Actu

Ventiler, une nécessité mal comprise

Mots clés : Equipements techniques et finitions - Produits et matériaux - Qualité de l'eau, de l'air et du sol

Trop souvent négligée, la ventilation des locaux joue un rôle indispensable dans l’évacuation des polluants de l’air intérieur, souvent davantage pollué que l’air extérieur !

La réalisation d’une ventilation permanente, voire d’une « surventilation » lors de pics caniculaires ou d’activités particuliè- rement polluantes (bricolage, cuisson, douche, etc.) est une nécessité rendue indispensable par la présence de nombreuses sources de pollution à l’intérieur même des locaux d’habitation ou de travail.

Comme toujours en pareil cas, une démarche préventive « à la source » s’impose en limitant les émissions de polluants : choix des matériaux, interdiction de l’usage du tabac, utilisation raisonnée des produits d’entretien, etc.

Ces précautions ne suffisent cependant pas et l’apport d’air neuf grâce à une installation de ventilation s’impose, par conduits à tirage naturel ou par une ventilation mécanique contrôlée (VMC) simple ou double flux.

Evacuer les polluants et préserver le bâti

Le rôle premier d’une ventilation bien conçue est d’évacuer les odeurs, les agents biologiques et les polluants chimiques ou particulaires émis par les activités humaines, les matériaux et les systèmes à combustion (chauffe-eau, cuisinière, etc.). Elle se révèle également nécessaire pour réguler l’hygrométrie ambiante et préserver le bâti du développement de moisissures potentiellement pathogènes, favorisées par les rejets de vapeur d’eau et de gaz carbonique liés à la présence humaine.

Mais le remède ne doit pas être pire que le mal et le système ne doit pas constituer une source de pollution secondaire par prolifération bactérienne, ni favoriser la contamination aéroportée en transférant les polluants d’un logement à un autre !

D’où le respect impératif de dispositions minimales de maintenance :

entrées et sorties d’air, grilles de transfert entre pièces et/ou bouches d’extraction dans les pièces humides libres de toute obturation ;

nettoyage régulier de l’ensemble pour limiter les pertes de charge ;

vérification périodique du caisson d’extraction de VMC

remplacement régulier des filtres de l’installation (ventilation double flux, hotte de cuisine).

Pour en savoir plus

Les fiches « Habitat-Santé » éditées par l’Anah, disponibles sur www.anah.fr

PHOTO : Une bonne ventilation permet de réguler l’hygrométrie et de prévenir la formation de moisissures.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X