En direct

10 opérations
L'école Saint-Exupéry de Pantin (93), une école « zéro énergie » certifiée HQE - © © O.Wogenscky

Diaporama

10 opérations "bâtiment" exemplaires en Ile-de-France

le 02/07/2014  |  EnergieTechnique

1/10

L'école Saint-Exupéry de Pantin (93), une école « zéro énergie » certifiée HQE

© © O.Wogenscky

Le projet d’école « zéro énergie » de la ville de Pantin concerne une école de 3 bâtiments comprenant 8 classes élémentaires, 4 maternelles, un restaurant scolaire, une salle polyvalente et une médiathèque. Les concepteurs ont intégré les caractéristiques de l’environnement urbain du site et des objectifs de conception bioclimatique : il s’agit d’optimiser les apports solaires en fonction de l’implantation et de la volumétrie des bâtiments. Pour atteindre l’objectif « zéro énergie », la qualité de l’enveloppe du bâtiment a été optimisée afin d’assurer une bonne inertie. Un système de chauffage performant avec pompe à chaleur géothermique a également été mis en place. De plus, des panneaux solaires photovoltaïques permettent de couvrir les besoins en électricité mais aussi d’en revendre une partie. Les panneaux solaires thermiques permettent de satisfaire 50% des besoins en eau chaude sanitaire. Bilan : des économies de charges énergétiques de 7000 €/an, des économies d’énergie finale de 9 tep/an, 17 teqCO2/an d'émissions évitées et 6 kWh/m²SHON/an d'électricité revendue.

2/10

Economies d’énergie pour un ensemble de maisons « SOS Villages d’Enfants » à Persan (95)

© © Denis PONTAIS

A la demande des services de la Protection de l’Enfance du Val d’Oise, l’Association SOSve obtient, en 2008, un permis de construire pour un nouveau «Village» dans la commune de Persan (95) de 10 maisons familiales, d’une maison commune pour l’accueil et les bureaux ainsi que d’une maison pour le directeur. L’ensemble représente une superficie de 2 453 m2 (SHON). L’accent a été mis sur la maîtrise de la consommation d’énergie des bâtiments afin de réduire l’empreinte environnementale du village. Bilan : une empreinte écologique réduite grâce au choix du bois pour le chauffage, de l’éclairage naturel des bâtiments, de la VMC-DF pour la régulation de la température intérieure. Des économies d'énergie de 35 à 50 %

3/10

Rénovation basse consommation dans un ensemble de logements collectifs à Aulnay- Sous-Bois (93)

© © 3F- Serge Jaure architecte

En 2011, le groupe décide de réhabiliter un ensemble de 110 logements répartis sur 3 bâtiments construits autour de la Place du Docteur Laënnec à Aulnay-sous-Bois. Le site est typique de l'architecture des années 80, puisque les constructions sont hors sol et l’architecture très fragmentée avec redents en façade et morcellements de toitures, alternant terrasses et pans inclinés. L’éclairage naturel est conséquent, mais les ponts thermiques sont nombreux et importants. Le bâtiment initial mis en service en 1982 affiche ainsi une consommation énergétique de 174 kW hep/m²/an, incitant à une rénovation en profondeur. Les solutions techniques utilisées pour la rénovation des logements doivent être ambitieuses puisque l’objectif est désormais d’atteindre le niveau B de l’étiquette énergétique, avec moins de 90 kWhep/m²/an. Immobilière 3F fait donc appel à une maîtrise d’oeuvre spécialisée en réhabilitation durable afin de rendre les bâtiments très économes en énergie tout en respectant une enveloppe financière maîtrisée. Bilan : 55% d’économie globale d’énergie, 228 tonnes de CO2 économisées par an.

4/10

Logements basse consommation à Chelles (77)

© © Cabinet JAHEL

Le principal objectif visé par ce projet est de donner un exemple concret en matière de construction respectueuse de l’environnement en apportant aux locataires un confort de vie supérieur tout en réduisant notablement le montant de leurs charges. Le 30 mars 2009, Marne et Chantereine Habitat a lancé les travaux de construction de 19 logements sociaux répartis en 15 logements collectifs et 4 maisons individuelles certifiées BBC Effinergie. Le bâtiment est conçu comme un bâtiment bioclimatique. En effet, la forme du bâtiment a été prioritairement dictée par la recherche du soleil au sud permettant de capturer à travers des vitrages performants des calories gratuites (ex : croissance avec grandes baies d’angle vers le sud, aucune pièce principale exposée au nord). Bilan : 400 KCO2/an évités et 4000 KWh/an d’énergie électrique produite.

5/10

Maison écologique et neutre en énergie dans le quartier historique de Montfort L’Amaury (78)

© © Emmanuel COSTE

Implantée dans un ancien arboretum au coeur du village historique classé de Montfort l’Amaury, la "Maison Canopée" doit son nom à l’environnement très boisé dans lequel elle est bâtie. L’objectif est d’en faire un exemple de construction à très faible empreinte écologique. Elle doit ainsi présenter des performances énergétiques exceptionnelles préfigurant aux normes 2020 en matière de construction : à cette date, les nouveaux bâtiments devront être à énergie positive. Le maître d’ouvrage veut faire de cette maison un véritable laboratoire énergétique. Les consommations sont suivies quotidiennement dans le cadre d’un programme national sur l’évaluation du confort intérieur des bâtiments basse consommation. La solution retenue est de concevoir la maison sur le principe des maisons bioclimatiques passives. Elle n’est donc équipée d’aucun système de chauffage conventionnel. Sa conception, en bois massif tourillonné isolé en continu, limite fortement les déperditions et la conception bioclimatique permet de récupérer les apports passifs du soleil. A cela s’ajoutent des systèmes très performants et le recours aux énergies renouvelables. L’ensemble de l’installation est piloté par un système Domotique permettant d’organiser des scénarii selon les saisons, les températures ou le type d’occupation de la maison. Ce système permet également de suivre les consommations poste par poste et les températures. Bilan : 10 kWhep/m2/an pour le chauffage et l'ECS et une facture énergétique globale de 0,71 €TTC/m²/an.

6/10

Rénovation HQE-BBC d’un immeuble de bureaux à Vélizy-Villacoublay (78)

© © BNP REIM

Le bâtiment est situé dans une zone où le tertiaire se loue difficilement et le projet « Vélizy Green », est un pari tendant à vérifier si la « Valeur Verte » constitue un avantage permettant à un bien de se louer plus facilement. L’objectif du projet est ainsi de faire des économies d’énergie mais aussi de réduire les émissions de gaz à effet de serre, les consommations d’eau, et surtout d’obtenir une nouvelle certification, « HQE-BBC rénovation », qui jusque-là n’existait pas. Cet immeuble sert en effet d’opération pilote pour Certivéa, organisme certificateur de référence. La démarche HQE® (Haute Qualité Environnementale) vise à obtenir des bâtiments confortables, sains et plus respectueux de l’environnement que d’autres bâtiments de la même génération. Thermiquement fondée sur le label de Haute Performance Energétique, elle prend en compte plusieurs critères environnementaux tels que la gestion de l’eau et des déchets, la qualité sanitaire… Bilan : 40% d’économie d’eau, 89% de réduction d’émission de gaz à effet de serre et 78% d’économie d’énergie (par rapport au projet existant).

7/10

Reconstruction basse consommation des vestiaires de football du stade de la Fontaine aux Coulons à Champs-sur-Marne (77)

© © Mairie de Champs-sur-Marne

En 2006, la commune de Champs-sur-Marne lance une étude pour évaluer le coût de la remise en état des vestiaires du stade de football. Celle-ci fait apparaître la pertinence d’un projet de démolition reconstruction, avec la volonté d’intégrer une réduction de l’utilisation des énergies fossiles. Forte d’une première expérience, dans une construction faiblement consommatrice d’énergie réalisée en 2008 pour un équipement destiné à l’accueil des jeunes et des familles, la collectivité s’est engagée à la réalisation d’un projet de niveau BBC. La solution retenue présente une structure simple et compacte, utilisant l’énergie solaire pour la production d’eau chaude sanitaire. Pour la commune de Champs-sur-Marne, il était important de concevoir un bâtiment neuf utilisant une énergie renouvelable. En complément du volet environnement du développement durable, la collectivité a choisi de développer également le volet social. Bilan : 55% d’économie d’énergie par rapport au projet de référence RT 2005.

8/10

Construction basse consommation d’un collectif de logements en bois massif à Conflans-Sainte- Honorine (78)

© © Juste Avant l'Aube

L’axe de recherche de ce projet se base sur le référentiel d’organisation et d’évaluation de la certification Habitat & Environnement option BBC pour proposer des solutions innovantes. Ce projet s’est donc appuyé sur le concept d’«essentialisation». Il s’agit de revenir aux propriétés essentielles des objets (matières, fonctions, usages…) afin de les recombiner et de les condenser dans un nouvel objet.  Il faut travailler un plus petit nombre de matériaux mais de meilleure qualité, choisis en fonction de leur capacité à satisfaire plusieurs critères de performance et/ou de confort. L’objectif étant de gagner en qualité en investissant davantage sur la structure et l’enveloppe, en mettant à nu les finitions. Un travail en amont a permis la préfabrication d’éléments, et donc, de diminuer les aléas, les nuisances et les délais de chantier. Bilpan : un  Cep BBC -10%, un bâtiment éalisé sans COV, avec du bois non traité. La mutualisation de certains espaces permet de favoriser la vie collective. Enfin la gestion individuelle des consommations s'est imposée.

9/10

Réhabilitation basse consommation d'un centre socio-culturel à Rueil-Malmaison (92)

© © DST Rueil-Malmaison

Quand en 2005 l'usine de l’Institut Français du Pétrole cesse son activité, le terrain est scindé en trois lots : deux sont revendus à des promoteurs ; le troisième est donné pour un euro symbolique à la ville de Rueil-Malmaison. La ville fait le choix de conserver les bâtiments administratifs présents sur cette parcelle dans une volonté de valorisation patrimoniale et de regrouper les activités socio-culturelles du quartier en ouvrant cet équipement sur un square public. L'objectif environnemental souhaité et affiché par la municipalité est de réaliser une réhabilitation exemplaire en matière d’énergie et d’environnement. Cinq cibles principales ont été développées : la réduction de la consommation d'énergie, l'utilisation de l'énergie renouvelable, la récupération de l'eau de pluie, la qualité de l'air intérieur et l'accessibilité des personnes à mobilité réduite. Ce projet s’inscrit dans les objectifs du label BBC réhabilitation 2005 avec la mise en place d'une isolation renforcée, l'utilisation de pompes à chaleur (PAC) sur nappe phréatique pour le chauffage et le rafraîchissement et la mise en oeuvre d'une ventilation double-flux avec récupération de chaleur. D'autre part, un système de récupération d'eau de pluie est mis en place pour limiter les consommations d'eau potable. Bilan : une économie de 147,2 tonnes CO²/an par rapport à l'existant et une diminution des consommations énergétiques de 69% par rapport aux consommations initiales.

10/10

Réhabilitation du groupe scolaire Claude Monet de Bougival (78)

© © DE BUHAN - ARCHITECTURE ENVIRONNEMENTALE

Construit en 1960 sur les hauteurs de Bougival, le groupe scolaire Claude Monet est un ensemble de plus de 3 000m² composé d’une école maternelle de 5 classes et d’une école primaire de 10 classes. Les locaux, âgés de plus de 50 ans et particulièrement vétustes, ouvraient la porte à un gaspillage d’énergie conséquent. Jusqu’alors, l’école était dotée d’un vitrage simple, laissant entrer la chaleur en été et le froid en hiver. Pour atteindre des températures correctes, les deux anciennes chaudières gaz consommaient de grandes quantités de combustible. La conséquence directe s’exprimait par une facture énergétique toujours en hausse. La Mairie a pris la décision de lancer la réhabilitation complète du groupe scolaire Claude Monet pour faire de ce bâtiment une infrastructure à la pointe du développement durable. Les engagements pris lors de la réhabilitation du groupe scolaire anticipent le projet de mise en conformité des bâtiments selon la Règlementation Thermique globale, le bâtiment est conçu dans une optique visionnaire et économique, conforme aux futures règlementations. L’isolation des façades, de la toiture, mais aussi le remplacement des menuiseries et de la chaufferie, ont permis aux utilisateurs du groupe scolaire de bénéficier d’un confort adapté aux saisons. Toujours dans une volonté d’anticipation, la mise en conformité de la norme «handicapé» de l’école a été un élément clef de la réhabilitation. Par le biais, notamment, de la création d’un ascenseur et de sanitaires accessibles aux personnes à mobilité réduite. De même, une mise en conformité contre les risques d’incendie de l’établissement s’est matérialisée par le remplacement des châssis vitrés, des blocs portes et du système de sécurité incendie. Bilan : 82% d’économies d’énergie, et 97% d’émissions de Co2 évitées, soit 155 TeqCO2/an.
10 opérations "bâtiment" exemplaires en Ile-de-France

Commentaires

10 opérations "bâtiment" exemplaires en Ile-de-France

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX