En direct

A Mirepoix-sur-Tarn, un démontage de pont sous haute surveillance
Un chantier spectaculaire - © EMMANUEL GRIMAULT / LE MONITEUR
Diaporama

A Mirepoix-sur-Tarn, un démontage de pont sous haute surveillance

Emmanuelle Picaud |  le 05/03/2021  |  ToulousePontReportageExclusif

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Toulouse
Pont
Reportage
Exclusif
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

L’ouvrage qui s’était tragiquement effondré il y a un an et demi est actuellement en cours de démontage. Les opérations, spectaculaires, doivent respecter une procédure stricte à cause de l’enquête judiciaire en cours. Le Moniteur a pu se rendre sur le site, en exclusivité.

Près d’un an et demi après la catastrophe de Mirepoix sur Tarn (Haute-Garonne), les travaux de démontage du pont suspendu ont enfin débuté. Fin novembre 2019, cet ouvrage qui permettait de traverser le Tarn s’effondrait lors du passage d’une voiture et d’un camion de 50 t, ce qui avait entrainé la mort de deux personnes.

« Au moment de la catastrophe, le tablier est tombé dans la rivière, ainsi que plusieurs suspentes avec leurs chevalets de suspension. Les câbles restés en hauteur se sont entremêlés suite au choc, ce qui nous a obligé à réfléchir ensuite à une solution pour les démêler », décrivent Richard Fournier, responsable du service ouvrage d’art du département de la Haute-Garonne, et Mathieu Canto, ingénieur travaux principal chez Freyssinet.

Quatre-vingt suspentes à retirer

Les premiers travaux ont consisté à stabiliser les pylônes de 17 m de haut qui s’étaient déplacés sous le poids du tablier. Ensuite, afin de permettre aux cordistes d’intervenir sereinement sur les parties aériennes de l’ouvrage, une nacelle a été installée au-dessus de la rivière. Depuis lors, les équipes s’affairent à retirer les suspentes une par une. « A ce jour nous avons retiré 60 éléments sur 80. Pour le moment, nous sommes dans les temps. C’est un soulagement car cette partie des travaux était loin d’être gagnée. Il nous a fallu plusieurs mois de préparation en amont pour gérer les nombreuses inconnues de l'opération », témoigne Mathieu Canto.

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

A Mirepoix-sur-Tarn, un démontage de pont sous haute surveillance

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil