Régions

VAUCLUSE Le logement social en état d’urgence

Mots clés : Logement social - Politique du logement - Sécurite civile

Les bailleurs sociaux ne peuvent plus répondre à la demande

C’est un constat d’urgence qu’ont dressé les responsables de la fondation Abbé-Pierre et les représentants du conseil général de Vaucluse, de Mistral Habitat, de Vaucluse Logement et des associations, à propos de la situation du logement dans le département. L’offre n’est pas en mesure de satisfaire les besoins, notamment pour les plus démunis et les salariés pauvres. En 2003, la SA HLM Vaucluse Logement a enregistré plus de 12 000 demandes pour moins de 1 000 attributions annuelles.

Pénurie de logements sociaux…

Selon la Confédération nationale du logement du Vaucluse, près de 30 000 logements sociaux font défaut dans le département. La situation s’aggrave d’année en année sous l’effet conjugué de la hausse du prix du foncier, de l’augmentation des demandes liées à une dégradation des conditions économiques et de la faiblesse de la construction de logements sociaux.

… et manque de logements privés

Autre indicateur de cette crise, le taux de rotation des logements chez les bailleurs sociaux est orienté à la baisse. Ainsi pour Vaucluse Logement, le taux de rotation du parc immobilier est passé de 16 % en 2000 à moins 10 % en 2003. Dans le Vaucluse, l’an passé, ce sont moins de 200 logements sociaux qui ont été construits.

Reste le logement privé. Mais la pénurie est là aussi, entretenue par un taux de vacance estimé par la fondation Abbé-Pierre à 30 % dans le département, les propriétaires s’avérant réfractaires à la location. Aux problèmes posés par le financement de programmes neufs, rendu plus complexe par le désengagement de l’Etat, les bailleurs sociaux sont également confrontés au refus des maires de voir s’implanter sur le territoire communal des programmes immobiliers sociaux ou, plus largement, de l’habitat adapté. L’objectif minimum de 20 % d’habitat social posé par la loi SRU est dans la pratique resté lettre morte.

Face à cette situation, la fondation Abbé-Pierre propose de réaliser un état des lieux du logement dans le Vaucluse et de faire remonter les informations recueillies à Paris où devraient se tenir en octobre des Assises nationales du logement.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X