En direct

L’architecte japonais Arata Isozaki, septième samouraï des Pritzker
Arata Isozaki, lauréat du 46e Prix Pritzker - © Pritzker Architecture Prize / Arata Isozaki

Diaporama

L’architecte japonais Arata Isozaki, septième samouraï des Pritzker

le 05/03/2019  |  RéalisationsMonde entierPritzker Prize

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Culture
Monde entier
Pritzker Prize
Valider

Le 46lauréat du prix décerné par la Fondation Hyatt célèbre à nouveau l’architecture nipponne. Mais c’est en France, au château de Versailles, qu’Arata Isozaki, architecte prolifique, se verra remettre prochainement la prestigieuse médaille.

1/12

Arata Isozaki, lauréat du 46e Prix Pritzker

© Pritzker Architecture Prize / Arata Isozaki

2/12

Bibliothèque à Ōita au Japon (1962-66)

© Yasuhiro Ishimoto

3/12

Musée d’art moderne à Gunma au Japon (1971-74)

© Yasuhiro Ishimoto

4/12

Palau Sant-Jordi à Barcelone en Espagne (1983-1990)

© Hisao Suzuki

5/12

Art Tower Mito à Ibaraki au Japon (1986-90)

© Yasuhiro Ishimoto

6/12

Centennial Hall à Nara au Japon (1992-1998)

© Hisao Suzuki

7/12

Domus : « La Casa del Hombre » à Coruña en Espagne (1993-1995)

© Hisao Suzuki

8/12

Ceramic Park Mino à Gifu au Japon (1996-2002)

© Hisao Suzuki

9/12

Patinoire à Turin en Italie (2002-2006)

© Hisao Suzuki

10/12

Tour Allianz à Milan en Italie (2003-2014)

© Alessandra Chemollo

11/12

Qatar National Convention Center à Doha au Qatar (2004-2011)

© Hisao Suzuki

12/12

Salle de concert symphonique à Shanghai en Chine (2008-2014)

© Chen Hao

Le Pritzker 2019 salue l’œuvre d’un « visionnaire ». Le 5 mars, la fondation américaine Hyatt a annoncé qu’elle remettrait sa 46e médaille à l’architecte japonais Arata Isozaki. Cette prestigieuse récompense, souvent assimilée à un « Nobel de l’architecture », est ainsi décernée à un bâtisseur prolifique, dont la carrière s’étend sur six décennies, ainsi qu’un urbaniste et un grand théoricien. Pour la septième fois, le prix met en exergue l’excellence de l’architecture de l’archipel nippon. En effet, Arata Isozaki succède à celui qui fut son maître, Kenzo Tange, le lauréat de l’année 1987, mais aussi à Fumihiko Maki (1993), Tadao Ando (1995), l’agence Sanaa (2010), Toyo Ito (2013) et Shigeru Ban (2014). Le lauréat se verra remettre son prix, d’ici à quelques mois, lors d’une cérémonie au château de Versailles.

Pour les membres du jury du Prix Pritzker, Arata Isozaki, « tout en épousant les idées de l’avant-garde, ne s’est pas cantonné à un statu quo, mais s’est mis en quête d’une architecture pleine de sens. Cette recherche se reflète dans des édifices qui, jusqu’à aujourd’hui, défient toute classification stylistique (…) et représentent toujours une approche neuve. » Doté d’une profonde connaissance de l’histoire architecturale, l’homme a su ériger des bâtiments d’apparence géométrique simple mais conciliant la théorie et les objectifs concrets du projet. Cet architecte, auteur de plus d’une centaine de réalisations, a été l’un des premiers parmi ses concitoyens à mener des projets hors de l’archipel. Arata Isozaki, qui avait vu son pays ravagé par la Seconde guerre mondiale, est apparu au jury comme un artisan du dialogue entre l’Asie et l’Occident.

 

« Rebâtir »


Né en 1931 à Ōita, sur l’île de Kyushu, Arata Isozaki avait 14 ans à la fin de la guerre. « Alors que j’étais assez grand pour commencer à comprendre le monde, ma ville natale a été dévastée, raconte-t-il. Et sur la rive opposée [sur l’île de Honshu, NDLR], la bombe atomique avait été lâchée sur Hiroshima. J’ai ainsi grandi près de l’épicentre. Tout n’était que ruines ; il n’y avait pas d’architecture, pas de bâtiment et même pas de ville. Ma première expérience architecturale fut le vide architectural et j’ai commencé à réfléchir à la façon dont les gens pourraient rebâtir leurs foyers et leurs villes. »

Diplômé du département d’architecture de la faculté d’ingénierie de l’Université de Tokyo en 1954, Arata Isozaki a complété son apprentissage auprès de Kenzo Tange. En 1963, il a créé son agence alors que l’occupation des Alliés s’était achevée et que le Japon, à nouveau souverain, entrait dans une ère de reconstruction. Arata Isozaki réalisa alors de nombreux bâtiments localement, en particulier à Ōita, sa ville natale, avant d’étendre son activité jusqu’à Osaka et Tokyo. Puis il commença à acquérir une dimension internationale dans les années 1980, avec un premier projet aux Etats-Unis, le musée d’art contemporain de Los Angeles.

Au-delà de cette œuvre conséquente, le jury du Prix Pritzker souligne qu’Arata Isozaki a su acquérir la reconnaissance et l’estime de ses pairs pour son travail théorique, transmis par ses écrits critiques, mais aussi pour son soutien indéfectible aux jeunes générations d’architectes à travers le monde.

Commentaires

L’architecte japonais Arata Isozaki, septième samouraï des Pritzker

Votre e-mail ne sera pas publié

Ianos

05/03/2019 19h:13

Encore un jeune nommé ! C’est pitoyable pour l’architecture avec un grand A... même si son travail est d’une grande qualité. Quand est-ce que les vieux laisseront la place aux jeunes talents ? Car tous ces grands cabinets n’ont plus besoin de ce type de distinction alors que les jeunes talents oui !

Votre e-mail ne sera pas publié

Mounib

06/03/2019 18h:00

Ce prix rend a César ce qu'il lui appartient autrement dit un japonais a l'architecture dans la peau ...bravo ARATA et félicitations

Votre e-mail ne sera pas publié

Fs

09/03/2019 10h:30

Excellente avancée, aussi bien au plan fonctionnalité qu'environemmental ( d'énergie, esthétique...). Bonne réussite !!?

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur