[TO] Urbanisme et aménagement

Villes de de 50 000 habitants Lauréat Bordeaux (Gironde) Une scénographie de l’ombre et de la lumière

Mots clés : Aménagement paysager - Concours d'architecture - Information - communication - événementiel - Rénovation urbaine

La reconquête des quais sur la rive gauche de la Garonne, encombrés pendant des décennies par les hangars désaffectés et les voies de transit nord sud, a métamorphosé la ville. Ces berges accueillent désormais toute une palette de nouvelles pratiques urbaines, organisées ou spontanées : flânerie, promenades à vélo ou à roller, jeux pour enfants et adolescents, restaurants et boutiques dans les hangars reconvertis… Bientôt un parc de 5 ha à vocation sportive, à l’extrémité sud, achèvera ce grand chantier.

Jardins cultivés

L’aménagement, orchestré par les concepteurs Michel Corajoud et Pierre Gangnet, s’inscrit dans une courbe longue de 4,5 km, du quartier Saint-Michel au sud au quartier des Chartrons au nord; en largeur, il s’étire du pied des façades jusqu’au bord à quai. Face à la beauté de la façade historique, ravalée sur toute sa longueur, et de ce paysage fluvial, les concepteurs ont proposé une scénographie de l’ombre et de la lumière, qui prend la forme d’alignement d’arbres plantés comme les coulisses d’un théâtre, de jardins cultivés, d’une grande prairie centrale, et d’un immense miroir d’eau.Prévue à l’origine pour refléter la place de la Bourse, cette lame d’eau se mue en une plage ludique et populaire les jours de beaux temps.Les flux ont également été réorganisés avec l’arrivée du tramway, pour dégager un vrai boulevard urbain, en remplacement de l’ancienne voie de transit à 2×5 voies, et des trottoirs généreux au pied de la façade historique.

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Bordeaux, Communauté urbaine de Bordeaux.

Maîtrise d’œuvre : Michel Corajoud, paysagiste (mandataire) et Pierre Gangnet, architecte ; Claire Corajoud, paysagiste ; Anouk Debarre, paysagiste ; Laurent Duplantier, architecte ; Laurent Fachard, éclairagiste ; Jean-Max Llorca, fontainier.

Surface : 42 ha.

Coût des travaux : 78 millions d’euros HT.

Calendrier : de 2000 (résultat de concours) à 2008.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Alain Juppé, maire de Bordeaux et vice-président de la CUB

Avec ce projet qui s’achève, nous avons réussi notre pari : réconcilier la ville avec les quais de la rive gauche. Ces aménagements ont transformé cette autoroute urbaine en quartier de vie. Piétons, cyclistes et rollers cohabitent harmonieusement. La végétalisation et la plantation de milliers d’arbres apportent aussi un vrai confort à ces quais. Il me faut tirer un coup de chapeau aux concepteurs, qui ont fait des choix d’une grande finesse et d’une grande élégance pour un coût très raisonnable. Ce chantier, porté par une volonté très forte de la CUB, a suscité beaucoup de convivialité, de travail et de rencontres. Nos prochains efforts vont désormais être consacrés à la reconquête de la rive droite et au rapprochement des deux rives.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X