En direct

Réemploi de matériaux : les bonnes recettes de la grande halle de Colombelles
Grande halle de Colombelles (Calvados), pionnière du réemploi: le chantier - © Christine Raout
Diaporama

Réemploi de matériaux : les bonnes recettes de la grande halle de Colombelles

Christine Raout |  le 01/04/2019  |  ChantiersDéveloppement durableCalvadosRéemploi des matériauxAdeme

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Technique
Chantiers
Développement durable
Calvados
Réemploi des matériaux
Ademe
Moniteur Innovation Day
Valider

Le réemploi, c’est moins de matériaux neufs et plus de matière grise, de main-d’œuvre et de collaboration. Ceux qui l’expérimentent sur le chantier de la grande halle (à côté de Caen) et ailleurs se sont réunis jeudi 28 mars 2019 pour soulever les questions de méthode et de développement du réemploi.

1/8

Grande halle de Colombelles (Calvados), pionnière du réemploi: le chantier

© Christine Raout

Le chantier de la grande halle de l’ex-Société métallurgique de Normandie (SMN), à Colombelles.

2/8

Grande halle de Colombelles (Calvados), pionnière du réemploi: la cité de chantier

© Christine Raout

Aménagée à côté du chantier de la grande halle, la cité de chantier accueille les collaborateurs d’Encore Heureux Architectes qui mènent le projet de réhabilitation et l’association « Work in progress » (WIP). Une construction utilisant le réemploi, préfigurant ce que sera la grande halle.

3/8

Grande halle de Colombelles (Calvados), pionnière du réemploi: Maïane Jerafi

© Christine Raout

Maïane Jerafi, de l’agence Encore Heureux Architectes, explique aux visiteurs le projet de réhabilitation de la grande halle.

4/8

Grande halle de Colombelles (Calvados), pionnière du réemploi: le balcon bois

© Christine Raout

Les balcons bois donnant sur la grande nef intègrent du bois de récupération.

5/8

Grande halle de Colombelles (Calvados), pionnière du réemploi: bois sur béton

© Christine Raout

Pour l’espace restaurant, la structure béton sera doublée d’une paroi bois.

6/8

Grande halle de Colombelles (Calvados), pionnière du réemploi: le pont roulant

© Christine Raout

Le pont roulant, élément du passé industriel de la grande halle, est conservé : il deviendra un outil pour la grande nef.

7/8

Grande halle de Colombelles (Calvados), pionnière du réemploi: le stockage matériaux

© Christine Raout

Les matériaux issus des gisements de démolition sont stockés dans des conteneurs au pied du chantier.

8/8

Grande halle de Colombelles (Calvados), pionnière du réemploi: les tags

© Christine Raout

Le projet conserve des éléments de l’histoire industrielle du lieu et de ses 30 ans de friche : les tags resteront apparents dans la grande nef.

A l’occasion du mois de l’architecture, l’association Territoires pionniers/Maison de l’architecture - Normandie a organisé des rencontres sous la thématique « Chantiers communs ». Le 28 mars le rendez-vous était fixé sur le chantier de la grande halle de l’ex-Société métallurgique de Normandie (SMN), à Colombelles, à l’est de Caen.

L’idée : échanger, dans le bâtiment, autour du réemploi et de l’économie circulaire, à partir de l’expérience de réhabilitation de la grande halle, qui prévoit la transformation des locaux de l’atelier électrique, vestiges avec la tour réfrigérante de la SMN en un lieu de co-working et d’événementiel.

Sur le même sujet La Grande Halle, « work in progress » sous pavillon français

 

Plusieurs gros chantiers lancés

 

Le réemploi, c’est la possibilité de récupérer des matériaux issus d’un chantier de démolition ou de rénovation et de les intégrer dans un autre chantier. Pour la grande halle, la préparation du chantier s’est faite en même temps que le lancement de plusieurs gros chantiers dans la communauté urbaine. Une aubaine pour trouver des matériaux localement.

 

Un chantier de matière grise

 

Montage de dossiers, adaptation des plans, travail en amont avec les entreprises de dépose et de repose, validation des assurances, stockage, etc, les questions sont nombreuses et la réflexion sur tous ces points fait de la grande halle un chantier pionnier. Au final, les sanitaires et les radiateurs seront à quasi 100 % issus du réemploi, ainsi qu’une petite part de l’isolant (100 m2), du bois des balcons donnant sur la grande nef et du carrelage.

Au final, si le réemploi permet une économie d’achat de matériaux, le budget global n’est pas spécialement à la baisse. Pour les intervenants qui expérimentent le réemploi, la question ne se pose pas en ces termes : où situer la valeur ? Dans l’achat de matériaux neufs ou bien dans la matière grise et la main-d’œuvre ?

 

Vers une filière réemploi

 

Pour Julie Benoît, architecte de Bellastock, qui travaille sur le réemploi avec le projet « Repar » : « Beaucoup de projets émergeaient mais sans vision d’ensemble, d’où la réflexion menée avec l’Ademe pour amorcer des filières. Nous travaillons sur les retours d’expérience avec des méthodes qui se ressemblent d’un chantier à l’autre. Nous ne sommes plus dans une phase expérimentale, on peut voir que ça mène à un travail collaboratif, un changement de métiers et des réflexes qui apparaissent. Il faut faire des coups d’éclairage pour encourager le réemploi. »

 

Plate-forme dématérialisée

 

L’idée d’une plate-forme dématérialisée de réemploi mettant en lien les gisements et les besoins est en cours de réflexion pour la Normandie.
En conclusion, le directeur délégué de l’Ademe Normandie, Eric Prud’homme, y voit des pistes de travail : sur la commande publique et dans les écoles d’architecture pour y introduire la notion de réemploi, le travail avec les entreprises du bâtiment, sur les questions d’assurances, de modèle économique et d’écoconception : « Construire tout en pensant à l’entretien, au recyclage et à la déconstruction du bâtiment. C’est un changement de posture, le réemploi induit aussi l’augmentation du taux de recyclage sur les chantiers. Les deux mots d’ordre du réemploi sont frugalité et créativité. »

 

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Normandie Aménagement
Maître d’œuvre : Encore Heureux Architectes (Paris)
Surface : 3 200 m2
Budget : 7,6 millions d’euros
Calendrier : livraison, en 2019

 

Commentaires

Réemploi de matériaux : les bonnes recettes de la grande halle de Colombelles

Votre e-mail ne sera pas publié

Agnès

29/04/2019 13h:29

tada

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur