En direct

Le Centre des monuments nationaux restaure la place forte de Mont-Dauphin
Vue aérienne de la place forte de Mont-Dauphin - © © Philippe Berthé - CMN

Diaporama

Le Centre des monuments nationaux restaure la place forte de Mont-Dauphin

le 26/07/2017  |  Technique

1/4

Vue aérienne de la place forte de Mont-Dauphin

© © Philippe Berthé - CMN

La place forte de Mont-Dauphin fut créée de toutes pièces, à partir de 1693 et jusqu'à la fin du XIXe siècle, à l’initiative et sur les plans de Vauban. À l’intérieur de l’enceinte s’élèvent des bâtiments militaires, dont la poudrière (fin XVIIe siècle), les casernes Campana, Binot et Rochambeau, le pavillon des officiers et l’Arsenal. Pour que les soldats vivent mieux leur attente, Vauban conçut un projet de ville royale qui a donné aujourd’hui un village hors du commun. Les maisons sont construites sur un plan préétabli avec des caves voûtées servant d’abri, au rez-de-chaussée pour les échoppes, l’habitation à l’étage et enfin, un grenier. Des rues droites et larges suivent une gargouille centrale en marbre rose, fontaines et lavoirs facilitaient les échanges de la vie quotidienne. Au croisement des rues, la pierre à mesure et l’étalon de toise rappelle les jours de grande foire. Une immense église a été commencée ; seul le chœur fut achevé et conservé. Aujourd'hui, la place forte se présente au visiteur telle qu’elle a été conçue. Avec ses 58 hectares de superficie (18 hectares intra-muros auxquels s’ajoutent le terrain en avant des remparts, les escarpements et le hameau de Saint-Guillaume au pied du plateau), Mont-Dauphin est même l’une des plus petites communes de France.

2/4

Le comble de la caserne Rochambeau

© © CMN

La construction d’une toiture pour couvrir les terrasses des casernes casematées du front d’Embrun de l’ouest vers l’est s’explique par la nécessité de mettre hors d’eau des casernes et des fours, et l’utilité de créer un volume polyvalent et de constituer une réserve de bois de blindage en cas de siège. Le choix d’une charpente « à la Philibert Delorme » se justifiait par la volonté de libérer l’espace de toute entrave à la manœuvre et à la circulation. Malheureusement, la conception de cette charpente a été défectueuse, et sa mise en œuvre inégale, conduisant très rapidement à des désordres. Ayant échappé de peu à la démolition dans les années 1840 pour des raisons sanitaires, la charpente a subsisté dans son état après des renforcements successifs et présentait jusqu’à récemment les mêmes désordres que ceux signalés dès 1836, aggravés par les infiltrations d’eau récurrentes. Sa restauration a permis de remédier aux défauts de conception sans en dénaturer les caractéristiques architecturales et patrimoniales. Un blocage transversal de la charpente a été réalisé en solidarisant les chevrons avec une sablière reposant sur l’arase des maçonneries. Les structures maçonnées du côté intérieur de la place forte ont également été renforcées et solidarisées avec la panne sablière et les chevrons. L’intervention effectuée en 2015 a porté sur le tiers est du comble, qui présentait les parties les plus dégradées. Cette opération d’un coût de 2,45 millions d’euros sera complétée par des travaux sur les deux tiers restants du comble, qui démarreront en 2019.

3/4

La réparation du mur d’escarpe de la batterie du balai

© © CMN

Des travaux de réparation étaient nécessaires depuis l’effondrement partiel du mur d’escarpe de la batterie du balai au printemps 2014 à cause des infiltrations d’eau. Ce chantier de près d’un an s’est achevé au printemps. La brèche a été remontée, et les maçonneries ont été reprises à l’identique sur environ 50 m, en purgeant les enduits et les joints en ciment, pour réaliser des enduits et des joints à la chaux. L’ensemble a été consolidé grâce à des injections de coulis de chaux, au recalage de dalles de couronnement ayant glissé, au remplacement de dalles fracturées, et au dégagement de la végétation des pieds de mur.

4/4

Réparation de la poterne Campana

© © CMN

La poterne Campana, ouvrage qui permettait de passer sous les fortifications, a également été réparée. Une partie d’un piédroit de l’escalier menant à la poterne s’était effondrée et sa couverture était démolie depuis plusieurs années. Les maçonneries et la couverture ont donc été reprises et un portillon en bois mis en place.
Le Centre des monuments nationaux restaure la place forte de Mont-Dauphin

Commentaires

Le Centre des monuments nationaux restaure la place forte de Mont-Dauphin

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX