Architecture et urbanisme

Villes Le premier palmarès des «Actions d’art urbain »

Mots clés : Association et mouvement associatif - Concours d'architecture - Rénovation urbaine

-Les prix décernés par le Séminaire Robert-Auzelle – dont la première édition a eu lieu le 8 décembre – encouragent des aménagements de qualité.

Le Séminaire Robert-Auzelle défend la mémoire de l’auteur de l’Encyclopédie de l’urbanisme en se faisant le promoteur de « l’art urbain ». L’art urbain selon Auzelle élève l’urbanisme, comme au siècle des Lumières, au rang d’un art qui réunirait « l’ensemble des démarches pluridisciplinaires conduisant à créer ou à transformer des ensembles urbains avec un souci d’évaluation de la qualité architecturale, de la vie sociale et du respect de l’environnement ». Sur ce programme, l’association organise des concours d’idées à l’intention des étudiants. Dernier en date, le concours sur les ronds-points et carrefours, jugé à l’automne.

Mais l’association pilotée par Robert-Max Antoni (inspecteur général de la construction), président, et Georges Vauzeilles (groupe Bouygues), vice-président, a monté également, à l’intention des professionnels de l’aménagement pour la première fois cette année, les prix de l’Action d’art urbain (1). Le concours est ouvert à tous les aménageurs publics ou privés, membres du Séminaire Robert-Auzelle, ayant mené une opération pluridisciplinaire répondant aux critères précités. Originalité du prix : les concurrents, après s’être auditionnés, se jugent entre eux.

Une démarche environnementale

La première édition a eu lieu le 8 décembre. Onze « actions » étaient en lice, aussi diverses que des immeubles de Valode et Pistre à Paris XVIe (pour Stim Bâtir) transposant en langage contemporain une modénature néo-classique, un plan de paysage de Michel Corajoud pour l’Isle d’Abeau (Epida), la transformation de la N314 en boulevard urbain à Nanterre par l’Epad, etc. Au terme des délibérations, le promoteur Foncier Conseil remporte le trophée pour le quartier des Portes de la Forêt à Bois-Guillaume, au nord de Rouen. Ce quartier neuf de 410 logements (maisons individuelles et petits collectifs créés sur d’anciens vergers), a été souvent cité en exemple pour sa démarche environnementale. Notamment sa gestion des eaux pluviales, prétexte à une coulée verte, scandée de bassins paysagers. Il faut saluer aussi la qualité des groupements de maisons et le dessin de la trame viaire soigneusement traitée et plantée ainsi que l’attention portée à la vie sociale focalisée autour d’une place bordée de commerces et d’équipements.

Pour mener à bien la ZAC autorisée en 1992, le maître d’ouvrage conventionné, Foncier Conseil, s’est entouré d’une équipe pluridisciplinaire animée par Didier Larue, architecte paysagiste, Daniel Hulak, architecte en chef, et Jérôme Chaïb, ingénieur écologue. Ils ont travaillé en étroite concertation avec l’équipe municipale et la population.

Par ailleurs, le prix du «respect de l’environnement» a été attribué à un parc d’activités commercial écologique près de La Flèche (SNC Les Arches ; Thierry Jaquet, urbaniste ; Sophie Alexinsky, paysagiste). Le prix de la «qualité sociale» revient à la maison de l’association La Source, dans l’Eure, qui met en relation artistes et enfants en difficulté. Le prix de la «qualité architecturale» est décerné à la place des Droits de l’homme et du citoyen à Evry (San et Epevry, association de la cathédrale d’Evry, et Desbruyère, urbaniste).

(1) L’initiative est parrainée par le Plan construction et architecture, « Le Moniteur » et Espace-Elec.

PHOTOS :

La ZAC des Portes de la Forêt, près de Rouen, remporte le trophée :

une gestion intelligente des eaux pluviales et une trame viaire soignée caractérisent ce quartier de 410 logements.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X