En direct

A Marseille, une réplique de la grotte Cosquer ouvrira au public en juin 2022
Projet de fac-similé de la grotte Cosquer pour la Villa Méditerranée à Marseille - © Kléber Rossillon/Corinne Vezzoni et Associés
Diaporama

A Marseille, une réplique de la grotte Cosquer ouvrira au public en juin 2022

Christiane Wanaverbecq (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 25/11/2019  |  Bouches-du-RhôneEiffage construction

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Projets
Bouches-du-Rhône
Eiffage construction
Valider

Le projet de réplique de la grotte Cosquer porté par la société Kléber Rossillon a été dévoilé le 22 novembre par la région Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les travaux devraient débuter en février 2020 pour aménager, à l’intérieur de la Villa Méditerranée à Marseille, un centre d’interprétation archéologique qui devrait ouvrir en juin 2022. Le montant de l’opération s’élève à 23 millions d’euros, dont 13 apportés par Kléber Rossillon, titulaire d’un contrat de concession sur une durée de 25 ans.

1/7

Projet de fac-similé de la grotte Cosquer pour la Villa Méditerranée à Marseille

© Kléber Rossillon/Corinne Vezzoni et Associés

Vue de principe. Une visite scénarisée comme une plongée. Aménagements extérieurs (ponton flottant, billetterie et réplique du bateau d’Henri Cosquer).

2/7

Projet de fac-similé de la grotte Cosquer pour la Villa Méditerranée à Marseille

© Kléber Rossillon/Corinne Vezzoni et Associés

Vue du fac-similé similaire à la grotte originelle installé dzans le sous-sol au niveau -2 de la Villa Méditerranée.

3/7

Projet de fac-similé de la grotte Cosquer pour la Villa Méditerranée à Marseille

© Kléber Rossillon/Corinne Vezzoni et Associés

Situé dans le porte-à-faux, au 3e étage, le centre d’interprétation présentera une exposition permanente consacrée à la préhistoire. Des extraits de parois de grotte, rassemblées par thème, permettront d’observer de plus près les reproductions d’œuvre et d’explorer les techniques employées par les Gravettiens.

4/7

Projet de fac-similé de la grotte Cosquer pour la Villa Méditerranée à Marseille

© Kléber Rossillon/Corinne Vezzoni et Associés

Les visiteurs pourront découvrir des reconstitutions d’animaux aujourd’hui disparus et représentés dans la grotte Cosquer.

5/7

Projet de fac-similé de la grotte Cosquer pour la Villa Méditerranée à Marseille

© Kléber Rossillon/Corinne Vezzoni et Associés

Vue de principe. L’atelier du climat est situé au 3e étage du centre d’interprétation.

6/7

Projet de fac-similé de la grotte Cosquer pour la Villa Méditerranée à Marseille

© Kléber Rossillon/Corinne Vezzoni et Associés

Vue de principe. L’atelier du climat comprendra en particulier une projection dynamique de onze mètres de large, au bout du porte-à-faux.

7/7

Projet de fac-similé de la grotte Cosquer pour la Villa Méditerranée à Marseille

© Ministère de la Culture

Vue d’une main dessinée par les hommes préhistoriques dans la grotte Cosquer, datant de 27 000 ans avant notre ère.

Après le fac-similé de la Grotte Chauvet en Ardèche et Lascaux 4 en Dordogne, la France va compter, à Marseille, un troisième lieu dédié à l’art pariétal. Ce 22 novembre, Renaud Muselier, Président de la région Sud, a dévoilé, aux côtés de Pierre Dartout, Préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le projet de réplique de la grotte Cosquer porté par la Société Kléber Rossillon.

 

Délégation de service public de 25 ans

 

Déjà exploitante du fac-similé de la grotte de Chauvet en Ardèche, l’entreprise, spécialisée dans la gestion de sites culturels et touristiques en France et en Belgique, a signé ce vendredi 22 novembre le contrat de concession lui confiant la réalisation et l’exploitation d’un centre d’interprétation archéologique autour de la grotte Cosquer aménage dans la Villa Méditerranée, équipement de la région vacant depuis 2017.

Titulaire d’une délégation de service public d’une durée de 25 ans, l’exploitant va verser à la région une redevance annuelle fixe de 200 000 euros HT. Au total, l’opération va mobiliser un budget de 23 millions d’euros : dix apportés par la région, treize par le délégataire qui s’engage à ouvrir le lieu en 2022 avec la promesse d’accueillir pas moins de 500 000 visiteurs par an. En vitesse de croisière, il table sur un chiffre d’affaires annuel à vitesse de croisière de l’ordre de 8,8 millions d’euros.

 

Trouver une vocation

 

Ce projet a l’autre avantage de soulager la région d’un « gouffre financier » en trouvant une vocation à la Villa Méditerranée — conçue par les architectes Boeri Studio (mandataire), Ivan Di Pol et Jean-Pierre Manfredi (associés) — qui « coûtait 5 millions par an en fonctionnement, pour aucun retour sur investissement », a précisé Renaud Muselier.

Construit par la région à l’occasion de l’événement « Marseille, ville européenne de la Culture » en 2013, l’équipement, situé à côté du Mucem, n’avait jamais trouvé de vocation. Fin 2016, la région avait annoncé sa décision d’y installer une réplique de la grotte Cosquer et de lancer une consultation pour choisir un opérateur.

Sur le même sujet La cour des comptes épingle la "Villa Méditerranée" à Marseille

 

Ambiance calme et sereine

 

Sélectionnée car « la meilleure offre en termes de contenu pédagogique et coût économique », selon Renaud Muselier, la société Kléber Rossillon a convaincu la région et l’Etat, propriétaire de la grotte, avec un projet qui propose de recréer l’ambiance calme et sereine décrite par André Cosquer, le plongeur et scaphandrier, qui a découvert en 1985 la grotte sous-marine.

Située dans la calanque de la Triperie, entre Marseille et Cassis, à 37 mètres de profondeur en dessous du niveau de la mer, la caverne n’est accessible qu’aux plongeurs les plus chevronnés. Depuis 1991, ne peuvent y aller que les missions scientifiques. Leurs relevés et les photographies des 270 peintures d’animaux et de mains rouges et noirs — datant respectivement de 19 000 et 27 000 ans avant notre ère — servent d’ailleurs aujourd’hui de base pour reproduire la réplique de la grotte.

 

Parcours ludique et pédagogique

 

A travers un parcours ludique et pédagogique, le visiteur pourra découvrir le site archéologique. Il va démarrer par « une passerelle sinueuse flottant sur l’eau », à laquelle seront amarrés le bateau de la découverte d’Henri Cosquer et des pointus. « Ce parcours sur l’eau est un clin d’œil au cabotage le long des calanques pour accéder à la grotte sous-marine », a rappelé Geneviève Rossillon, directrice générale de la société Kléber Rossillon, lors de la présentation du projet.

Une fois la passerelle franchie, le visiteur accédera dans le hall où sera créé un espace dédié à la plongée permettant de découvrir l’univers d’Henri Cosquer. Il descendra ensuite avec le monte-charge existant au niveau - 2 où sera réalisé le fac-similé. Tout le sujet a été de l’aménager dans un bâtiment existant dont on ne modifie pas la structure.

Les équipes d’Eiffage Construction et de maîtrise d’œuvre, qui accompagnent la société Kléber Rossillon dans l’aventure, ont ainsi proposé de travailler l’anamorphose de la grotte qui permet de produire une réplique conforme scientifiquement, même si sa géométrie sera modifiée. « Nous avons pris le parti de représenter les salles principales. Toutes les galeries sont tronquées et réduites pour les faire entrer dans le bâtiment. Les grandes nefs, elles, sont travaillées en fonction des poteaux », a expliqué l’architecte Corinne Vezzoni, membre du groupement.

Avant d’entrer dans la grotte, les visiteurs embarqueront, par groupe de six ou de huit, à bord de modules d’exploration scientifique sous-marine ; des petits véhicules autonomes bénéficiant de la dernière technologie des parcs d’attraction dans le monde et qui permettront de gérer les flux de visiteurs.

 

Centre d’interprétation archéologique

 

Ensuite, les visiteurs auront la possibilité d’assister à un spectacle immersif sur la grande aventure sous-marine de la découverte de la grotte. Celui-ci sera projeté sur un écran embrassant la scène de l’amphithéâtre, qui fait partie intégrante du bâtiment existant, et qui sera conservé en tant que tel. Ils en sortiront par le niveau bas de l’amphithéâtre, puis emprunteront les ascenseurs existants pour monter au troisième étage. Là, ils pourront approfondir leurs connaissances sur le Paléolithique supérieur grâce au centre d’interprétation archéologique. Y seront présentés le paysage du cap de Morgiou d’il y a 30 000 ans, des reconstitutions d’animaux aujourd’hui disparus et représentés dans la grotte, des extraits de parois de grotte, rassemblés par thème, etc.

A ce même étage, la thématique du climat et des montées du niveau des mers sera traitée sous différentes formes. En effet, la grotte Cosquer est vouée à une immersion totale avec le réchauffement climatique accélérant la montée des eaux.

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Kléber Rossillon.
Maîtrise d’œuvre : Agence Vezzoni et associés (architecte) ; Secmo (structure) ; Egis Bâtiments Méditerranée (fluides) ; Arc en scène, La Prod et Clap 35 (scénographie, numérique), 8’18’’ (plasticien lumière).
Entreprises : Eiffage construction (entreprise générale), AAB (décorations en béton), Déco Diffusion (scénographie, décoration), Gilles Tosello (peinture), ETF Ride System (construction, fourniture et installation des modules).
Surface de la Villa Méditerranée : 11 000 m2 SDP
Surface du fac-similé : autour de 2 000 m2 SDP
Coût d’investissement : 23 millions d’euros.

 

La vidéo du projet est disponible sur la plate-forme Vimeo.

 

Repères chronologiques

1985 : première découverte de la grotte par Henri Cosquer
1991 : homologation par Jean Courtin
2013 : inauguration de la Villa Méditerranée
16 octobre 2019 : proposition au conseil régional d’un contrat de délégation de service public avec la Société Kléber Rossillon
Janvier 2020 : remise de la Villa Méditerranée au futur concessionnaire pour la réalisation des travaux de réaménagement intérieur
Juin 2022 : ouverture au public du centre d’interprétation archéologique « Grotte Cosquer »

 

Commentaires

A Marseille, une réplique de la grotte Cosquer ouvrira au public en juin 2022

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 1

Règlement de sécurité incendie commenté des ERP - Volume 1

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur