En direct

Le logement mis en perspective par des étudiants en architecture
« L’étiquette ou la cohabitation versaillaise », par Théophile Bianciotto - © Milena Chessa / LeMoniteur.fr
Diaporama

Le logement mis en perspective par des étudiants en architecture

CHESSA Milena |  le 26/06/2020  |  ParisExpositionEcoles nationales supérieures d'architecture (Ensa)Confinement

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Culture
Paris
Exposition
Ecoles nationales supérieures d'architecture (Ensa)
Confinement
Valider

Pendant la période de confinement, Guillaume Ramillien a demandé à ses étudiants en 4e année à l’école d’architecture de Versailles de dessiner le lieu dans lequel ils vivaient. Une sélection est exposée jusqu’au 17 juillet 2020 à la Galerie d’architecture, à Paris (IVe).

1/8

« L’étiquette ou la cohabitation versaillaise », par Théophile Bianciotto

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

2/8

« Autopsie d’une cellule de confinement », par Julien Quinet

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

3/8

« La vie derrière la fenêtre, le regard évasif, la cour intérieure anime les journées », par Alicya Jouet

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

4/8

« Dimanche 23h, vendredi 23h, mardi 23h », par Félix Thiollier

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

5/8

« Jardin 1/2, couloir, 7h41 Villennes-sur-Seine, appart à poil 1/2/3/4 », par Gabrielle Bazin

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

6/8

« Situations lumineuses Paris-Vendôme », par Chloé Gillespie

© Galerie d'architecture

7/8

« Lumières confinées », par Sophie Kaltenback

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

8/8

« Saint-Maur Palace », par Guillaume Ramillien

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

Au printemps  dernier, Guillaume Ramillien, maître de conférences titulaire à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles (ENSAV), devait emmener ses étudiants de 4e année en voyage d’étude à l’étranger pour comprendre l’habitat local à travers la pratique du dessin. Mais, à cause d’un déroutant coronavirus, c’est finalement leur propre habitat qu’ils ont dû étudier pendant la période de confinement.

La Galerie d’architecture expose, du 26 juin au 17 juillet 2020 à Paris (IVe), une sélection des dessins réalisés par Gabrielle Bazin, Théophile Bianciotto, Samuel Garland, Chloé Gillespie, Alice Daubigny, Alicya Jouet, Sophie Kaltenback, Quentin Lemazurier, Julien Quinet et Félix Thiollier (*). « Nous avions vu le compte Instagram de cet atelier confiné et voulions exposer ces témoignages d’une période à la fois inédite et intense », explique Gian Mauro Maurizio, directeur et co-fondateur de la Galerie d’architecture.

Narration

Chaque étudiant avait pour exercice quotidien de représenter le lieu dans lequel il vivait. Jean-Christophe Quinton, directeur de l’ENSAV, appréciait déjà ces travaux au début du confinement derrière son écran. Le 25 juin, il a pu les admirer concrètement lors du vernissage de l’exposition et féliciter leurs auteurs qui, selon lui, se nourriront à l’avenir de cette production. « Ils savent faire d’un dessin une narration », observe-t-il notamment.
Félix Thiollier a par exemple capturé trois instantanés de vie dans son appartement à travers la série intitulée « Dimanche 23h, vendredi 23h, mardi 23h ». Alicya Jouet a séquencé comme un traveling la vue qu’elle avait depuis sa fenêtre ouvrant sur une cour d’immeuble. Alors que Julien Quinet a « autopsié » sa chambre sous tous les angles. « C’est un autoportrait dans lequel j’ai disparu », décrit-il.

Scénettes

« On peut révéler tout ce qu’on veut par le dessin », constate Gabrielle Bazin, qui était surprise de la différence entre fiction et réalité lors des visioconférences faites avec les autres étudiants pendant le confinement. Et depuis le déconfinement, en leur rendant visite chez eux, elle s’étonne encore : « C’est ça ton appart’ ? »
Guillaume Ramillien s’est prêté au même exercice de représentation de son intérieur. « Les enseignants ne font jamais ce qu’ils demandent à leurs étudiants, c’était l’occasion, explique-t-il. C’était aussi un moyen de tisser un lien entre nous. » Résultat, son « Saint-Maur Palace » foisonne de détails de construction et de décoration, mais aussi de scénettes imaginant les activités de ses voisins reclus, comme lui.

Contrastes

Une atmosphère particulière peut également se dégager d’un dessin grâce au travail de la lumière. Illustrations avec Sophie Kaltenback et Chloé Gillespie qui jouent chacune à leur manière sur les contrastes, soit en couleur, soit en pointillé. Chez Théophile Bianciotto, ou plutôt dans sa « cohabitation versaillaise », il existe aussi des zones d’ombre. Mais il ne s’agit pas d’obscurité. L’étudiant a choisi d’assombrir les recoins de l’appartement auxquels il n’avait pas accès. Son dessin comporte donc une part d’observation et une part d’interprétation. Une intéressante leçon apprise lors de cet atelier confiné.

(*) A noter que les bénéfices issus de la vente des reproductions de ces dessins seront reversés au fonds d’aide d’urgence aux étudiants de l’ENSA de Versailles.

Commentaires

Le logement mis en perspective par des étudiants en architecture

Votre e-mail ne sera pas publié

Marco

26/06/2020 19h:16

Trés intéressant!!!

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Accessibilité des bâtiments aux personnes handicapées

Date de parution : 08/2020

Voir

Handicap et construction

Handicap et construction

Date de parution : 07/2020

Voir

Montage d’une opération immobilière privée

Montage d’une opération immobilière privée

Date de parution : 07/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur