En direct

ClimateWell : rafraichir grâce au sel et au soleil
Décharge - © © DR

Diaporama

ClimateWell : rafraichir grâce au sel et au soleil

le 11/01/2010  |  Technique

1/7

Décharge

© © DR

Un réservoir contient du sel, un autre de l'eau. Interconnecté, le caractère absorbant du sel, accentué par une mise en dépression du réservoir contenant l'eau, provoque l'évaporation de l'eau vers le sel. Ce changement d'état provoque un refroidissement du réservoir et contenant l'eau et un échauffement de celui contenant Le sel employé par la compagnie suédoise, le chlorure de lithium, permet d'atteindre une différence de température, entre les deux réservoirs, intéressante. Les serpentins entourant les deux réservoirs peuvent ainsi monter (côté sel) et descendre (côté eau) en température des fluides qui permettront par exemple, pour un immeuble de logements, d'alimenter les tubes du plancher radiant en froid et le réservoir d'eau chaude.

2/7

Recharge

©

Lorsque toute l'eau a été évaporée et absorbée par le sel, on amène le liquide chauffé par les panneaux solaires thermiques dans le serpentin entourant le réservoir contenant le sel, de manière à ce qu'il s'échauffe et que l'eau qu'il contient retourne sous forme de vapeur dans l'autre réservoir. Contrairement au bromure de lithium, le sel utilisé( le chlorure de lithium) a l'avantage d'être sensible aux faibles températures fournies par les panneaux solaires thermiques.

3/7

Arrêt

©

Lorsque la production de chaleur et de froid n'est plus nécessaire, l'interconnexion entre les deux réservoirs est coupée, de manière à empêcher le processus.

4/7

Application pour des logements

©

Pour des logements, le système est constitué de panneaux solaires thermiques, d'un plancher radiant, d'un réservoir d'eau chaude, du système de double réservoir et d'un chauffage d'appoint, permettant de combler les besoins que le processus breveté ne peut satisfaire.

5/7

Application pour des édifices commerciaux

© © DR

Pour des édifices commerciaux, le système est constitué de panneaux solaires thermiques, de réfrigérateurs, de canalisations d'aire et d'un dissipateur de chaleur, servant à évacuer la chaleur produite simultanément que le froid et ici inutile.

6/7

Applications sur un hôpital italien

© © DR

Une simulation réalisée à partir du logiciel de simulation dynamique TRNSYS sur un hôpital implanté à Rome permet d'établir que l'installation d'un système Climatewell permettrait de couvrir 41% des besoins de chauffage et de rafraichissement de l'air et du chauffage de l'ECS. Un système auxiliaire assurerait le reste des besoins.

7/7

Application sur une maison espagnole

©

Pour une maison implantée à Madrid, lieu de prédilection pour cette technologie, la société juge que le chauffage de l'ECS et de la piscine ainsi que le rafraîchissement de l'air peuvent être entièrement assurés par le processus breveté. Par contre, un chauffage auxiliaire , plus que « d'appoint », doit se charger, en hiver, de la majeure partie du chauffage de l'air. D'après le concepteur, le système ClimateWell a permis à cette maison individuelle espagnole ayant 85 kWh/m²/an de besoins en chauffage et 31 kWh/m²/an de besoins en climatisation, de passer à 30 kWh/m2/an pour le chauffage.
ClimateWell : rafraichir grâce au sel et au soleil

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur