En direct

Des villes closes entières sortent de terre en Argentine
Country de Puerto Escobar - © Marc-Henry André
Diaporama

Nordelta

Marc-Henry André |  le 28/12/2021  |  Amérique du SudInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Amérique du Sud
Urbanisme
International
Valider

1/11

Country de Puerto Escobar

© Marc-Henry André

Les countries sont une réponse au besoin de sécurité ressenti par leurs occupants, lesquels sont confrontés à une criminalité ambiante aberrante (on passe ici sur les statistiques). Cette solution de l’entre-soi a pris une telle dimension qu’elle fait voler en éclat un principe de base de l’urbanisme : le libre accès à la ville.

2/11

Ilot du complexe Puerto Escobar.

© Marc-Henry André

Puerto Escobar est un immense quartier privé en cours de construction, situé à 50 km au nord de Buenos Aires. Un tunnel de 2 m de diamètre y achemine les eaux du proche fleuve Paraná, pour alimenter des bassins séparant des îlots fractionnés en lots de taille homogène pour mieux les vendre.

Puerto Escobar est une copie du complexe de Nordelta, situé non loin de là, sur la municipalité de Tigre. Le style architectural « moderne cubique low-cost » s’y est imposé.

Les habitants de Buenos Aires en mal de campagne en raffolent.

3/11

Quartier fermé en construction dans la banlieue de Buenos Aires

© Marc-Henry André

Ces parcs privés placés sous haute sécurité essaiment le long des voies d’accès de toutes les grandes villes du pays sud-américain.

« Leur seul point commun est la barrière d’entrée », renseigne le promoteur immobilier Fabián Lagares, qui souligne la diversité de l’architecture du bâti résidentiel en de ces lieux.

4/11

Fabian Lagares, promoteur

© Marc-Henry André

Selon Fabián Lagares, pionnier sur le créneau des countries, ces derniers connaissent actuellement leur troisième essor après celui des années 1990 et celui de 2003 à 2016. La raison de cet engouement renouvelé tient à "l’effet pandémie" de Covid mais aussi à la baisse du prix de la construction en dollar, de 30% par rapport à il y a 3 ans, dit-il. Ces prix seraient actuellement de l’ordre de 800 à 1 200 $/m2, selon lui.

5/11

Maison de style néo-classique français

© CIBA

Selon un vieil adage, l’Argentin est un Italien qui parle Espagnol et qui se prend pour un Français. C’était le cas, du moins, jusque dans les années 1990. Cette villa construite en 1998 dans le quartier fermé de San Diego, à l’ouest de Buenos Aires, exhibe ses moulures néo-classiques sur fond de teint haussmannien. Ce type d’architecture serait passé de mode, selon Fabián Lagares.

6/11

Maison hommage aux années 1950

© CIBA

Le mythe de l’estanciero – grand propriétaire terrien dans les Pampas - rôde dans ces quartiers fermés associés à l’élite économique de l’Argentine. Emménager dans un country, c’est un peu aller au campo même si on n’a pas de vaches et qu’il s’agit de sa résidence principale.
Cette villa a été baptisée « Dorada 50 », comme un hymne à une décennie prospère pour l’Argentine tant du point de vue économique que politique. Les années 1950 sont celles du péronisme triomphant mais aussi celles de la haute bourgeoisie qui l’a muselé.

7/11

Maison de style contemporain

© CIBA

L’architecture de cette maison neuve (2016), située à Nordelta, est inspirée de l’élément eau qui l’entoure. Ce style moderne dépouillé est copié partout dans le pays dans les nouveaux quartiers fermés, souvent dans sa déclinaison low-cost.

8/11

Le country de Nordelta au nord de Buenos Aires

© Marc-Henry André

Le complexe balnéaire de Nordelta, situé au nord de Buenos Aires, est la quintessence des countries. Créé ex nihilo, il y a 20 ans, sur 16 km2 de marais, il abrite aujourd’hui plus de 100 000 habitants. Des lots de 400 m2 à 1 500 m2 ont été découpés de façon homogène par les promoteurs: les plus grands sont situés au bord de bassins aquatiques, les plus petits se retrouvent collés aux axes routiers, derrière un mur de barbelés. Dorénavant, cette cité close s’agrandit en hauteur.

9/11

Nordelta, des cités de barres d’immeubles avec un plan d’eau à leur pied

© Marc-Henry André

Construits hors de toute planification d’aménagement urbain public, ces nouveaux quartiers VIP, le succès venant, ont tendance à devenir des cités de barres d’immeubles avec pour seul ornement distinctif un plan d’eau à leur pied. Le mythe de l’estanciero n’y survit pas.

10/11

Nordelta

© Marc-Henry André

Le promoteur immobilier argentin Eduardo Costantini, un célèbre collectionneur d’art contemporain, est devenu milliardaire en pariant sur le développement de Nordelta. Son groupe, Consultatio, est également derrière la ville nouvelle de Puerto Escobar. Ces cas XXL emblématiques sont comme les arbres qui cachent la forêt de countries qui pousse ces jours-ci dans les Pampas. « Il y en aurait actuellement 1 600, selon le président de la Fédération argentine des clubs de campagne, l’avocat Patricio Gutierrez Eguía. Près de la moitié des propriétaires des maisons construites dans ces quartiers spéciaux l’ont pour résidence principale », indique-t-il. Il défend le concept du quartier privé en comparant celui-ci à une « usine sans cheminée » qui stimule l’activité économique locale, sans polluer. « Dans les grands countries, où vivent 500 familles, environ 2 000 professionnels y entrent tous les jours : les gardiens, les plombiers, les agents de ménage, les éducateurs, les livreurs, les chauffeurs de taxi, etc. »

11/11

Fernando Bermen, directeur de la société du même nom ; son architecte, Valeria Latashen; et son ingénieur civil.

© Marc-Henry André

Cette jeune équipe conçoit des maisons dans la zone de Campana, où les quartiers fermés poussent comme des champignons. Avec peu de projets à leur actif, ils avouent ramer. « Les gros promoteurs derrière ces nouveaux parcs résidentiels sont aussi les constructeurs du bâti habitable et s’imposent sur le marché avec leur marque qui rassure le client », témoigne Valeria Latashen qui note aussi que « la partie architecturale du bâti individuel s’est fortement standardisée [dans les countries, NDLR]». Pour percer, la société Bermen s’efforce de créer du lien avec le prospect et lui propose du low-cost, par exemple, une maison de 60 m2 conçue et construite pour 30 000 U$S.

Commentaires

Des villes closes entières sortent de terre en Argentine

Votre e-mail ne sera pas publié

Mètis

31/12/2021 22h:07

Même phénomène inquitant au Brésil ... A noter, en plein quartier historique Bela Vista de Sao Paulo, au sein d'une "cité-fort", Jean Nouvel construit un hôtel 'hyper luxe...

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil