En direct

Le second tunnelier du Grand Paris Express s’appelle Malala
Descente de la roue de coupe du second tunnelier du GPE, sur l’ouvrage Rû de Nesle à Noisy-le-Grand (93). - © Groupement L15|T2C | DEMATHIEU BARD/ NGE/ PIZZAROTTI/ IMPLENIA/ ATLAS FONDATIONS

Diaporama

Le second tunnelier du Grand Paris Express s’appelle Malala

Nathalie Moutarde, avec Florent Maillet |  le 26/06/2018  |  Travaux publicsInfrastructuresSociété du Grand ParisVie du BTPGrand Paris Express

Après Steffie-Orbival en février dernier, le groupement T2C emmené par Demathieu Bard  et la Société du Grand Paris ont baptisé le deuxième tunnelier du chantier du Grand Paris Express. Il s’élancera fin août - début septembre pour creuser un tunnel de 4,7 km entre le puits Rû de Nesle à Noisy-le-Grand et la gare de Bry-Villiers-Champigny.

1/5

Descente de la roue de coupe du second tunnelier du GPE, sur l’ouvrage Rû de Nesle à Noisy-le-Grand (93).

© Groupement L15|T2C | DEMATHIEU BARD/ NGE/ PIZZAROTTI/ IMPLENIA/ ATLAS FONDATIONS

Descente de la roue de coupe du second tunnelier du GPE, sur l’ouvrage Rû de Nesle à Noisy-le-Grand (93).

2/5

Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), maître d’ouvrage du Grand Paris Express, officiellement nommé le 30 mai 2018.

© Florent Maillet / Le Moniteur

Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), maître d’ouvrage du Grand Paris Express, officiellement nommé le 30 mai 2018.

3/5

Jean-François Scheidt, directeur projets majeurs chez Demathieu Bard, mandataire du groupement T2C (ex-Alliance), qui regroupe NGE, Pizzarotti, Implenia et Atlas Foundations.

© Florent Maillet / Le Moniteur

Jean-François Scheidt, directeur projets majeurs chez Demathieu Bard, mandataire du groupement T2C (ex-Alliance), qui regroupe NGE, Pizzarotti, Implenia et Atlas Foundations.

4/5

Cinq écoles élémentaires ont participé au concours "Les classes du Grand Paris Express". Et devaient proposer un prénom en référence à une femme reconnue. Malala a été retenu pour baptiser le second tunnelier du GPE.

© Florent Maillet / Le Moniteur

Cinq écoles élémentaires ont participé au concours "Les classes du Grand Paris Express". Et devaient proposer un prénom en référence à une femme reconnue. Malala a été retenu pour baptiser le second tunnelier du GPE.

5/5

Vue du chantier du puits Rû de Nesle, à Noisy-Champs.

© Florent Maillet / Le Moniteur

Vue du chantier du puits Rû de Nesle, à Noisy-Champs.

Le deuxième tunnelier du chantier du Grand Paris Express (GPE) a été baptisé le 26 juin sur le site de la future gare de Noisy-Champs, où se croiseront les lignes 15 sud et 16. La cérémonie s’est déroulée en présence des élèves des classes des écoles qui ont participé au concours de parrainage de la machine qui porte le nom de Malala, en hommage à Malala Yousafzai, prix Nobel de la Paix en 2014. Un nom proposé par la classe de CM1 de l’école Jacques Decour à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne).

 

Malala, un tunnelier à pression de terre

 

Malala est aussi le deuxième tunnelier du groupement T2C (Alliance) composé de Demathieu Bard (mandataire), NGE,  Pizzarotti, Implenia et Atlas Fondations. D’un diamètre de 9,80 m, d’une longueur de 100 m, c’est un tunnelier à pression de terre, fabriqué par Herrenknecht comme, d’ailleurs, tous les tunneliers de la ligne 15 sud.

Actuellement en cours d’assemblage dans le puits Rû de Nesle à Noisy-le-Grand, à proximité de la future gare de Noisy-Champs, il s’élancera fin août, début septembre pour rejoindre l’emplacement de la gare de Bry-Villiers-Champigny (Val-de-Marne), soit un parcours de 4,7 km entre Noisy-le-Grand et Bry-Villiers-Champigny. « Il faudra compter environ 20 mois pour forer cette section de près de 5 kms. Par rapport au calendrier initial, nous avons 3 à 4 mois de retard à cause de la nature très dure des sols de Noisy-le-Grand », a indiqué Mathieu Mallet, chef de projet secteur ligne 15 sud à la Société du Grand Paris (SGP), maître d’ouvrage du projet.

 

Nouveau directeur pour le lot T2C

 

L’événement  s’est déroulé en présence de Thierry Dallard, nouveau président du directoire de la Société du Grand Paris, en poste depuis trois semaines et qui effectuait là, comme il l’a souligné, sa première sortie sur un chantier du GPE. A ses côtés, René Simon, président du directoire de Demathieu Bard, Jean-François Scheidt, directeur projets majeurs dans le même groupe, qui a repris le lot T2C de la ligne 15 sud  à la suite de Nicolas Margoloff ou, encore, Jean-Marie Duthilleul, concepteur, avec Arep, de la future gare de Noisy-Champs, à cheval sur les communes de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et de Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne).  

 

Le chantier du lot T2C mobilise près de 330 personnes

 

Baptisé en février dernier, Seffie-Orbival, le premier tunnelier du groupement T2C perce le tunnel de raccordement (2,2 kms) entre le futur site de maintenance de Champigny (Val-de-Marne) et la ligne 15 sud. Il a déjà parcouru 103 m. « Actuellement, il est à l’arrêt pendant un mois, le temps d’assembler les dernières remorques pour qu’il atteigne sa longueur définitive, soit un peu plus de 100 m », a précisé Mathieu Mallet.

« Le lot T2C, qui englobe la construction des deux tunnels, représente 43 000 m² de parois moulées, 97 000 m3 de béton, 1,466 million de tonnes déblais. Ce chantier mobilise 329 personnes dont 121 encadrants et 208 compagnons », a indiqué Jean-François Scheidt.

Commentaires

Le second tunnelier du Grand Paris Express s’appelle Malala

Votre e-mail ne sera pas publié

jaka

04/07/2018 10h:18

IDEE : Les gares intra-muros ont vécues plus d’un siècle sans bouger : il serait temps de changer…. !!Sans coût, sans léser les parisiens, en apportant beaucoup aux Banlieues, du calme aux « ex-riverains », beaucoup d’argent pour la SNCF, un immense boulot pour de nombreuses entreprises, de travaux publics en particulier ; une embauche conséquente en IDF et +, Pour déplacer les Gares, et participer à la création du "GRAND PARIS"……« CREUSONS à l’aplomb des lignes ferrées, une prolongation de ligne de métro (existante ou nouvelle) Jusqu’à un emplacement en banlieue qui deviendrait (par exemple) « LA GARE DE LYON BIS » au Niveau -2 ; le niveau -1 étant dédié au terminus des RER ; le niveau de surface au terminus des TGV ; des niveaux au-dessus, voire en dessous, seront dédiés au parcage de véhicules » => Dans un second temps, récupérer une ENORME place ainsi libérée, (des terrains qui valent très chers : pour des construtions, des terrains de sport, des utilisations pour les communautés, etc.Vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive des avantages (+) des inconvénients (-) à cette idée.+ Aucun impact significatif pour les usagers, concernant les disponibilités, pendant les travaux + AUCUNE EXPULSION à prévoir + Création d’une grande quantité d’emplois divers, TP en particulier + Voici une opération qui ne peut pas, ne pas réjouir les « verts » entre autres ; que des +. + Pas de royalties pour le passage sous immeubles ; + moins de voitures se déplaçant vers Paris (- de pollution,- de trafic sur autoroutes,- de CO2, ..) + Le calme revient pour tous les riverains : moins de stress, moins d’énervement, moins de malades ! + Dés que la ligne de métro sera opérationnelle et compte tenu de la capacité de transport nettement supérieure, et cadences plus rapides que le RER, meilleures possibilités pour le transport voyageurs + Tous les travaux pourront être pratiquement réalisés durant le jour. + une démache qui s’inscrit tout à fait dans le cadre du « Grand Paris » + le déplacement obligatoire et consécutif des messageries, accès divers privés et publics, vers une grande banlieue (terrains moins chers) ; modernisation des installations souvent vétustes génératrices d’accidents. + Les horaires TGV et RER seront revus…à la baisse (que d’aiguillages en moins !) + Possibilités de réaffectation des terrains libérés en : espaces, verts, construits publics ou privés, de sports… + Les personnes « lançant » un tel projet, entreront dans l’histoire (avec un grand H). + L’opération a poursuivre sur TOUTES les EX-gares parisiennes, en bénéficiant de l’expérience acquise. + Une gare routière pourra être réalisée, ne serait-ce que sur les dernières emprises jouxtant la gare ‘BIS’ + Un terminus RATP ‘réfléchi’ servira de terminus incontestable, et trafic réduit. + Les gares Paris-intra seraient bien en : Musée, Expositions, galeries, etc… + Ce ne peut être qu’une opération tout BENEFICE. + Opération menant à un bénéfice important: sur les terrains, revente des installations,de rails, des caténaires, ….. + Ceci va « booster » la SNCF et le Pouvoir en place, aujourd’hui ou …demain ?!+ => Il y a encore beaucoup d’avantages….cherchez-les……… ! !Comme inconvénient, a priori ; je n’en vois aucun, sinon que :- des lobbies de RFF, SNCF et le STIF ; le GIU y seront sans doute opposés !? - Les commerces à proximité aussi (quoique ?), les Sociétés avec emprises SNCF - Et, peut-être aussi, ceux, qui auraient "déjà du y penser avant… !!"

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX