En direct

Avec La Marseillaise, l’architecte Jean Nouvel hisse les couleurs de la Méditerranée
Colorée, légère, fugitive - © Michèle Clavel

Diaporama

Avec La Marseillaise, l’architecte Jean Nouvel hisse les couleurs de la Méditerranée

Marie-Douce Albert |  le 25/10/2018  |  RéalisationsProvence-Alpes-Côte D'AzurBFUPJean NouvelVinci

Sur les quais d’Arenc, à Marseille, la tour haute de 135 mètres est inaugurée ce jeudi 25 octobre. Voulue par Marc Pietri, le président du groupe Constructa, elle a été imaginée en nuances de bleu, de blanc et de rouge par Jean Nouvel et bâti en quatre ans par des filiales de Vinci Construction France.

1/7

Colorée, légère, fugitive

© Michèle Clavel

La tour La Marseillaise, livrée en juillet et dernier et inaugurée le 25 octobre, a été pensée comme un édifice « caméléon » par l’architecte Jean Nouvel. A gauche, la tour CMA-CGM conçue par Zaha Hadid et achevée en 2011.

2/7

30 nuances de ciel, de mer, de brique…

© Marie-Douce Albert/Le Moniteur

La tour tire toute sa personnalité de sa robe de BFUP ajourée. Pour réaliser cette épaisseur de brise-soleil, 3 850 pièces de ce béton fibré ont été assemblées après avoir été peintes à la main en ateliers. Elles arborent en effet quelque 30 couleurs, du bleu profond au jaune vif, selon des combinaisons toujours uniques.

3/7

Trapèze orienté

© Marie-Douce Albert/Le Moniteur

L’immeuble de 135 m de haut, de forme trapézoïdale, n’est pas identique sur ses quatre faces. Ainsi sur les côtés nord et l’est, moins exposés, pas de larges gaufrettes de BFUP mais de simples lames brise-soleil, toutefois réalisés dans le même matériau.

4/7

Béton brut et pampilles bleues

© Marie-Douce Albert/Le Moniteur

Depuis ce hall on peut se rendre chez Haribo, déjà installé dans la tour, et bientôt dans les bureaux de Constructa ou bien de la Métropole Aix-Marseille-Provence. Les circulations verticales sont toutes regroupées dans le noyau de la tour qui affirme sa robustesse avec son béton apparent. A 12 m de hauteur pendent des pampilles métalliques bleues, à l’intérieur comme à l’extérieur. Mobiles, elles oscillent, dehors, sous l’effet du vent.

5/7

RIE avec vue

© Marie-Douce Albert/Le Moniteur

Les premiers étages de La Marseillaise sont dédiés aux services : cinq espaces commerciaux en pied d’immeuble, une crèche et le restaurant inter-entreprises (RIE) aux 2e et 3e étages. Avec sa salle en double hauteur à la proue du bâtiment, l’espace de restauration offre un beau panorama sur les bateaux du port.

6/7

En réunion avec la Bonne Mère

© Marie-Douce Albert/Le Moniteur

« L’essentiel est pour moi qu’on soit dans le paysage », explique Jean Nouvel. Avec leur vitrage très clair et toute hauteur, les bureaux s’ouvrent largement sur la mer ou sur la ville, comme dans cette salle de réunion de l’angle sud-est avec vue sur la basilique Notre-Dame-de-la-Garde.

7/7

Technicité bien ordonnée

© Marie-Douce Albert/Le Moniteur

La structure métallique se prolonge au-delà du 31e étage pour mettre en cage la toiture, les installations techniques et son jardin – non accessible - planté d’essences méditerranéennes. Mais pins et figuiers ne sont pas là pour cacher la centrale de traitement d’air ou les gaines d’ascenseur. Les Ateliers Jean Nouvel assument cette technique apparente, qui a été organisée et compactée.

« La Marseillaise n’est pas l’hymne national, c’est un hymne à Marseille ». Jean Nouvel n’est pas en train de disserter sur le chant patriotique signé Rouget de Lisle mais de dresser le portrait de la tour de bureaux qu’il a réalisée pour le promoteur Constructa. Ce nom de La Marseillaise, le bâtiment inauguré ce jeudi 25 octobre 2018, le doit tout bonnement à l’obsession de l’architecte du Louvre Abu Dhabi ou des futures tours Duo à Paris pour la contextualité de ses projets.

Sa tour est de Marseille et de nulle part ailleurs. Elle en porte les couleurs. Car le bleu, le blanc et le rouge qu’elle arbore en façades sont bien ceux de la cité phocéenne, de ses toitures de tuiles, de la mer et des bateaux du port, de la brume et du soleil. D’ailleurs, elle n’est pas vraiment tricolore. Elle est aussi est ocre, rose, orange, jaune, parfois vive mais pâle aussi, et jusqu’à l’évanescence. Jean Nouvel a voulu une tour aux limites floues, qui s’évapore dans le ciel. Il parle d’un édifice « caméléon » : « plus il s’élève, plus il devient atmosphérique. »

 

« C’est top »

 

«  Ca m’a plu. Et quand j’ai appelé Jean-Claude [Gaudin, le maire de Marseille depuis 1995, NDLR] pour lui dire le nom que Jean avait trouvé, il m’a dit " c’est top " », raconte Marc Pietri, le président du groupe Constructa. Façon de dire que si, sur les conseils de l’urbaniste Yves Lion, il a passé commande d’une tour de bureaux à Jean Nouvel, il ne s’est pas ensuite mêlé du concept.

« C’est le problème des promoteurs, ils veulent toujours discuter du projet architectural, ironise-t-il. Nous ne sommes jamais occupés du travail des autres, nous l’avons toujours respecté. » Et comme il assure ne rien comprendre non plus à la technique de La Marseillaise, il rend aussi hommage au troisième acteur du projet, « le polytechnicien éclairé », Xavier Huillard, le PDG du groupe Vinci. La major, via ses filiales locales GTM Sud et Travaux du Midi, a mené le chantier de la tour en quatre ans.

« Tout le monde nous avait pourtant prédit le cauchemar », se souvient Marc Pietri. En 2002, Constructa avait racheté à Nexity un terrain pour lancer son projet « Les Quais d’Arenc », dans le périmètre de l’opération d’aménagement Euroméditerranée. Le site n’était pas très riant, corseté entre deux viaducs autoroutiers. Mais il y avait la mer et, pas si loin, le centre-ville, la Canebière, le Vieux-Port ou la gare. « Ça ne pouvait pas ne pas marcher, assure Marc Pietri. Bon, nous avons quand même subi deux crises… »

 

« La traîne de Zaha »

 

Quant à grimper sur 31 étages, jusqu’à 135 m de hauteur, il n’en était au départ pas question. « Jean-Claude Gaudin m’avait convoqué pour me dire " surtout pas de grande hauteur ! "Ensuite, il est allé à Shanghai et en revenant, il ne voulait plus que ça, raconte encore le prolixe promoteur. Mais il ne fallait pas construire plus haut que la tour de Jacques Saadé. »

Ce dernier, le fondateur du groupe maritime CMA-CGM, décédé en juin dernier, avait en effet lancé en 2004 son propre projet sur le même quai. L’immeuble conçu par l’architecte anglo-irakienne Zaha Hadid (1950-2016), achevé en 2011, fait figure de grande sœur pour La Marseillaise. A huit mètres de haut près. « Ensemble, elles forment un ballet, remarque Jean Nouvel. La tour de Zaha a une traîne et moi je suis derrière pour la lui tenir. » D’autres édifices doivent se joindre à la danse. CMA-CGM a prévu de faire construire une deuxième tour, conçue par l’architecte Hala Wardé, et le projet des quais d’Arenc de Constructa prévoit deux autres immeubles, signés par son confrère Jean-Baptiste Pietri.

 

FICHE TECHNIQUE

Maîtrise d’ouvrage : Constructa Urban System.
Groupement de conception-réalisation : Travaux du Midi Provence (Vinci Construction France), mandataire.
Investisseurs : La Cepac, Caisse des dépôts et consignations, Swiss Life.
Maîtrise d’œuvre : Ateliers Jean Nouvel (AJN), architectes. Architectes d’exécution : AJN (lots façades), Tangram architectes (lots architecturaux et paysage). BET : Aedis et SIDF (structure), Arcora (façades), Avel (acoustique), Alto Ingénierie (fluides et HQE), 8:18 (conception lumière), Ingénieurs et Paysages (paysage).
Entreprises : Groupement Dumez Méditerranée (mandataire), GTM Sud, Travaux du Midi, Crudeli (PL- CVC), Snef (électricité), Kone (ascenseurs). Sous-traitants principaux : Med Prefa (BFUP des façades), Urssa (charpente métallique), Ouest-Alu (menuiseries façades).
Surfaces : 37 574 m² (Surface utile brute locative) dont 34 313 m² de bureaux.
Calendrier : Commande : novembre 2006 ; chantier : décembre 2014 ; livraison : juillet 2018.
Coût des travaux : 113 M€ HT.

Commentaires

Avec La Marseillaise, l’architecte Jean Nouvel hisse les couleurs de la Méditerranée

Votre e-mail ne sera pas publié

Patrick

26/10/2018 22h:09

J'étais à l'inauguration, qu'elle belle réussite, avec le beau soleil et ses couleurs une merveille, je pense déjà aux personnes qui vont travailler de ce bel environnement. Félicitations à Jean NOUVEL et son équipe.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur