En direct

1er Trophée Béton Professionnels : le palmarès
Prix du public : salle d'expositions temporaires du château d’Hardelot à Condette (Bartoli Medina Architectes) - © © Michel Denancé

Diaporama

1er Trophée Béton Professionnels : le palmarès

le 20/10/2017  |  Architecture

1/12

Prix du public : salle d'expositions temporaires du château d’Hardelot à Condette (Bartoli Medina Architectes)

© © Michel Denancé

La salle présente une façade rythmée par des panneaux verticaux en béton fibré à ultra-hautes performances (BFUP) dans un jeu subtil de pliages permettant de consolider l’aspect massif des murs de pierres. Les différentes hauteurs de toitures qui descendent progressivement permettent également de rappeler l’empilement volumétrique du manoir de style Tudor et donnent un caractère puissant au château. Le littoral à proximité a imposé le choix de fibres organiques pour le BFHUP afin de garantir l’aspect dans le temps. Le BFHUP répond aux contraintes de contraste et intégrations souhaitées. Le choix d’un béton blanc pur crée une matière vivante, renvoyant les couleurs du ciel.

2/12

Prix du public : Théâtre Anthea d'Antibes (Archidev)

© © Franck Follet

La façade, entièrement en béton, se compose d’une texture tantôt lisse et structurée, tantôt matricée. Inspirée des tentures de théâtre, cette parure magnifie la matière et exprime toute la noblesse du béton. Dans une unité de ton, l'ensemble varie au gré de la lumière, plus ou moins rasante du jour ou de la nuit qui joue sur les lasures transparentes, brillantes ou mates, offrant au regard une vision en perpétuel mouvement. Le béton participe ici pleinement à la fonctionnalité de l’ouvrage dans ses aspects les plus spectaculaires mais aussi dans sa dimension invisible, puisque le bâtiment repose sur des pieux armés et que l’ensemble du parking en sous-sol a été réalisé au sein d’une enceinte en paroi moulée. 12 000 m³ de béton ont été coulés en place pour cette réalisation, favorisant ainsi une grande adaptabilité aux exigences architecturales. Les façades, avec leur porte-à-faux à plus de vingt mètres du sol et leur géométrie variable, ont été réalisées à l’aide d’un béton prêt à l’emploi autoplaçant. Résistant et très fluide, il a permis le coulage de formes verticales complexes tout en améliorant la qualité des parements. Le façonnement des courbes (de 1,20 m à 4,00 m de rayon) a nécessité la mise en œuvre de deux outils de coffrage qui ont été étudiés et fabriqués spécialement pour les besoins du chantier.

3/12

Centre international d’art pariétal de Montignac-Lascaux (Dordogne)

© © Eric Solé

Long de 150 m pour 60 m de large et 8m de haut, l’édifice en béton gris clair fait écho au paysage par une géométrie très fragmentée et l’alternance de bandes de béton lisses et sablées. Le béton s’est imposé comme une évidence : tout en répondant à des impératifs structurels, il permet de restituer parfaitement la matière minérale de la roche. Cette référence à la minéralité se retrouve dans l’utilisation d’un même béton architectonique autoplaçant pour les sols (intérieurs et extérieurs), les parois, la toiture et le bandeau de façade. La structure du fac-similé, reproduction « à l’identique » de la grotte originelle est formé d’une ossature métallique sur laquelle 3 couches de béton ont été projetées. La troisième étant sculptée à la main pour retrouver le réalisme du relief de la roche.

4/12

Ensemble de 20 logements sociaux BBC situé à Cannes-la-Bocca (CAB Architectes )

© © Aldo Amoretti

La neutralité et la simplicité du béton sont apparus indispensables aux architectes pour inscrire ce projet dans un paysage disparate. Par ailleurs, les architectes ont souhaité s’appuyer sur le béton, matériau qui fait appel au savoir-faire des entreprises locales : le volume réalisé en double voile isolé a ainsi été coulé en place suivant un principe d’expérimentation propre au cabinet d’architecte.

5/12

Maison des pêcheurs de Bonifacio (Buzzo Spinelli Architecture)

© © Serge Demailly

Le choix du béton répond aux fondamentaux du parti-pris architectural par trois de ses qualités intrinsèques : ses performances structurelles (grandes portées) qui ont permis la réalisation de l’esplanade suspendue et fait passer l’édifice architectural dans l’échelle urbaine ; sa plasticité qui établit un corpus de matérialité comme vocabulaire pour venir dialoguer avec la falaise, la ville et l’usage (béton planché, béton de ciment blanc, béton taloché, béton banché calepiné...Ce travail sur la matière a nécessité la réalisation d’essais en atelier expérimentant différents dosages et bois de coffrage) ; sa durabilité.

6/12

Médiathèque Montaigne de Frontignan (Tautem Architecture + Bmc2)

© Photographie Luc Boegly - 2014

En associant l’inertie thermique du béton à des principes architecturaux bioclimatiques, les architectes ont conçu un lieu exemplaire ne nécessitant aucune climatisation. Constitué d’un double voile en béton blanc, l’ensemble du bâtiment est réalisé en béton blanc architectonique coulé en place, laissé brut et apparent, à l’intérieur comme à l’extérieur. Il présente 4 façades aux percements qui diffèrent selon l’orientation et accentue l’expression de compacité du bâti. L’enveloppe du bâtiment se déploie sur 1 mètre d’épaisseur. Réalisées en béton autoplaçant, les parois de cette enveloppe sont formées d’un double voile coulé de part et d’autre d’un isolant rigide : un complexe de 42 cm qui, associé à des planchers caissons en béton, assure une excellente isolation et procure une très forte inertie thermique.

7/12

Mémorial international Notre-Dame-de-Lorette (Philippe Prost /AAPP)

© © Aitor Ortiz

L’emploi d’un matériau innovant, le béton fibré à ultra-hautes performances (BFUP) - teinté en noir dans la masse pour évoquer la couleur de la guerre – permet à ce monument de défier le temps. Le choix du matériau s’est porté sur un BFUP en raison de sa durabilité, de ses caractéristiques mécaniques et de son apparence. Enfin, l’absence d’armature passive et la présence d’un même matériau formant structure et enveloppe garantissent la durabilité et la pérennité du Mémorial. L’usage du BFUP précontraint par post-tension a permis de réaliser la partie en porte-à-faux courbe sur 56 m de portée sans appui intermédiaire (précontrainte horizontale à 2 rayons de courbure), véritable prouesse technique qui pousse le matériau dans ses limites. Compte-tenu des délais imposés, la rapidité d’exécution du béton a également été un critère de choix.

8/12

Palais de justice de Béziers (Atelier 2/3/4)

© © Charly Broyez © Charly Broyez

Les façades du palais de justice étaient imaginées, au départ, revêtues de pierre. Le choix s’est réorienté très rapidement, après l’esquisse, sur le béton, en raison des avantages qu’il procure : expression d’une intensité structurelle ; capacité de réalisation de panneaux de grande surface pour traduire la densité et la gravité de la matière et bénéficier d’une lecture structurelle des méga-blocs ; garantie d’une qualité homogène de réalisation, une fois effectué la validation d’un prototype. Le béton sablé et matricé, par sa monochromie, ses irrégularités, bullages, griffures et aspérités, donne force et épaisseur à une matière rustique. La qualité de parement a été étudiée très finement avec l’intervention d’un artiste pour créer la matrice de fond de coffrage. L’ensemble de ces dispositions offre une belle qualité environnementale et urbaine, et sert la symbolique, l’usage et la pérennité de l’institution.

9/12

Parking silo de l’Arlequin à Grenoble (Grudzinski et Poisay Architectes)

© © Baptiste Robin, Hugues Grudzinski, Charles Poisay

L’ensemble est en béton armé avec des planchers précontraints en post-tension, technique développée par Eugène Freyssinet. Cette solution a permis de dégager le plus possible les éléments porteurs et de supprimer les retombées de poutres. L’utilisation du béton, à la fois pour la rampe centrale et les plateaux, crée un ensemble cohérent permettant de ressentir la continuité des flux et de donner l’image d’un mille-feuille suspendu. L’équipement répond ainsi de façon équilibrée à l'ensemble remarquable, et quelque peu brutaliste de la Galerie l'Arlequin.

10/12

Presbytère de Thorens - Glières (GBAU )

© Emmanuelle Blanc Emmanuelle Blanc

L’enceinte épaisse présente un aspect brut, en béton « caverneux », béton maigre associant un agrégat de rivière. Ce parement donne à l’ensemble un effet de masse qui vient dialoguer avec les autres éléments et démontre l’avantage de l’utilisation d’un béton brut spécifique dans un site historique.

11/12

Résidence Jounicot-Truillet d'Anglet (Agence Leibar et Seigneurin)

© © Patrick Miara

Dans cet ensemble, le béton permet de respecter les impératifs économiques du logement social et introduit une géométrie élégante et fragmentée, où les masses, jouent avec la lumière et la végétation. En outre, l’utilisation du béton, aussi bien pour la structure que pour l’enveloppe, a été une garantie de simplicité constructive et d’élimination des pathologies liées aux changements de matériaux. Ce point, très sensible pour le bailleur social, assurant la maîtrise d’ouvrage, a été déterminant. Enfin, le constat - fait quelques années après la livraison - de la bonne tenue du projet, et de la facilité à en assurer la maintenance dans le futur, confirment la pertinence du choix du béton.

12/12

Tour radar de Paris-Saclay (Barthélémy-Griño Architectes)

© © Hélène Binet

Cette tour consiste en un fût cylindrique de 13,9 m de diamètre, regroupant tous les locaux techniques. Cette simplicité de forme est renforcée par le choix d’un matériau unique, un béton préfabriqué architectonique, de couleur gris clair. Pour que la lumière puisse la traverser, et que la tour soit vue du ciel, la paroi structurelle est ajourée. Le béton, par ses qualités intrinsèques - sa durabilité, sa plasticité, son entretien minimum et sa capacité à capter la lumière - a su répondre à toutes les attentes du maitre d’ouvrage en lui permettant de réaliser un ouvrage monolithique, ajouré, de haute qualité et entièrement préfabriqué. Le caractère monumental de la tour a imposé la réalisation de plusieurs essais en usine pour obtenir l’aspect de surface, les performances esthétiques et mécaniques souhaitées.
1er Trophée Béton Professionnels : le palmarès

Commentaires

1er Trophée Béton Professionnels : le palmarès

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur