En direct

Aéroport de Lille-Lesquin: les grands projets de travaux d'Eiffage
Aéroport de Lille-Lesquin - © Enia
Diaporama

Aéroport de Lille-Lesquin: les grands projets de travaux d'Eiffage

Emmanuelle Lesquel (Bureau de Lille du Moniteur) |  le 26/07/2019  |  ProjetsInfrastructuresNordAéroport

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Vie du BTP
Projets
Infrastructures
Nord
Aéroport
Valider

Eiffage mènera un total de 170 millions d’euros de travaux en 20 ans sur sa première concession aéroportuaire. Une première phase de 90 millions d’euros doit permettre d’agrandir l’aérogare en moins de quatre ans. Objectifs : doubler le trafic passagers à 4 millions par an, et développer l’attractivité commerciale.

1/6

Aéroport de Lille-Lesquin

© Enia

Vue du futur aéroport, au terme des investissements.

2/6

Aéroport de Lille-Lesquin

© Enia

Au terme de sa rénovation, l’aérogare principale disposera d’espaces plus grands et lumineux. les espaces de commerce et de services (1 800 m2) vont voir leur surface doublée.

3/6

Aéroport de Lille-Lesquin

© Enia

L’agence d’architectes Enia a imaginé le projet, dont l’extension de l’aérogare. Sa surface passera de 18 000 à 33 000 m2 en 2023.

4/6

Projet pour l'aéroport Lille-Lesquin

© Enia

L'aéroport de Lille-Lesquin accueille actuellement 2 millions de passagers par an, ce qui en fait la 11e plate-forme de France métropolitaine. Il dispose de deux pistes.

5/6

Aéroport de Lille-Lesquin

La nouvelle concession démarre le 1er janvier 2020, pour 20 ans.

6/6

Aéroport de Lille-Lesquin

© Enia

A terme, l’équipement permettra de proposer une dizaine de nouvelles destinations, en Europe notamment.

Eiffage voit grand pour sa première concession aéroportuaire. Lors d’une conférence de presse tenue le 25 juillet 2019 à Lille, Marc Legrand, directeur des concessions d’Eiffage, a dévoilé les ambitions du groupe, qui exploitera le site pour 20 ans, avec son partenaire Aéroport Marseille-Provence (AMP).

Pour doubler le trafic passagers actuel de la 11e plateforme française (2 millions de passagers par an) et le porter à 4 millions, la major a établi une stratégie de travaux et d’entretien-maintenance ambitieuse.

 

Eiffage réalisera lui-même les travaux

 

Première étape : le consortium prévoit d’investir en moins de 4 ans 90 millions d’euros, dont 50 environ pour les seuls travaux, pour doubler la surface de l’aérogare.

« Devant une telle ampleur et une telle difficulté d’exécution, il nous faut l’assurance d’une parfaite conduite d’exploitation. Nous ferons donc appel pour les travaux à Eiffage, précise Marc Legrand, directeur des concessions du numéro 3 français. Cela nous donnera plus de souplesse et de rapidité. Pour être dans les temps allons devoir commencer à travailler sur le projet dès septembre 2019, soit bien avant le début de la concession qui débutera en le 1er janvier 2020. »

Les travaux seront menés sans interruption du trafic passagers.

 

Espaces de commerces et de services doublés

 

Et pour accueillir significativement plus de trafic dans les prochaines années, et passer des 2 millions actuels de passagers à 4 millions en 2039, l’agence d’architectes Enia a imaginé un bâtiment qui séparera les flux de voyageurs (arrivées et sorties). Tout en conservant au maximum l’ancien bâtiment « en fin de course », une extension le fera passer de 18 000 à 33 000 m², en doublant aussi au passage les espaces de commerces et de services (actuellement 1 800 m²).

« Nous avons repensé le rapport de l’aéroport avec la ville en supprimant les rampes d’accès et les deux niveaux de parking en façade. L’extension se fera vers l’ouest avec un grand auvent qui unifiera les façades. L’espace extérieur paysagé sera un élément fort de l’architecture », mettent en avant Mathieu Chazelle et Brice Piechaczyk, les deux associés d’Enia architectes, venu présenter leur projet.

A terme, l’équipement permettra de proposer une dizaine de nouvelles destinations, principalement en Europe.

 

Commentaires

Aéroport de Lille-Lesquin: les grands projets de travaux d'Eiffage

Votre e-mail ne sera pas publié

StefDes

28/07/2019 17h:09

Bonjour ,Nous les belges frontaliers en avons assez d'être pollués par cet aéroport.Nous sommes prêts à faire interdir le survol à basse altitude de tous les avions au dessus du Tournaisis. ( 600 m n'est pas acceptable)Depuis quelques années nous subissons des vols de nuit alors même qu'à Bruxelles ceux-ci sont interdits.Plus question pour nous de nous laisser dévaloriser nos maisons alors même que notre région n'a aucun intérêt économique avec cet aéroport.Vous avez choisi le lieu pour cet aéroport en sachant que vous alliez créer des nuisances chez vos voisins , à vous de vous débrouiller pour que ces nuisances cessent !

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Règlement de sécurité incendie ERP avec historique des versions

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur