En direct

A Marseille, la tour Mirabeau a terminé son ascension
Projet de la tour Le Mirabeau à Marseille (Bouches-du-Rhône) - © HW Architecture/Mir
Diaporama

A Marseille, la tour Mirabeau a terminé son ascension

Christiane Wanaverbecq (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 12/01/2023  |  MarseilleConstruction bioclimatiqueLéon Grosse TertiaireBouygues Immobilier

Le chantier de construction de la tour Mirabeau, IGH de 85 m de haut qui viendra compléter la skyline de la façade marseillaise, approche de sa fin. En septembre 2023, la CMA CGM et Bouygues Immobilier, associés au sein de la même société de projet, pourront réceptionner l’immeuble tertiaire conçu par l’architecte Hala Wardé et réalisé en lots séparés.

1/6

Projet de la tour Le Mirabeau à Marseille (Bouches-du-Rhône)

© HW Architecture/Mir

Perspective du projet (mars 2019). Conçue par l’architecte Hala Wardé, la tour Mirabeau (85 m) viendra compléter la nouvelle skyline de la façade maritime marseillaise entre la « French line », siège de la CMA CGM signé Zaha Hadid (147 m), et La Marseillaise, immeuble tertiaire conçu par Jean Nouvel (135 m).

2/6

Chantier de la tour Le Mirabeau à Marseille (Bouches-du-Rhône)

© SCCV Le Mirabeau Marseille

Au vingtième étage, Léon Grosse a réalisé la boîte en béton et son porte-à-faux en charpente métallique. Le façadier Simeon doit encore le revêtir d’aluminium. Ses proportions (31 m x 12 m) rappellent celles d’un conteneur.

3/6

Chantier de la tour Le Mirabeau à Marseille (Bouches-du-Rhône)

© SCCV Le Mirabeau Marseille

La tour Mirabeau se situe au Nord de la tour La Marseillaise (à gauche sur l’image).

4/6

Chantier de la tour Le Mirabeau à Marseille (Bouches-du-Rhône)

© SCCV Le Mirabeau Marseille

Les planchers se greffent à un noyau central en béton hydrogommé et à trois voiles percés porteurs des façades Nord, Est et Sud.

5/6

Chantier de la tour Le Mirabeau à Marseille (Bouches-du-Rhône)

© SCCV Le Mirabeau Marseille

Compte tenu des contraintes du site et de voies très circulées, Léon Grosse a installé deux grues à flèche relevable. Retirées du chantier à l’automne 2022, elles ont servi à transporter les armatures et autres éléments de construction nécessaires à l’élévation de l’IGH.

6/6

Chantier de la tour Le Mirabeau à Marseille (Bouches-du-Rhône)

© SCCV Le Mirabeau Marseille

Les plateaux libres se développent sur environ 1 100 m2.

Dans le quartier en renouvellement d’Arenc à Marseille, entre la French Line, siège de la compagnie maritime CMA CGM, et La Marseillaise, tour qui abrite, entre autres, le siège du promoteur Constructa et les services de la métropole Aix-Marseille-Provence, Le Mirabeau s’élève désormais sur toute sa hauteur après des premiers coups de pioche au printemps 2020. Reste maintenant à terminer les aménagements intérieurs des plateaux des 21 étages de l’IGH de 85 m de haut avant sa livraison programmée en septembre 2023.

À LIRE AUSSI

Marseille : la tour Mirabeau entame son ascension

Léon Grosse, titulaire du principal macrolot (gros œuvre, lots architecturaux), a terminé le gros œuvre de l’immeuble tertiaire porté par la compagnie maritime CMA CGM et Bouygues Immobilier réunis au sein d’une même société de projets. L’entreprise savoyarde vient d’ailleurs de retirer les deux grues nécessaires à la réalisation de la superstructure composée d’un noyau central et de trois voiles percés, ainsi qu’à celle des sept niveaux du parking souterrain. Ses équipes sont aujourd’hui mobilisées par les lots architecturaux.

Bioclimatique

Conception bioclimatique oblige, Le Mirabeau sera doté de quelque 2 100 m2 d’espaces extérieurs et de fenêtres ouvrables à tous les étages, permettant une ventilation naturelle. En outre, raccordé à la boucle de thalassothermie « Thassalia », il sera équipé d’un système de rafraîchissement par plafonds rayonnants (un réseau d’eau circulant dans les plafonds). Ce sont quelques-unes des spécificités qui permettent à la CMA CGM et à Bouygues Immobilier de viser les cibles HQE Bâtiment durable excellent et Breeam very good.

Par ailleurs, dans cette même logique bioclimatique, l’équipe de maîtrise d’œuvre conduite par l’architecte Hala Wardé a conçu un habillage adapté et compatible avec l’exposition de chacune des façades en verre et aluminium du bâtiment. Ainsi, exposée au couchant, la façade ouest, totalement ouverte, est habillée d’une double peau transparente avec une couche de verre extra-claire protégée par des stores verticaux en aluminium asservis à la GTB. A l’est, au nord et au sud, l’architecte a opté pour une simple peau plus opaque.

Leur parement est aussi à chaque fois différent : « shadow box » en aluminium ventilé pour l’est, parement aluminium anodisé typé C pour le sud et le nord. Au final, conformément au principe développé par l’architecte de faire écho à l’écume de la mer et à ses reflets changeants, le bâtiment se distinguera par sa couleur allant du blanc à l’argent.

Avancée niveau par niveau

Pour donner forme à ce subtil camaïeu composé de pas moins de huit typologies de façades différentes, l’entreprise italienne Simeon, qui a posé aujourd’hui 95 % des vitrages, a dû faire preuve d’ingéniosité. La pose des éléments (blocs vitrés, blocs anodisés, double vitrage, caillebotis, menuiserie des loggias) au même rythme que l’élévation de la superstructure en béton composée de voiles percés sur trois des façades, a exigé des équipes de l’entreprise italienne de travailler quasiment à flux tendu. Sur le principe d’une avancée niveau par niveau, elles interviennent au fur et à mesure de la réalisation par Léon Grosse des trois voiles percés et du noyau central en béton « hydrogommé ». Ce dernier servant de contreventement et abritant les cages d’escaliers et les ascenseurs. « Les équipes de Simeon posent en une semaine les 24 blocs acheminés par camion depuis l’usine en Italie où ils ont été préfabriqués. Elles procèdent de la manière suivante : elles démarrent par les angles puis amènent les différents blocs à l’aide d’une mini-grue », explique Beryl Monnot, chef de projet chez Bouygues immobilier.

Contraintes

L’autre caractéristique de l’IGH sera le volume en structure métallique se développant sur deux niveaux posé au 20e étage. Conçu pour rappeler la forme d’un conteneur, il comprend un porte-à-faux dont l’habillage a nécessité le recours à une nacelle. C’est un autre des dispositifs adoptés pour réaliser un chantier cumulant les contraintes : planning serré, exiguïté du site - 1 300 m2 de superficie pour une emprise du bâtiment d’environ 1 100 m2 -, environnement contraint en milieu urbain (maintien en fonctionnement de l’accès au parking du bâtiment voisin situé sous la façade Est, réalisation de la façade Nord à l’aplomb du bâtiment voisin et proximité avec l’autopont de l’autoroute A55 à l’Ouest).

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Société civile de construction-vente (SCCV) « Le Mirabeau Marseille », détenue à 60 % CMA CGM et à 40 % par Bouygues Immobilier
Maîtrise d’œuvre : HW Architecture
Bureaux d’études : Egis (maître d’œuvre d’exécution, OPC, synthèse, BIM management) ; Arcora (façades), Barbanel (fluides), Setec (structure), Green Affair (environnement), Movvéo (ascenseurs), R2M (économiste), Avel (acousticien)
Entreprises : Léon Grosse (gros œuvre, logistique, CEA) ; Equans (corps d’état techniques) ; Simeon (façades) ; Soletanche Bachy Fondations (fondations, parois moulées, terrassements) ; Koné (ascenseurs)
Superficie : 21 500 m2 SP
Coût : n.c.
Calendrier : mai 2020-septembre 2023.

À LIRE AUSSI

A Marseille, La Porte bleue s’élève voûte après voûte

Commentaires

A Marseille, la tour Mirabeau a terminé son ascension

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur