En direct

Caen : le chantier du tramway théâtre de la manifestation des « gilets jaunes »
Début des affrontements place de la Résistance vers 15 h le samedi 5 janvier 2019. Les manifestants utilisent les matériaux du chantier du tramway contre les forces de l’ordre. - © Christine Raout
Diaporama

Lundi 7 janvier 2019, deux jours après les affrontements sur le chantier du tramway caennais, l’état des lieux est en cours.

Christine Raout |  le 07/01/2019  |  Travaux publicsCalvadosGilets jaunes

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Travaux publics
Calvados
Gilets jaunes
Valider

1/4

Début des affrontements place de la Résistance vers 15 h le samedi 5 janvier 2019. Les manifestants utilisent les matériaux du chantier du tramway contre les forces de l’ordre.

© Christine Raout

Début des affrontements place de la Résistance vers 15 h le samedi 5 janvier 2019. Les manifestants utilisent les matériaux du chantier du tramway contre les forces de l’ordre.

2/4

Vers 18 h, au pied du château et de l’église Saint-Pierre, plusieurs feux sont allumés sur le chantier du tramway. Un engin et du matériel est incendié.

© Christine Raout

Vers 18 h, au pied du château et de l’église Saint-Pierre, plusieurs feux sont allumés sur le chantier du tramway. Un engin et du matériel est incendié.

3/4

Lundi 7 janvier 2019, deux jours après les affrontements sur le chantier du tramway caennais, l’état des lieux est en cours.

© Christine Raout

Lundi 7 janvier 2019, deux jours après les affrontements sur le chantier du tramway caennais, l’état des lieux est en cours.

4/4

Le chantier est à nouveau sécurisé.

© Christine Raout

Le chantier est à nouveau sécurisé.

Commentaires

Caen : le chantier du tramway théâtre de la manifestation des « gilets jaunes »

Votre e-mail ne sera pas publié

sami

11/01/2019 16h:21

Il est consternant d'observer que les manifestants détruisent des équipements publics et collectifs destinés à faciliter la vie de tous... Comment peut-on croire que ces manifestation visent à défendre les intérêts de la société. A ce jour, c'est une facture de dégâts qui ne fait qu'augmenter et qui devra bien évidemment être payée par l'impôt des citoyennes et citoyens. C'est lamentable.

Votre e-mail ne sera pas publié

Pierre

11/01/2019 17h:30

Il faut malheureusement constater que la manifestation du mécontentement "gilet jaune" passe par la destruction répétée de biens privés. Le bilan va être lourd pour les entreprises : financièrement bien sûr, mais également psychologiquement. La dégradation de ce que l'on a mis en oeuvre est difficile à vivre : perte d'énergie, découragement et mépris du travail accomplis. Ces manifestations systématiquement accompagnées d'un vandalisme dur ne sont plus l'expression d'un droit démocratique légitime. Elles se déroulent au préjudice des commerçants et des entreprises dont la pérennité est maintenant dangereusement menacée. L'hostilité aux autres n'est pas une forme de revendication acceptable. Quand l'exercice d'un droit (celui de manifester) s'exerce au détriment de droits plus fondamentaux encore (comme ceux de circuler, travailler, vivre en paix et en sécurité), la question de la légitimité de ce droit doit être posée...

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil