En direct

Le Mont-Saint-Michel : début de trois ans de travaux pour la Merveille
Restauration de l'abbaye MSM - © Christine Raout
Diaporama

Le Mont-Saint-Michel : début de trois ans de travaux pour la Merveille

Christine Raout |  le 18/11/2020  |  PatrimoineNormandieMancheMont Saint-Michel

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Patrimoine
Normandie
Chantiers
Manche
Mont Saint-Michel
Valider

C’est dans un Mont-Saint-Michel déserté de ses visiteurs que le chantier de l’Abbaye a été lancé le 2 novembre 2020. En trois ans, 8000 m2 de façades (nord, pignon est et pignon ouest), et l’ensemble des couvertures seront restaurés.

1/6

Restauration de l'abbaye MSM

© Christine Raout

En trois ans, 8000 m2 de façades (nord, pignon est et pignon ouest), et l’ensemble des couvertures de la Merveille seront restaurés.

2/6

Héliportage de matériel pour la restauration de l'abbaye MSM

© Christine Raout

Trois jours d’héliportage et 180 rotations assurées par Héliberté, déjà chargé du transport de l’archange Saint-Michel lors de sa restauration, sont nécessaires pour amener le matériel.

3/6

Façade nord de l'abbaye

© Christine Raout

Le granit de la façade nord est altéré par les infiltrations d'eau et la mousse.

4/6

Pignon Est de l'abbaye MSM

© Christine Raout

Le pignon Est fait partie de la campagne de restauration du Mont Saint-Michel. Au sommet de la flèche, la statue de l’archange Saint-Michel.

5/6

L'équipe Degaine Vinci devant la palissade de protection

© Christine Raout

La palissade permet de séparer le passage des visiteurs du chantier de restauration. Ici, l’équipe Degaine Vinci Construction France, avec de gauche à droite : Philippe Besnard, chef de chantier ; Marie Flavigny, ingénieure travaux et Nicolas Back, directeur de travaux.

6/6

Thierry Balereau AUCE Conservateur des Monuments nationaux

© Christine Raout

Thierry Balereau, architecte et urbaniste en chef de l’Etat Conservateur des Monuments nationaux au Centre des Monuments historiques. La palissade est cours de construction.

Alors que le pont passerelle reste vide depuis deux semaines, c’est dans les airs que le va-et-vient s’observe. Toutes les quatre minutes, les équipes au sol s’affairent pour réceptionner un colis : éléments d’échafaudage, matériel et matériaux, soit un ballet de 180 rotations pour amener le nécessaire par hélicoptère.

Deux mois de préparation du site seront nécessaires. Jusqu’à la fin de l’année, les échafaudages seront montés sur la partie centrale de la façade nord, première partie restaurée, avant d'être déplacés selon les phases du chantier, jusqu’à 50 mètres de haut.

 

Installation d'un ascenseur

 

Un ascenseur sera installé pour toute la durée du chantier, facilitant notamment l’accès pour la couverture. Une palissade protège le chantier et aménage un passage pour la sortie des visiteurs de l’abbaye. En effet, si le site n’est actuellement pas accessible pour cause de crise sanitaire, le chantier et les touristes, plus d’1,4 million en 2019, devront cohabiter jusqu’en 2024.

 

Anciennes restaurations problématiques

 

Construite au XIIIe siècle, l’abbaye du Mont-Saint-Michel a déjà été restaurée au XIXe siècle. « Ce sont ces restaurations qui posent problème, car elles ont été faites à l’économie, explique François Jeanneau, architecte en chef des Monuments historiques, chargé du suivi des travaux. Les ragréages ont été faits au mortier, qui n’a pas tenu. L’altération est aussi due aux végétaux et aux infiltrations d'eau. »

 

Ardoises à bout de souffle

 

Si la couverture du cloître a déjà été restaurée, celles des bâtiments annexes et du réfectoire sont à refaire. « Les travaux des charpentes reprises au XIXe siècle sont encore valables, mais les ardoises minces d’Angers de la fin du XIXe siècle sont à bout de souffle, ajoute François Jeanneau. Elles seront remplacées par de l’ardoise épaisse venant de la carrière de Travassac, en Corrèze. » Les échafaudages permettront aussi de terminer la restauration des vitraux.

Fin décembre, une fois les échafaudages en place, les constatations précises de l’état du bâtiment pourront débuter. Chaque campagne de restauration est aussi l’occasion de l’étudier en détail.

 

Intérêt archéologique

 

« D’un point de vue archéologique et historique, nous ferons certainement des découvertes sur les techniques de restauration du XIXe siècle pour enrichir nos connaissances sur le patrimoine, espère François Jeanneau. Le bâtiment de la Merveille n’a pas été construit ex nihilo, car il y avait certainement déjà une construction importante avant, mais nous avons peu de connaissances. »

Thierry Balereau, architecte et urbaniste en chef de l’Etat, conservateur des Monuments nationaux au Centre de Monuments nationaux (CMN) ajoute : « Cette archéologie de bâti permettra de voir s’il y a eu plusieurs campagnes de construction pour l’abbaye ».

Ce chantier à 7 M€ TTC a été divisé en plusieurs lots. Degaine - Vinci Construction France s'occupe de l’installation du chantier, de la maçonnerie et la pierre de taille ; l’entreprise Hérieu des couvertures ; les ateliers Aubert-Labansat, des charpentes et les ateliers Barthe-Bordereau, des vitraux.

 

Plan de relance

 

Grâce à une dotation exceptionnelle, issue du plan de relance de l’Etat pour le CMN, le projet pourra, finalement, être réalisé sans interruption, en lançant toutes les phases du projet à la suite.

 

Chantier permanent

 

Les travaux s’inscrivent dans la continuité des chantiers menés depuis dix ans par le CMN. « Sur le Mont-Saint-Michel, ce sont des chantiers permanents, plus ou moins visibles, avec la couverture, le bâti et des réparations diverses », précise Thierry Balereau.

Le dernier chantier médiatisé a été celui de la mise aux normes des paratonnerres en 2016, sous l’angle de la restauration de l’un d’entre eux : l’archange Saint-Michel, restauré puis redéposé au sommet de l'abbaye, et qui, en ces journées grises et mornes de fin d’automne, veille sur le chantier en cours, en attendant le retour des touristes.

 

Sur le même sujet Archange, le retour

Commentaires

Le Mont-Saint-Michel : début de trois ans de travaux pour la Merveille

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Le coût des travaux de bâtiment : Équipements techniques

Le coût des travaux de bâtiment : Équipements techniques

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Le coût des travaux de bâtiment : Gros œuvre

Date de parution : 11/2020

Voir

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Le coût des travaux de bâtiment : Second œuvre - Finitions

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil