Réglementation Sous-traitance

« Le robot ne peut être responsable en lui-même »

Entretien avec Hugues Périnet-Marquet, professeur en droit privé, université Paris II Panthéon-Assas.

Si le droit de la responsabilité des sous-traitants a peu changé en quarante ans, il pourrait bien être quelque peu chahuté par l’évolution des technologies dans le BTP, estime le professeur Hugues Périnet-Marquet (1).

La préfabrication et les robots de construction font irruption sur les chantiers.

Quelles questions posent-ils sur le plan juridique ?

En matière de préfabrication, il faut différencier ce qui relève d’un contrat de vente de ce qui se rattache à un contrat d’entreprise. Le projet de loi Logement [rebaptisé Elan, NDLR] – en l’état actuel du texte – entend permettre le paiement d’une partie du prix au moment de la préfabrication même si rien n’a été livré sur le chantier, ce qui va faciliter le recours à ce type de construction. Le robot qui imprime en 3D soulève des problématiques liées à la location et à la prestation de services. Quand il construit une maison, le robot 3D reste un objet.

Comment qualifier l’intervention d’un préfabricant ?

Le constructeur qui assemble sur un chantier, pour un entrepreneur principal, des éléments, préfabriqués dans sa propre usine, sera un sous-traitant si ces éléments de construction ont été spécialement conçus...

Vous devez être abonné au Moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X