En direct

A Paris, la Bourse de commerce ouvre son cercle serein
L’œuvre parmi les œuvres - © Tadao Ando Architect & Associates, Niney et Marca Architectes, Agence Pierre-Antoine Gatier / Photo : Patrick Tourneboeuf
Diaporama

A Paris, la Bourse de commerce ouvre son cercle serein

 Marie-Douce Albert |  le 19/05/2021  |  ParisEquipement culturelTadao Ando Musée

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Réalisations
Paris
Equipement culturel
Tadao Ando
Musée
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

A partir de ce samedi 22 mai, le monument circulaire devient officiellement l’écrin parisien de la collection d’art contemporain de l'homme d’affaires François Pinault. Le public découvrira alors, chef-d’œuvre parmi les chefs-d’œuvre, le cylindre de béton imaginé par l’architecte japonais Tadao Ando. Un anneau qui crée une agora paisible au cœur du bâtiment.

Enfin. On peut le dire sans doute pour toutes les réouvertures de lieux culturels qui vont intervenir ce 19 mai et pour toutes ces œuvres que le public pourra à nouveau admirer.

"Enfin", c’est peut-être plus vrai encore pour l’inauguration de la Bourse de commerce, au centre de la capitale. A partir de ce samedi 22 mai, ce bâtiment historique, qui fut autrefois une halle aux blés avant de devenir, à la fin du XIXe siècle, le haut lieu des transactions marchandes, deviendra officiellement l’adresse parisienne de la Pinault Collection.

 

Patience

 

Car il aura dû s’armer de patience avant de pouvoir accéder aux œuvres d’art contemporain tirées de l’immense ensemble constitué par l’homme d’affaires breton François Pinault depuis un demi-siècle.

En raison de la pandémie mondiale, l’ouverture de la Bourse de commerce a été repoussée de plusieurs mois. Mais l’attente du public français a été plus longue encore, depuis le rendez-vous manqué de l’île Seguin, à Boulogne (Hauts-de-Seine) en 2005.

François Pinault rêvait d’installer là sa fondation, avait choisi le projet de l’architecte japonais Tadao Ando pour l’abriter, puis avait jeté l’éponge devant les difficultés et était parti exposer ses richesses à Venise, en Italie, au Palazzo Grassi et à la Punta della Dogana.

Mais «je caressais le rêve de revenir à Paris», confiait le collectionneur, à l’antenne de «France Inter» le 18 mai. Il n’a donc pas hésité quand la maire Anne Hidalgo lui a proposé de prendre ses quartiers dans le bâtiment qui abritait, il y a peu encore, la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP).

Comme pour le projet de Boulogne et ses implantations vénitiennes, François Pinault a fait appel à Tadao Ando. Cet architecte de légende, ancien boxeur et concepteur autodidacte, qui aurait voulu rencontré Le Corbusier et a en admiration le Panthéon de Rome, est donc venu visiter la Bourse de commerce. «Quand il est entré dans ce bâtiment rond comme le Panthéon, il en avait les larmes aux yeux», a raconté son commanditaire.

Sur le même sujet Une émotion béton

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

A Paris, la Bourse de commerce ouvre son cercle serein

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil