fois colorée et imprévisible que nous souhaitons créer dans la cour de l’hôtel de Jacquet (3, rue Saint-Ravy). Un plafond éphémère retient une tonne de confettis qui grâce à l’action du visiteur s’échappent et s’éparpillent. L’installation évolue dans le temps transformant l’espace de la cour : elle le plafonne d’abord, le rend ludique ensuite, pour le laisser finalement redevenir lui-même. Les derniers jours le ciel est ouvert, et ce sablier géant est prêt à être retourné pour les dix prochaines années. »

6/11

The Cloudscape

© © Sebastian Ernst, Sebastian Kern, Martin Tessarz, Jonas Tratz

Projet « The Cloudscape » par Sebastian Ernst, Sebastian Kern, Martin Tessarz et Jonas Tratz, de Fakt (Zurich et Berlin). « Notre proposition pour l’hôtel des Trésoriers de la Bourse (4, rue des Trésoriers de la Bourse) est une installation semi-transparente, en fines feuilles de métal, qui réagira à la plus légère variation de temps, de lumière et de couleur. Il n’y pas d’intérieur, ni d’extérieur, pas de dessus, ni de dessous, seulement un dialogue visuel constamment redéfini entre l’objet de ce monde flottant et le spectateur. »

7/11

Heureux événement

© © Céline Aubernias, Alice Mahin, Chloé Sanson

Projet « Heureux événement », par Céline Aubernias, Alice Mahin et Chloé Sanson, de l’Atelier Roberta (Paris). « Pour cette édition anniversaire du FAV, nous proposons de fabriquer un gâteau spécial qui se coule sur le sol de la cour de l’hôtel de Mirman (7, place du Marché aux fleurs). Cette curieuse pâtisserie est constituée d’agar-agar, gelée nourricière à la présence étrange et évanescente qui va servir de milieu de culture. Des milliers de graines y sont semées et cette surface plantée sera changeante au long du festival. La germination et la pousse pourront être observées à l’échelle du temps de l’évènement. Le dernier jour, le gâteau sera coupé et distribué, non pas pour manger sa part, mais bien pour la transporter, la planter chez soi, où les graines pourront s’installer et fleurir. »

8/11

L’espace d’un instant

© © Marine Gresser, Véronica Hirtz

Projet « L’espace d’un instant » par Marine Gresser et Véronica Hirtz (Bordeaux). « Il est impossible de savoir exactement quand s’opère le changement d’un instant à l’autre, et par conséquent, d’un espace à l’autre. Ce moment précis et éphémère, auquel un individu est confronté, déstabilise les repères collectivement établis. Dans la cour de l’hôtel Baudon de Mauny (1, rue de la Carbonnerie), un sol sableux, sensuel et brut, participe au récit d’un paysage désertique où le temps se perd, où la notion de durée s’évapore, laissant la seule trace de l’instant présent. Étendue ponctuée de brindilles réfléchissant l’infini, l’installation construit l’image d’une intériorité, à la manière du panache d’une anémone. Le visiteur invité au voyage d’un milieu au cœur de l’instant, laissera délicatement s’éveiller l’imaginaire assoupi qui, lui, est sans limites. »

9/11

Memento

© © Nicola Lorusso et Michele Realis Luc

Projet « Memento » par Nicola Lorusso et Michele Realis Luc (Milan et Vienne). « Les visiteurs de l’hôtel du Palais des Guilhem (12, rue du Palais des Guilhem) découvriront un objet 3D sectionné, composé de tout ce que les cours ont expérimenté au long des neuf éditions précédentes du FAV. Les fragments incomplets ont empli par le passé ces espaces oubliés et invisibles, et maintenant les spectateurs les regarderont dans une confusion empêtrée de ficelles, de cubes, de sphères, de tabourets, de cônes, de moniteurs, de panneaux, de ballons et de cadres. Un concept très simple soutient la séduisante et complexe idée qu’aucun moment actuel n’est pire qu’en étant défini comme unique. »

10/11

Gold fish

© © Julien Plessis, Claire Dussonchet

Projet « Gold fish » par Julien Plessis et Claire Dussonchet (Paris). « Nous souhaitons offrir aux visiteurs de l’hôtel de Rozel (2 ter, rue Saint-Pierre) un temps de rêverie et de contemplation. A travers un décor théâtral composé d’un sol noir dont émerge un étang d’or habité de carpes, l’installation révèle le volume de la cour et en modifie notre perception. Réinterprétation de la figure du jardin zen, cette composition abstraite et singulière offre un contraste harmonieux avec la cour. »

11/11

Trans(inter)férence

© © Waralee Kaewkoon, Emily Greer, Thomas Byung H. Kim

Projet « Trans(inter)férence » de Waralee Kaewkoon, Emily Greer, Thomas Byung H. Kim, étudiants de la Syracuse University School of Architecture (New-York). « L’installation dans l’hôtel Audessan (9, rue de la Vieille Intendance) est un produit de son site, une production numérique de sa matérialisation et de son interaction avec son observateur. La façade de la cour y est projetée et devient un labyrinthe de diverses clôtures. La structure résultante est une convergence de dessin et de sculpture dans l’espace. Tandis que sa solidité est définie par la densité matérielle et des lignes de poids dans l’espace, la perception de ce qu’elle est dépend seulement d’une position. Tandis que la réalisation de l’objet semble être complexe, l’assemblage est en réalité basé sur une simple trame couverte par des bandes magnétiques de cassette vidéo. »
Les projets éphémères du Festival des architectures vives 2015 à Montpellier

Commentaires

Les projets éphémères du Festival des architectures vives 2015 à Montpellier

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX