En direct

Agora 2014, la biennale en images
Interrogations multiples. - © © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

Diaporama

Agora 2014, la biennale en images

le 15/09/2014  |  ProfessionArchitecture

1/9

Interrogations multiples.

© © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

En choisissant l’espace public pour thème de réflexion, Agora 2014 s’exposait à devoir aborder une infinité de questions, à commencer par celle de la définition même de cet espace. Au Hangar 14 (ici à l’arrière-plan), on a débattu d’art et de création architecturale, de sécurité ou de l’antagonisme entre bien commun et usages particuliers. Pendant ce temps, le forum participatif et ludique « Enquête – en Quête » s’installait sur les quais de la Garonne et interrogeait en d’autres termes : « Dans la rue, je suis chez moi ? », « Au pire, qu’est-ce qu’on risque ? »…

2/9

Expériences vécues

© © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

« L’espace public, le mieux, c’est encore de le vivre », expliquait en préambule Youssef Tohmé, architecte-urbaniste et commissaire de l’exposition d’Agora 2014. Avant d’ajouter : « mais il n’y a pas une forme unique d’espace public ». Et en tout cas, pas de formule exacte. La scénographe Petra Blaisse et lui ont donc investi le Hangar 14 pour y mettre en scène les deux extrêmes de l’aménagement, du plus flou au plus orchestré. Ainsi, les institutions participantes ont exposé panneaux et maquettes dans l’espace hyper-ordonné du rez-de-chaussée du bâtiment. Avec ses gabions omniprésents et sa signalétique surabondante, le lieu en devenait écrasant.

3/9

La limite est floue.

© © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

A l’étage du Hangar 14, à l’inverse, le visiteur pouvait se sentir décontenancé. Sans aucune indication, difficile en effet de deviner ce que dissimulaient ces grandes ondulations blanches. Derrière ce rideau se tenait de fait l’exposition principale de la Biennale : [Limites].

4/9

Cartes postales

© © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

Puisque la définition de l’espace public ne peut être unique, l’exposition [Limites] proposait un voyage en images à Ouagadougou, Tokyo, Skopje ou Beyrouth. Ces cartes postales animées racontaient combien une société peut réguler ou au contraire improviser son environnement quotidien.

5/9

Echanges sur la place publique.

© © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

En une dizaine de débats, architectes paysagistes, élus ou entrepreneurs ont attaqué l’espace public sur tous ses fronts, depuis sa conception jusqu’à sa sécurisation. Ici, lors d’un débat animé par la critique d’architecture Catherine Pierre, Nicolas Michelin (à gauche), Jacques Ferrier (à droite), l’adjointe à l’urbanisme de Bordeaux, Elizabeth Touton, Jeremy Nadau et Winy Maas s’interrogeaient sur sa capacité à être encore dessiné.

6/9

Invité surprise.

© © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

Elle n’était pas inscrite au programme mais la venue de Rem Koolhaas (à gauche) a marqué l’ouverture de la biennale 2014. Avec Youssef Tohmé (au centre) et le journaliste Rémi Cambau (à droite), l’architecte néerlandais a évoqué son dernier périple à Singapour, en s’interrogeant sur le devenir des espaces publics dans une métropole hyper-robotisée, aux rues vidées de toute population. Mais sans doute est-il encore trop tôt pour apporter une réponse.

7/9

Espace vraiment public.

© © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

Agora 2014 ne pouvait aborder le sujet de l’espace public sans en profiter pour s’en emparer. La biennale a donc essaimé dans Bordeaux, comme ici sur les quais, où ces chaises permettaient d’assister à la retransmission des débats… ou, tout simplement, de faire une pause au soleil pour admirer le Miroir d’eau voisin.

8/9

Démolition participative.

© © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

Sur la place Pey-Berland, entre la cathédrale Saint-André et l’hôtel de ville, Bordeaux s’est offert un autre monument, mais éphémère. A l’invitation de l’artiste Olivier Grossetête, le public a pu apporter son carton à l’édifice… Avant que 500 enfants ne soient autorisés, dimanche, à prendre part à la destruction de ces «Bâtisses Sœurs ».

9/9

Grands espaces.

© © Marie-Douce Albert/Le Moniteur

A l’occasion d’Agora 2014, le centre d’architecture Arc-En-Rêve a ouvert sa nouvelle exposition, dédiée au travail de Bas Smets. Le paysagiste belge a saisi cette occasion pour faire un retour sur sept années de pratique, depuis qu’il a créé son agence à Bruxelles. Tout simplement intitulée « Paysages », cette réflexion sur la grande échelle, qui permet de décerner les axes vitaux des territoires pour mieux les faire évoluer, est présentée jusqu’au 9 novembre à l’entrepôt Ferrère. Renseignements : www.arcenreve.com
Agora 2014, la biennale en images

Commentaires

Agora 2014, la biennale en images

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX