En direct

Le parc du Grand Pré de Langueux (Côtes-d'Armor), Grand prix national du paysage 2012
Laboratoire de l’évolution du vivant - © © Laure PLANCHAIS

Diaporama

Le parc du Grand Pré de Langueux (Côtes-d'Armor), Grand prix national du paysage 2012

le 18/10/2013  |  Architecture

1/9

Laboratoire de l’évolution du vivant

© © Laure PLANCHAIS

Les parcelles de la future pinède, délimitées par des pieux de bouchots usagés, forment un véritable laboratoire de l'évolution du vivant.

2/9

Avant le parc… des champs

© © Laure PLANCHAIS

Au préalable à la création du parc, l’espace était occupé par des champs et des pâtures qui permettaient difficilement de lire la géographie du site et les vues sur l’horizon de la baie de Saint-Brieuc avec la présence de la mer à marée haute.

3/9

Inspiration

© © Laure PLANCHAIS

Tirant son nom de toponymie initiale du site qui l’a accueilli, le parc du Grand Pré transite entre espaces urbains et ruraux. Il puise son inspiration des paysages et particularités du cadre alentour : grands horizons sur la baie de Saint-Brieuc, vallons boisés rafraîchissants, pinèdes littorales, vergers, et luxuriance d’ambiances exotiques permises par la douceur du climat.

4/9

Organisation du parc

© © Laure PLANCHAIS

La conception du parc propose et articule l’implantation d’un bâtiment à usage culturel (architectes Thierry et Julien Mostini) sur cette esplanade. A proximité immédiate, le parc intègre un espace dévolu aux cirques qui viennent en résidence, la ville de Langueux accueillant depuis 2009 un festival annuel de cirques. Sur la plus grande longueur du parc se développe une vaste promenade qui vient chercher le visiteur depuis le centre de Langueux jusqu’au rebord du plateau agricole. Sur ses franges, le parc vient tisser des liens avec les quartiers existants et à venir qui le jouxtent en proposant de nombreux cheminements vers son centre. Les espaces de stationnement (3 espaces pour un total de 440 places) sont conçus de manière à participer aux lieux de promenade lorsqu’ils sont vides.

5/9

Peu de surfaces imperméabilisées

© © Laure PLANCHAIS

Le parc présente délibérément très peu de surfaces imperméabilisées et la majeure partie des eaux de ruissellement est absorbée par les espaces plantés ou se jettent dans le bassin près du bâtiment culturel (au fond à gauche).

6/9

Système de gestion hydraulique gravitaire

© © Laure PLANCHAIS /SAFEGE

Prenant sa source sous le centre-ville de Langueux, où le cours d’eau a un statut d’égout pluvial, il ressort à ciel ouvert au niveau de l’entrée amont du parc. Pour contribuer à restaurer sa qualité et éviter les phénomènes d’érosion observés, un système de gestion hydraulique gravitaire de ses crues a été conçu et intégré dans le parc. En période de crue, le ruisseau est délesté de ses eaux les plus polluées et d’une partie du surplus de débit qui endommage les berges vers les grèves. Cette eau va progressivement être relâchée dans son milieu naturel initial en aval, grâce à des barbacanes émergeant de la digue. L’eau souillée qui passe par ce nouveau circuit est épurée par les végétaux du bassin et de la zone marécageuse créée en contrebas de la digue. En aval du parc, un ancien lavoir est remis en scène et valorise la poursuite du cheminement pédestre de randonnée vers les grèves

7/9

La Grande prairie

© © Alexandre PETZOLD

La grande prairie est bordée, côté urbanisé, de grandes perches de pieux de bouchots forment un filtre visuel vis-à-vis des maisons alentours. La hauteur de ces pieux de 4 à 5 mètres offre déjà une présence verticale préfigurant la silhouette de la pinède qui va se développer sur les parcelles d’expérimentales de semis de pins en frange de parc d’ici quelques années. Les espaces en prairie de fauche ont été labellisés «refuge à papillons» en 2011.

8/9

Jardin d’ombre

© © Alexandre PETZOLD

Dans la partie basse du parc, creusée par le ruisseau, le jardin d'ombre est plus intime et luxuriant. Il est modelé par des buttes constituées de terres végétales récupérées lors de l'aménagement du Grand Pré. « Nous avons veillé à équilibrer les déblais-remblais », explique Pascal Lefèvre, du bureau d’études Safege. Ce lieu, plus intime permet d’approcher l’eau au travers de nombreux petits cheminements. Des allées en enrochement cyclopéens de dolérite provenant de carrières locales permettent aux eaux échappées du bassin de se faufiler pour rejoindre le lit naturel du ruisseau.

9/9

Un traitement plus urbain sur l’esplanade

© © Alexandre PETZOLD

Devant le parvis de la salle de spectacles, un parterre de plantes vivaces à grand développement apporte une touche de sophistication à la partie la plus «urbaine» du parc en accompagnant la géométrie architecturale du bâtiment culturel. Elles forment des rideaux végétaux qui ondulent au gré des vents à l’approche du belvédère sur la mer en fond de baie de Saint-Brieuc. Certaines plantes atteignent jusqu’à près de 2m de haut à la belle saison.
Le parc du Grand Pré de Langueux (Côtes-d'Armor), Grand prix national du paysage 2012

Commentaires

Le parc du Grand Pré de Langueux (Côtes-d'Armor), Grand prix national du paysage 2012

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX