En direct

Cent vingt-quatre logements juchés sur un tunnel
- ©
Diaporama

Cent vingt-quatre logements juchés sur un tunnel

le 29/11/2007  |  Architecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Projets
Architecture
Valider

10/16

©

11/16

©

12/16

©

13/16

©

14/16

©

15/16

©

16/16

©

Les bâtiments tout récemment livrés par Brenac & Gonzalez, Rue du Chevaleret à Paris (13e), démontrent que le logement social n'est pas l'ennemi de l'inventivité architecturale. Une réalisation qui tire pleinement parti d'une parcelle fortement escarpée et étirée en longueur.

Quinze années de gestation depuis les premières esquisses, c'est le temps qu'il aura fallu aux architectes Olivier Brenac et Xavier Gonzalez pour faire sortir de terre, rue du Chevaleret à Paris (13e), trois immeubles de 124 logements sociaux et 4 commerces. Les contraintes du site, une emprise ferroviaire, expliquent cette durée inhabituellement longue : les bâtiments reposent en effet en partie sur un tunnel SNCF... qu'il a fallu construire au préalable. Explications.

En plan, la parcelle se compose de deux parties distinctes. La première est une fine lanière d'épaisseur irrégulière située au niveau de la rue. Elle accueille les halls d'entrée des trois corps de bâtiments et leurs deux premiers niveaux. La seconde partie est située... huit mètres plus haut, en surplomb d'un tunnel. Les immeubles sont donc construits "en pont", au-dessus de ce tunnel et reposent en partie sur sa dalle supérieure. "Nous avons dû livrer à la SNCF, très en amont, la totalité des calculs des descentes de charge et déterminer les futurs points d'appui de la structure béton, explique Xavier Gonzalez. Ce qui rendait pratiquement impossible toute modification ultérieure importante de l'ensemble". Le volume construit est donc scindé en trois plots en "L" qui se développent à la fois sur la rue et vers l'intérieur des jardins de la parcelle. Les deux "failles" interstitielles qui en résultent permettent de fragmenter le front bâti en R+8 sur sur la rue du Chevaleret et, surtout, de faire pénétrer la lumière dans la profondeur des jardins.

Coussins antivibratoires

Autre impératif : protéger les appartements des trépidations au passage des trains. D'où l'interposition sous les bâtiments d'une soixantaine d'appuis antivibratoires en néoprène fretté, à remplacer tous les cinquante ans (en soulevant au préalable les constructions à l'aide de vérins hydrauliques...). A noter également l'intégration au bâti d'un imposant conduit de ventilation destiné au tunnel, qui traverse de bas en haut l'un des immeubles.

La totalité des logements est desservie depuis les trois halls sur rue. La compacité des circulations communes a permis aux architectes de proposer un "supplément de surface" pour tous les appartements, non comptabilisé dans la surface habitable. Cet "espace plus" en lumière naturelle, de dimension variable, est affecté selon sa localisation à un usage différent : buanderie, cellier, chambre d'appoint, coin informatique, espace bricolage, rangement, etc. Tous les séjours sont traversants.

En façade, la brique en plaquettes moulées main est utilisée comme matériau unique pour l'ensemble des parois, dans trois nuances différentes (gris clair, brun clair, brun foncé). Et, "comme à Venise", les percements des baies sont sertis d'un cadre de pierre grise débordant, "pour les rendre plus précieuses" explique encore l'architecte.

Enfin, par sa durée de réalisation, ce programme aura permis à Olivier Brenac et Xavier Gonzalez de nourrir une réflexion sur le temps, l'architecture et les modes : comment imaginer en effet une écriture qui trouve sa place dans le débat, quinze ans après avoir été conçue? La réponse, aux dires des concepteurs, tient dans une certaine "modernité" telle que définie par Baudelaire : "qui contient pour moitié, mode et éternité". Autrement dit : intemporelle mais ancrée dans son époque.

Jacques-Franck Degioanni

Fiche technique

Aménageur : Semapa

Maîtrise d'ouvrage : La Sablière

Maîtrise d'œuvre : Olivier Brenac et Xavier Gonzalez, architectes. Emmanuel Person, collaborateur. Iratome, BET. Pigeon, économiste. Rameau, paysagiste.

Entreprise Générale: Sicra

Surface : 12 120 m2 HON.

Montant des travaux : 10,55 millions d'euros HT

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur