En direct

Habillé d’une peau sonore, un bâtiment-orchestre joue au milieu des corons
Fini le charbon, place à la musique - © © Hérault Arnod Architectes

Diaporama

Habillé d’une peau sonore, un bâtiment-orchestre joue au milieu des corons

le 20/06/2013  |  Technique

1/5

Fini le charbon, place à la musique

© © Hérault Arnod Architectes

Construit sur l’ancien site minier du carreau de fosse du 9 /9 bis à Oignies, inscrit en 2012 au Patrimoine Mondial de l’Unesco au titre de Paysage Culturel Vivant, la salle de spectacle Métaphone, marque déposée par l'agence Hérault Arnod Architectes, maître d’œuvre du projet, symbolise la reconversion de ce lieu emblématique du passé industrielle de la région en espace culturel dédié à la musique qui accueillera également des classes, un centre de formation, des studios d’enregistrement.

2/5

Béton noir et écailles

© © Hérault Arnod Architectes

Le Métaphone est à la fois une salle de concerts modulable, pouvant recevoir 500 personnes en configuration « assis » et 1000 personnes en configuration « assis/debout », et un « instrument de musique urbain » dont les façades produisent et diffusent sons et lumière. La salle de concert et ses annexes sont contenues dans un volume de béton noir, lui-même enveloppé d'une structure en acier recouverte d'une peau légère constituée d'écailles en verre clair et dépoli, en acier Corten ou en bois. Cette enveloppe s'avance et s'ouvre, formant un large porche qui protège l'entrée et la terrasse.

3/5

Un bâtiment-orchestre

© © Hérault Arnod Architectes

Les façades joueront de la musique grâces à deux dispositifs. Tout d'abord 26 instruments (orgues, bols tibétains, gongs, bâtons de pluie...) sont disposés derrière la peau de l'édifice. 46 panneaux de bois de 1,5cm en mélèze, derrière lesquels sont installés des pots vibrants, émettront également des sons.  Tous ces éléments seront commandés par ordinateur ou clavier depuis une cabine mise en scène dans volume rouge qui surgit de la façade noire.

4/5

Toile pixellisée

© © Hérault Arnod Architectes

L'interactivité des façades ne s'arrête pas à la musique. Une quarantaine de panneaux lumineux, caissons de Leds fermés par des  panneaux de verre permettront de faire de l'enveloppe de l'édifice une toile pixellisée. Sur le toit, la trame des écailles est prolongée par une surface 600 m2 de cellules photovoltaïques intégrées.

5/5

Clocher laïque

© © Hérault Arnod Architectes

« On viendra à Oignies pour le voir et l'entendre. Il servira à la fois de clocher laïque, pour marquer les heures, le milieu du jour ou la tombée de la nuit, il signalera l'entrée d'un concert ou l'entracte... Il pourra également être utilisé comme instrument entrant dans une composition pour orchestre, les musiciens étant installés sous le porche, explique l'architecte Isabel Hérault pour qui, avec le Métaphone, son et architecture sont et doivent rester indissociables».
Habillé d’une peau sonore, un bâtiment-orchestre joue au milieu des corons

Commentaires

Habillé d’une peau sonore, un bâtiment-orchestre joue au milieu des corons

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX