En direct

A Marseille, cette résidence en peau d’écailles marque l’entrée de ville
Résidence Kley à Marseille: façade - © Stéphane Aboudaram | We Are Contents

Diaporama

A Marseille, cette résidence en peau d’écailles marque l’entrée de ville

Christiane Wanaverbecq (Bureau de Marseille du Moniteur) |  le 15/10/2018  |  Bouches-du-RhôneAluminiumBouygues Immobilier

Le groupe Kley vient d'inaugurer une résidence pour étudiants conçue par Tangram Architectes. Les 323 chambres ont été aménagées dans un immeuble de bureaux totalement restructuré, dont la façade ouest est habillée d’écailles en aluminium thermolaqué, selon les principes du biomimétisme.

1/6

Résidence Kley à Marseille: façade

© Stéphane Aboudaram | We Are Contents

2/6

Résidence Kley à Marseille: façade nord

© Stéphane Aboudaram | We Are Contents

3/6

Résidence Kley à Marseille: écailles

© Stéphane Aboudaram | We Are Contents

4/6

Résidence Kley à Marseille: parvis

© Delphine Warin

5/6

Résidence Kley à Marseille: patio

© Delphine Warin

6/6

Résidence Kley à Marseille: rooftop

© Delphine Warin

La nouvelle résidence inaugurée ce 10 octobre par Jean-Baptiste Mortier, P-DG du groupe Kley, ex-Dométude, et Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille, a une valeur particulière. Tout d’abord, les 263 étudiants attendus dans les studios et appartements en coliving vont intégrer un bâtiment en R+9 qui a connu une première vie. Au départ, il s’agissait d’un immeuble de bureaux construit dans les années 1960 appartenant à la caisse primaire d’assurance-maladie des Bouches-du-Rhône. Acquis par Bouygues Immobilier, qui a porté le projet, il a été profondément restructuré sous la maîtrise d’œuvre de l’agence Tangram Architectes.

L’autre point marquant de l’opération est son emplacement. Située en entrée de ville, à quelques mètres de la gare Saint-Charles, au bord d’une passerelle autoroutière, la résidence pour étudiants a été pensée pour participer à la revitalisation d’un quartier inscrit dans le périmètre de l’opération d’intérêt national Euroméditerranée. D’ailleurs, son emplacement a conduit la maîtrise d’œuvre à proposer d’en faire un bâtiment signal.

 

5 000 écailles

 

Posté au bord de l’A7, il est facilement reconnaissable avec sa façade ouest habillée de plus de 5 000 écailles en aluminium thermolaqué rouge, orange et or. Sa conception a mobilisé, aux côtés de l’équipe projet de Tangram, Olivier Bocquet, architecte en charge du Tangram Lab. « Il fallait répondre à deux enjeux. Depuis l’extérieur, il s’agissait d’affirmer une présence forte et d’offrir une vision sans cesse changeante, cinétique, en utilisant la dynamique de l’autoroute. Depuis l’intérieur, la priorité était de se protéger du soleil et de créer des vues lointaines vers la mer », rappelle-t-il.

Pour répondre à ces enjeux, Tangram a travaillé sur plusieurs pistes à partir d’une démarche biomimétique. La façade est ainsi née de l’observation du caméléon. Les architectes ont notamment développé des outils de design génératif basés sur des algorithmes présents dans la nature pour générer une façade polyfonctionnelle répondant à plusieurs objectifs, dont celui d’économiser la matière pour minimiser le nombre d’écailles nécessaires et maximiser l’effet souhaité.

 

Sept angles différents

 

Le positionnement des écailles n’est donc pas le fruit du hasard. Elles ont été placées selon sept angles différents de manière à symboliser les volutes et mouvements d’air provoqués par le passage des véhicules sur l’autoroute A7 voisine, la mouvance de la mer que l’on aperçoit au loin. « La façade devient véritablement changeante, en perpétuel mouvement au gré du déplacement des automobilistes et de la course du soleil », déclare Emmanuel Dujardin, président de Tangram.

Pour cette opération, le gestionnaire français de résidences pour étudiants a obtenu l’habilitation ERP, qui lui permettra aussi de dédier 60 chambres à l’hôtellerie l’été. A cet effet, deux entrées séparées ont été conçues.

 

Fiche technique

Maître d’ouvrage : Bouygues Immobilier
Exploitant : Groupe Kley
Architecte : Tangram Architectes
Maîtrise d’œuvre d’exécution : Tangram Architectes (façades et espaces extérieurs), Elite Groupe (autres lots)
Entreprises : Evangelista, Beitech, Cari, Les Travaux du Sud, Dacos, Kalia, Sodexal, E2J, BCS, Structa, Isotop, Schindler, Nogueira, TRTP, IESP, SGM, Bâtiments et couleurs du Sud, Wedo, Deltamainte
Programme : réhabilitation d’un immeuble de bureaux de la CPAM en résidence pour étudiants de 263 logements (dont un T9 avec terrasse) et un hôtel de 60 chambres
Surface : 7 966 m² SP
Montant des travaux : 11 millions d’euros HT
Calendrier : début des travaux, septembre 2016; livraison, juillet 2018 (résidence pour étudiants) et fin 2018 (hôtel)

 

Commentaires

A Marseille, cette résidence en peau d’écailles marque l’entrée de ville

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 10.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur