L’Auditorium de Sisteron restauré avec les gestes d’antan
Auditorium de Sisteron - © Cyrille Maury
Diaporama

Seconde passe

Cyrille Maury |  le 05/12/2019  |  100 % second œuvrePlâtreArtisan plâtrierPlâtrerieArtisan patrimoine

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
100 % second œuvre
Plâtre
Artisan plâtrier
Plâtrerie
Artisan patrimoine
Patrimoine
Rénovation
Alpes-de-Haute-Provence
Var
Valider

1/8

Auditorium de Sisteron

© Cyrille Maury

Restauration de l'Auditorium de Sisteron par l'artisan plâtrier staffeur stucateur Jean-Marcel Gioffredo.

2/8

Vue générale du chantier

© Cyrille Maury

Vue générale du chantier, avec au fond, le choeur dans lequel Jean-Marcel Gioffredo a créé un plafond en voûte, avec des matériaux et techniques anciennes.

3/8

L’ossature et le lattis

© Jean-Marcel Gioffredo

Conçue grâce à une épure au sol, l’ossature métal cintrée, posée à entraxe 50 cm, crée une voûte hexagonale, en demi quart de rond. Les lattis en OSB (de largeur 5 cm, épaisseur 2,5 cm et longueur de 50 cm à 2,30 m), sont vissés horizontalement et espacés de 1 cm pour laisser passer le plâtre.

4/8

Bandes armées

© Cyrille Maury

La pose du lattis a été réalisée au laser. Puis les angles ont été renforcés par bandes armées fibrées.

5/8

Préparation du plâtre

© Cyrille Maury

Après la pose d’un film plastique pour protéger le platelage de l’échafaudage, le plâtre est gâché manuellement dans une auge à plâtre. La première étape consistera en l’enduisage du plafond plat (partie circulaire plate de la voûte), en une passe, avec un plâtre manuel gâché à 1 kg/litre.

6/8

Première passe sur l’ossature

© Cyrille Maury

La première passe est faite en insistant : le plâtre pénètre entre les lattis, assurant une bonne liaison. Un plâtre dur (2 kg/l) en épaisseur 1 à 2 cm crée une courbe harmonieuse, qui va relier les oculus, chapiteaux et corniches en partie basse.

7/8

Seconde passe

© Cyrille Maury

Une seconde passe, de finition, est réalisée avec un plâtre plus léger (1 kg/l). Puis la surface est vitrifiée avec un plâtre mort très dilué, afin d’apporter un aspect lisse et brillant.

8/8

Jean-Marcel Gioffredo

© Cyrille Maury

« C’est une première en lattis et j’en suis très heureux. Nous avons fait ici du plâtre comme à l’ancienne : une auge, un gâchoir et des taloches avec une pose dans les règles de l’art. »

Commentaires

L’Auditorium de Sisteron restauré avec les gestes d’antan

Votre e-mail ne sera pas publié

MiDu

07/12/2019 08h:25

Bravo de favoriser le bois au Nergalto et autres systèmes consommateurs d'énergie.Il y a tant à apprendre des techniques anciennes.

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil