En direct

Les deux ponts à haubans de Vladivostok
Sous le tablier du pont de Rousski, qui possède la plus longue travée haubanée du monde (1 104 mètres de portée). - © © Olivier Baumann/Le Moniteur

Diaporama

Les deux ponts à haubans de Vladivostok

le 04/07/2012  | 

1/14

Sous le tablier du pont de Rousski, qui possède la plus longue travée haubanée du monde (1 104 mètres de portée).

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

Le tablier, un fin caisson d’acier orthotrope en profilé d’aile d’avion inversée (portance négative) est constitué de voussoirs de 24 mètres de long. Le clavage du pont, comme celui de la baie de la Corne d’Or, a eu lieu en avril dernier, à quelques jours d’intervalle. Leur mode opératoire est identique : après avoir ajusté la tension et la longueur des haubans afin que les fléaux de chaque moitié de pont soient parfaitement positionnés l’un en face de l’autre, le dernier voussoir a été soulevé depuis une barge, mis en position, puis définitivement soudé au tablier existant.

2/14

Vue générale du pont de Rousski au soleil couchant.

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

Le pylône côté continent (320 mètres de haut, soit la hauteur de la tour Eiffel) perce un nuage. La hauteur sous tablier (70 mètres) autorise le passage des plus gros navires porte-conteneurs.

3/14

Pont de Rousski

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

Elévation du pylône côté île Rousski, vue depuis le tablier. Les haubans sont ancrés individuellement  dans un caisson d’acier noyé dans le béton armé haute performance ( un C60) des pylônes. Les clavettes, ancrages et gaines des haubans ont été fabriqués en France dans l’usine appartenant à Freyssinet à Saint-Eusèbe (Saône-et-Loire). Les torons eux, ont été fabriqués au Japon.

4/14

Vue de la travée de rive haubanée du Pont de Rousski.

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

On distingue la culée, destinée à bloquer les mouvements horizontaux du tablier. Les gaines des haubans sont parées des couleurs du drapeau russe : blanc, bleu et rouge.

5/14

Vue du pont de la baie de la Corne d’Or, depuis le sommet de l’un des pylônes en « V », à 226 mètres au-dessus de l’eau.

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

La travée centrale de 737 mètres, constituée de caissons d’acier orthotropes, est tenue par 96 haubans. Au loin, on distingue le pont de Rousski.

6/14

Vue générale du pont de la baie de la Corne d’Or, dont les pylônes en « V » marquent le centre-ville de Vladivostok

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

7/14

Vue d’un pylône depuis le tablier du pont de la baie de la Corne d’Or.

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

Bien que fortement tendus, les plus longs haubans  prennent une forme de chaînette, la flèche pouvant atteindre plusieurs mètres.

8/14

Vue depuis le sommet d’un pylône du pont de la baie de la Corne d’Or.

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

Bien que répartis équitablement de part et d’autre du pylône, les haubans de la travée centrale et de la travée de rive forment avec celui-ci des angles différents.

9/14

Pont de la baie de la Corne d’Or

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

Le profil en long du tablier n’est pas plat, mais possède une pente pour évacuer les eaux de pluie.

10/14

Pont de la baie de la Corne d’Or.

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

Elles ont en partie pour fonction d’empêcher le soulèvement du tablier.

11/14

Vue du plus long hauban du pont de la baie de la Corne d’Or avant mise en place de la gaine extérieure.

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

Les torons qui le constituent sont assemblés de manière très compacte. On voit le capot de l’amortisseur interne (IRD). Trois réservations permettront l’insertion des pistons hydrauliques radiaux destinés à absorber les mouvements dans un plan transversal.

12/14

Vue d’un amortisseur interne (IRD, pour Internal radial damper) finalisé, situé à la base d’un hauban du pont de Rousski.

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

13/14

Amortisseurs externes

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

Plus le point d’attache de l’amortisseur est éloigné du point d’ancrage des haubans, plus l’amortissement des vibrations du hauban est efficace. Pour les haubans les plus longs, les amortisseurs internes, qui sont par construction nécessairement fixés juste au-dessus du tablier, ne sont plus suffisamment efficaces. On utilise alors des amortisseurs externes de type PED (Pendular external damper) : leur grande taille permet de les fixer suffisamment haut sur les haubans.

14/14

La gaine extérieure du tablier est parcourue d’un double filet hélicoïdal en relief.

© © Olivier Baumann/Le Moniteur

D’apparence anodine, il possède en réalité un rôle primordial. En empêchant le ruissellement de l’eau le long des haubans –lorsqu’elle entre en contact du filet, la goutte d’eau tombe immédiatement- ce système permet d’éviter les effets, apparemment redoutables, des combinaisons d’action du vent et de la pluie.
Les deux ponts à haubans de Vladivostok

Commentaires

Les deux ponts à haubans de Vladivostok

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX