En direct

Genève lève enfin le rideau sur sa Comédie
Eclairage - © Yves André
Diaporama

Genève lève enfin le rideau sur sa Comédie

CHESSA Milena |  le 30/08/2021  |  SuisseEquipement culturel

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Culture
Suisse
Equipement culturel
Valider

La ville suisse a inauguré, le 28 août dernier, le théâtre imaginé douze ans auparavant par l’agence française Fres Architectes. Le bâtiment réunit sous son toit crénelé deux salles de spectacles et plusieurs ateliers de fabrication de costumes et de décors.

1/12

Eclairage

© Yves André

Le soir, la Comédie de Genève se teinte d’un dégradé de rouge grâce aux leds installées dans le mur-rideau de la façade. Les éléments en verre mesurent 2,70 x 1,10 m. Ces dimensions ont été utilisées pour calepiner l’ensemble du bâtiment.

2/12

Hall

© Yves André

Le hall longe et prolonge l’esplanade Alice-Bailly. Il est accessible au public tout au long de la journée.

3/12

Foyer

© Yves André

Le théâtre est implanté dans un terrain en dénivelé. Le foyer permet, avec ses deux niveaux, de relier les accès haut et bas. Il dessert la grande salle (à gauche de l’image) et la petite salle (à droite).

4/12

Grande salle

© Yves André

Dans la grande salle, les rangées de fauteuils suivent une légère courbure afin que chaque spectateur ressente la présence de son voisin dans un esprit de communion du public. Les parois, habillées d’une maille métallique dorée, intègrent l’éclairage et le traitement acoustique. Le motif en pointe de diamant donne son identité à cet espace.

5/12

Petite salle

© Yves André

Dans la petite salle, de type « black box », les gradins rétractables permettent de varier les configurations entre la scène et l’auditoire. Les murs sont revêtus de lames verticales de 2,20 m de haut destinées à réverbérer ou absorber les sons quelle que soit la configuration choisie.

6/12

Restaurant

© Yves André

Le café-restaurant offre une vue plongeante sur l’atelier de construction des décors. Un rideau occultant permet toutefois de préserver l’intimité de l’un et de l’autre si besoin.

7/12

Atelier

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

Disposer d’ateliers, comme ici celui dédié à la peinture, permet de fabriquer les spectacles entièrement sur place.

8/12

Signalétique

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

Le nom du théâtre, intégré sous la peau métallique du bâtiment, s’illumine le soir.

9/12

Promenade

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

La promenade Louise-Boulaz longe la seconde façade du théâtre, identique à la première. Elle suit le tracé d’une voie verte reliant la Suisse et la France.

10/12

Circulations

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

Dans les deux couloirs de distribution, le plafond intrigue par son relief qui épouse celui du toit.

11/12

Costumes

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

A l’intérieur de l’atelier des costumes, la lumière naturelle provient des façades latérales dont les panneaux métalliques sont mobiles.

12/12

Loggia

© Milena Chessa / LeMoniteur.fr

Les loges bénéficient de loggias ombragées d’où profiter du panorama sur Genève.

La Ville de Genève (Suisse) a inauguré sa Comédie le 28 août 2021.

Cette date marque l’aboutissement de 35 ans de réflexion autour de la réhabilitation de l’édifice d’origine installé depuis 1913 sur le boulevard des Philosophes, puis finalement de la construction d’un autre théâtre mieux adapté ailleurs (lire « Le Moniteur » à paraître le 3 septembre prochain).

L’attente a été longue pour les Français auteurs du projet, les architectes Fres et les scénographes Changement à vue, lauréats du concours en… 2009.

Mais comme disait André Gide : « C’est une grande et rare vertu que la patience, que de savoir attendre et mûrir, que se corriger, se reprendre et tendre à la perfection. »

 

Toit crénelé

 

La Comédie de Genève a donc pris place à côté de la gare des Eaux-Vives, conçue par les Ateliers Jean Nouvel, sur le réseau du Léman Express.

Son emprise au sol est impressionnante : 102,90 x 40,80 m. Afin d’éviter les nuisances sonores et vibratoires liées à l’infrastructure ferroviaire, les deux salles de spectacles de 250 et 500 places sont appuyées sur des structures indépendantes, qui reposent elles-mêmes sur des boîtes à ressorts.

Le public peut entrer dans l’équipement de deux côtés, soit par l’esplanade Alice-Bailly, soit par la promenade Louise-Boulaz. Celles-ci sont longées par les deux immenses couloirs de distribution du bâtiment, éclairés sur 25 m de haut par les façades en murs-rideaux.

A l’intérieur de ces circulations, une chose intrigue : le plafond. Son relief crénelé suit les pans coupés du toit qui a donné son nom au projet, « Skyline ». La toiture est entièrement recouverte de cassettes en tôle d’aluminium perforée de 2,70 x 1,10 m. Ce format se retrouve dans l’ensemble des éléments constitutifs de l’édifice. Il se réfère à la trame de 5,40 m utilisée pour la gare.

 

Matériaux bruts

 

Le théâtre a été conçu comme une fabrique. Il dispose de 2400 m² d’ateliers dédiés à la création de costumes et de décors. « Le choix s’est porté sur des matériaux bruts avec le verre, l’acier et le béton, qui sont couramment utilisés dans la construction de bâtiments industriels et expriment l’idée d’un lieu productif, tel une usine à fabriquer des spectacles », décrivent Laurent Gravier et Sara Martin Camara, cofondateurs de l’agence Fres Architectes en 2004.

Les parois vitrées offrent une transparence sur les différentes activités de cette ruche créative. La surprise du chef étant le restaurant du théâtre qui surplombe l’atelier de fabrication des décors. Les espaces communs, comme le hall et le foyer, sont ouverts aux amateurs pour venir y jouer. « Le violoncelle sonne très bien dans les couloirs, souligne Denis Maillefer, codirecteur avec Natasha Koutchoumov de la Comédie. Ici, c’est la maison des artistes. »

Fiche technique
Maîtrise d’ouvrage : Ville de Genève.
Maîtrise d’œuvre : Fres Architectes (Laurent Gravier et Sara Martin Camara), architectes ; Changement à vue, scénographe ; Kahle Acoustics, acousticien ; Emmer Pfenninger & Partner, ingénieur façades ; 8'18', concepteurs lumières ; T ingénierie/Batiserf/Brasey, ingénieur civil ; Bureau Michel Forgue, économiste.
Entreprises : Maulini (gros œuvre), Hevron (façades), Morand (construction métallique), BC Caire (machinerie, menuiserie, serrurerie scénique), General de Metalisteria Maquetas y Diseños (serrurerie courante, serrurerie des salles, mobilier inox), Form C (béton fibré de la salle modulable), Merotto Milani (fauteuils de la grande salle), Figueras (chaises de la salle modulable), Soraco/Orlatti (terrassement), Von Ro (échafaudages), Dasta (charpente bois), Dentan (étanchéité), Egg Telsa (électricité bâtiment et réseaux scéniques), Swissohm (tableaux et domotique), Suntechnics (panneaux photovoltaïques), Perfolux (lustrerie de secours), G+M Elektronik (sonorisation), Siemens (installation de sécurité), Haelg (installation de chauffage, ventilation, régulation), Bouygues (installations sanitaires), D.E.S. (installation d’extinction), Schindler (ascenseurs), Belloni (cloisons, peinture), Delta (cloisons vitrées), André (portes intérieures bois, mobilier bois), Schwab System (menuiserie courante), Smartex (revêtements de sol en bois), Ginox (agencement de cuisine), Nota Bene (signalétique).
Surface de plancher : 16100 m².
Coût des travaux : 65 millions de francs suisses HT (60 M€ HT).

Commentaires

Genève lève enfin le rideau sur sa Comédie

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil