Architecture et urbanisme

Urbanisme Une charte pour les villes du XXIe siècle

Mots clés : Collectivités locales - Métier de la construction - Politique européenne

-La session d’automne du Conseil européen des urbanistes, qui s’est tenue à Valence en Espagne les 20 et 21 novembre, annonce la publication prochaine de cet outil de réflexion.

Trois années ont passé depuis la décision du Conseil européen des urbanistes, réunissant les professionnels de 12 pays, d’établir une charte sur l’urbanisme des villes du XXIe siècle. Aujourd’hui, sa publication française est annoncée pour le 20 janvier 1998. Elaborée par la Société française des urbanistes (SFU), que préside Charles Lambert, elle concrétise l’aboutissement d’une réflexion, commune aux différentes villes d’Europe, en même temps que celle de la SFU, puisque d’un pays à l’autre, pratiques sociales, répartitions administratives et priorités diffèrent. Cette charte sera la première prise de position des urbanistes au niveau européen depuis la charte d’Athènes. Mais, s’il a fallu attendre plus de vingt ans pour voir cette dernière, née en 1933, reprise par Le Corbusier puis publiée en France en 1957, les auteurs de la nouvelle charte souhaitent sa diffusion rapide auprès d’un large public, pour que chacun contribue à sa mise en oeuvre. Référent commun aux usagers, associations de quartiers, élus locaux, ou écoles, elle s’adresse au citoyen. A terme, elle doit favoriser sa participation et son engagement dans la vie publique, et donc enrichir le débat institutionnel. En retour, elle sera réévaluée tous les cinq ans.

Si la charte d’Athènes se concentrait sur les problèmes fonctionnalistes, la nouvelle charte apportera une dimension humaniste et réaffirmera notre ancrage dans l’histoire. Elle misera sur la cohésion sociale et le développement durable des villes. Ce nouvel outil de réflexion pour les villes (elles sont 3 650 en Europe de plus de 10 000 habitants) affirmera le rôle et la responsabilité de la profession d’urbaniste, jusque là discrète. Dans l’esprit de ses promoteurs, elle devrait revitaliser un débat sur l’urbain, souvent éclipsé.

PHOTO:

Charles Lambert, président de la Société française des urbanistes : «La nouvelle charte apportera une dimension humaniste.»

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X